14 lits du service dermatologie fermés à l’hôpital de Besançon

Publié le 12/12/2015 - 11:15
Mis à jour le 17/04/2019 - 11:49

Depuis le 2 novembre 2015, les 14 lits sur 19 du service d'hospitalisation sont fermés au CHRU de Besançon. En raison "de tensions" au sein de l'équipe médicale, les internes refusent d'y travailler selon les syndicats. Certains patients sont donc obligés d'aller à Dijon pour être soignés. Une situation qui devrait durer au moins jusqu'au mois de mai 2016…

chru_hopital_besancon.jpg
© damien poirier
PUBLICITÉ

Il ne reste que cinq lits ouverts depuis le 2 novembre au service d’hospitalisation ferme du service dermatologie. La cause ? Le refus des internes au mois de novembre de travailler dans ce service en raison du conflit qui perdure entre médecins. Une enquête est d’ailleurs actuellement menée par l’ARS pour en connaître les tenants et aboutissants.

Au-delà du conflit, les syndicats CGT, FO et SUD Santé Sociaux du CHRU de Besançon craignent une fermeture à terme de ce service qui ne compte plus que cinq lits ouverts sur les 19. Si, en mai 2016, lors de la seconde vague de choix, les internes ne souhaitent toujours pas travailler dans ce service, la situation pourrait perdurer. « Aujourd’hui, nous sommes obligés d’envoyer des patients se faire soigner à Dijon » déplore Pascale Letombe de la CGT en déplorant l’offre de soins réduite et une prise en charge moins adaptée pour les patients.

Selon les organisations syndicales, les difficultés ponctuelles du service ne doivent pas « servir de prétexte pour permettre le « virage ambulatoire » mis en place par la Loi de Santé et l’Agence Régionale de Santé (ARS) au détriment de l’offre de soins« . L’intersyndicale promet d’être vigilante de ne pas voir le service de Dermatologie fermer ses portes définitivement « au profit » d’une activité ambulatoire, jugée plus rentable« . 

  • La direction s’inscrit en faux et tient à préciser qu’aucun patient n’a de l’être transféré vers l’hôpital de Dijon pour y être soigné. Elle explique par ailleurs que l’offre de soins n’est pas réduite, mais qu’elle est organisée différemment. : « c’est toujours la même équipe de médecins qui prend en charge les patients, leur nombre n’a pas été réduit« . 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.55
légère pluie
le 19/05 à 12h00
Vent
2.39 m/s
Pression
1005.05 hPa
Humidité
93 %

Sondage