3.000 euros d'amende pour la militante belfortaine islamophobe

Publié le 08/08/2014 - 15:26
Mis à jour le 08/08/2014 - 17:34

La présidente d’une association d’extrême droite, Christine Tasin, une ex-enseignante qui se revendique islamophobe, a été condamnée à 3.000 euros d’amende, dont 1.500 avec sursis, vendredi à Belfort pour des propos injurieux contre l’islam tenus en marge de la fête de l’Aïd el-Kébir, selon une source judiciaire.

réactualisé

Cette enseignante agrégée de lettres classiques à la retraite était poursuivie pour "incitation à la haine raciale".
 
Christine Tasin avait tenu ces propos le 15 octobre 2013 lors d'un échange avec des membres de la communauté musulmane. Elle avait qualifié l'islam de "saloperie", devant un abattoir mobile installé pour le sacrifice rituel de l'Aïd el-Kébir. L'échange verbal avait été filmé et posté sur le site Youtube.
 
"Oui je suis islamophobe et alors ? La haine de l'islam j'en suis fière. L'islam est une saloperie (...), c'est un danger pour la France", avait déclaré Mme Tasin, présidente d'une association baptisée "Résistance républicaine". 
 
Un collectif belfortain, le CRI (Coordination contre le racisme et l'islamophobie), avait porté plainte.
 
Le tribunal correctionnel a en revanche rejeté la constitution de partie civile du président de la Grande Mosquée de Belfort, Ali Saab, et conclu à l'irrecevabilité des plaintes de deux associations musulmanes locales, a-t-on ajouté de même source.
 
A l'audience, le 2 juillet, la prévenue s'était présentée vêtue de bleu, blanc, rouge, et avait revendiqué ses propos. Le parquet de Belfort, estimant que ses mots étaient "de nature à susciter le rejet des musulmans en les désignant comme un danger pour la France" avait requis contre elle trois mois de prison avec sursis et 3.000 euros d'amende.
 
L'avocat de Christine Tasin, Me Joseph Scipilliti, a annoncé que sa cliente a décidé de faire appel. "Je trouve ce jugement incompréhensible", a-t-il commenté. "Ce sont des propos hostiles à l'islam et non aux musulmans", a-t-il souligné. L'avocat a rappelé que la Cour de cassation a eu à juger un dossier similaire en 2009. Dans cette affaire (Richard X. contre l'Agrif, l'Alliance générale contre le racisme et le respect de l'identité française et chrétienne, une association proche des catholiques traditionalistes) "un groupe de rap avait alors tenu des propos du même ordre que ceux de ma cliente, concernant la France", a dit Me Scipilliti. Dans son arrêt, la cour avait jugé que les propos visaient "l'État français et non les citoyens", a-t-il argué.
 
(source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.19
légère pluie
le 17/04 à 15h00
Vent
2.81 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
84 %