Alerte Témoin

75e anniversaire du Débarquement  : Emmanuel Macron lit la lettre du Bisontin Henri Fertet

Publié le 05/06/2019 - 16:48
Mis à jour le 05/06/2019 - 16:48

Vidéo •

Il n'avait que 16 ans lorsqu'il a été fusillé pour faits de résistance. Lors de la cérémonie de ce mercredi 5 juin 2019 à Portsmouth, dans le sud de l'Angleterre, Emmanuel Macron a lu la lettre poignante d'Henri Fertet à ses parents.

fertet macron d day
Emmanuel Macron lisant la lettre d’adieu d’Henri Fertet mercredi 5 juin lors des commémorations du Débarquement à Portsmouth, en Angleterre © capture France TV

Le 6 juin 2019 marquera les 75 ans du débarquement des alliés sur les plages de Normandie, en pleine Seconde Guerre mondiale, une étape majeure dans la libération de l’Europe du joug nazi.

Pour donner le coup d’envoi des célébrations de ce 75e anniversaire du D-Day, Emmanuel Macron, la reine Elizabeth II ainsi que Donald Trump se sont donné rendez-vous mercredi à Portsmouth, dans le sud de l’Angleterre, accompagnés de quelque 300 vétérans. Étaient aussi présents la cheffe du gouvernement britannique Theresa May et plusieurs autres dirigeants de pays alliés pendant la Seconde Guerre mondiale, dont les Premiers ministres canadien Justin Trudeau et australien Scott Morrison. La chancelière allemande Angela Merkel est également attendue. Le président américain Donald Trump conclura à cette occasion une visite d’État au Royaume-Uni entamée lundi.

Fils d'instituteur, élève de seconde à Besançon, Henri Fertet a été arrêté en 1943 chez ses parents puis exécuté dans la même ville le 26 septembre 1943, avec 15 de ses 23 co-inculpés.

Après 87 jours d'emprisonnement et de torture, il écrit à ses parents. "Je meurs pour ma patrie. Je veux une France libre et des Français heureux. Non pas une France orgueilleuse et première nation du monde, mais une France travailleuse, laborieuse et honnête. Que les Français soient heureux, voilà l'essentiel... Papa, je t'en supplie, prie. Songe que, si je meurs, c'est pour mon bien. Quelle mort sera plus honorable pour moi que celle-là? ? Adieu, la mort m'appelle, je ne veux ni bandeau ni être attaché." "C'est quand même dur de mourir. Mille baisers. Vive la France".


La lettre d'Henri Fertet fait écho à celle de Guy Môquet, jeune militant communiste, fusillé par les Allemands en 1941 à 17 ans, en représailles après l'assassinat d'un chef militaire allemand. Le président Nicolas Sarkozy avait demandé en 2007 qu'elle soit lue dans toutes les écoles. Après la lecture de la lettre, en français, le baryton britannique Sir Willard White a chanté « Le Chant des Partisans ».

L'hommage du chef de l'État s'inscrit dans la série de ceux qu'il a rendus à d'autres auteurs d'actes héroïques, comme le colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, assassiné après s'être sacrifié pour une otage lors d'une attaque terroriste, ou les deux soldats tués en mai en libérant des otages français au Burkina Faso. Sans oublier le jeune migrant malien Mamoudou Gassama, reçu à l'Élysée puis naturalisé pour avoir sauvé un enfant en escaladant la façade d'un immeuble parisien.

Une  "déclaration internationale"

Pour commémorer cette journée historique, les 16 pays représentés à Portsmouth ont adopté une « Déclaration » pour « faire en sorte que les sacrifices du passé ne soient jamais vains et jamais oubliés ».

"Au cours des 75 dernières années, nos nations ont défendu la paix en Europe et dans le monde, la démocratie, la tolérance et l'État de droit", écrivent-ils. "Nous réitérons aujourd'hui notre engagement envers ces valeurs communes parce qu'elles soutiennent la stabilité et la prospérité de nos nations et de nos peuples. Nous travaillerons ensemble en tant qu'alliés et amis pour défendre ces libertés chaque fois qu'elles seront menacées."

Il s'agit de la première fois qu'un aussi grand nombre de dirigeants se réunissent au Royaume-Uni depuis les jeux Olympiques de 2012 à Londres. "Ces commémorations seront l'occasion d'honorer ceux qui ont fait des sacrifices extraordinaires pour garantir la liberté en Europe", déclare la reine Elizabeth II dans le programme officiel. "Ils ne doivent jamais être oubliés".

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

« La Bourgogne-Franche-Comté repasse en vert, une décision majeure pour l’économie régionale » (M-G Dufay)

Le Premier ministre a annoncé que la région Bourgogne-Franche-Comté sera classée parmi les zones “vertes” à partir du 2 juin.  Pour la présidente du conseil régional, Marie-Guite Dufay, "il s’agit d’une décision d’une importance majeure pour le territoire. Le classement en zone rouge de la Bourgogne-Franche-Comté depuis le 7 mai constituait un véritable handicap pour l’économie régionale et l’attractivité du territoire. Selon les données publiées par Santé Publique France, le gouvernement n’avait d'autres choix que de lever ces conditions restrictives, au risque d’installer durablement la situation d’une France à deux vitesses."

Le marcheur Collomb s’allie aux Républicains à Lyon : de quoi donner des idées à Besançon ?

Le maire de Lyon et ex-ministre de l'Intérieur décide de s'allier avec François-Noël Buffet, le candidat LR. Un retrait des élections métropolitaines de Lyon pour faire barrage aux écologistes.. En échange le LR Étienne Blanc, proche de Wauquiez, laisse la tête de liste à la mairie de Lyon à Yann Cucherat, protégé de Gérard Collomb. Une situation inédite en Macronie.

Un groupe politique « Ensemble ! » s’invitera au conseil municipal de Besançon

Lors du prochain conseil municipal de Besançon qui se déroulera le 8 juin 2020, un nouveau groupe politique sera présent à la demande de quatre membres du conseil municipal. Il s'agira du groupe Ensemble !, le parti politique menée par Alexandra Cordier, candidate en lice lors du 1er tour de l'élection municipale bisontine ayant récolté moins de 4,75% des suffrages.

Isabelle Guillame, la première femme élue maire à Ornans

Le conseil municipal d’installation s’est tenu lundi 25 mai à 19h au Centre d'Animation et de Loisirs d'Ornans. Isabelle Guillame a été élue maire d’Ornans avec 22 votes pour, 3 votes nuls et 2 votes blancs. La première femme élue maire d’Ornans a exprimé lors de son allocution une ambition collective "innovante, ancrée dans le quotidien, imaginative, inventive, apte à répondre aux défis d’aujourd’hui et de demain [...]". Elle a également rappelé le rôle central de l’élu pour la vie locale et le bien-être des concitoyens.

Ludovic Fagaut : « Cette pandémie, inédite dans notre histoire moderne, implique inévitablement une remise en question de nos modèles »

Le Premier ministre a annoncé ce vendredi 22 mai la date du second tour des élections municipales fixée, pour le moment, le 28 juin. Nous avons demandé aux trois candidats en lice au second tour à Besançon leur opinion sur cette date, mais aussi ce qu'ils ont fait pendant le confinement en vue de l'élection. Après Anne Vignot et Eric Alauzet, voici les réponses de Ludovic Fagaut...
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.57
ciel dégagé
le 30/05 à 0h00
Vent
2.75 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
60 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune