A 78 ans, condamnée à huit ans de prison pour le meurtre de son mari

Publié le 01/02/2019 - 08:14
Mis à jour le 01/02/2019 - 08:14

Une femme de 78 ans a été condamnée ce jeudi 31 janvier 2019 par la cour d'assises de la Nièvre à huit ans d'emprisonnement pour le meurtre de son mari en avril 2016 avec qui elle ne vivait plus, a-t-on appris auprès du Parquet.

justice-510742_960_720
© Succo via Pixabay
PUBLICITÉ

Cette peine est inférieure aux réquisitions du ministère public, qui avait demandé une peine de 15 ans de prison à l’encontre de Michelle Baturic. Les jurés n’ont pas non plus retenu la préméditation, requalifiant ainsi le crime en « meurtre » et non « assassinat ».

Au fil du procès, Michelle Baturic a raconté « une sorte d’accumulation, d’engrenage », alors que la cour se penchait sur sa vie de couple, dégradée au fil des ans, avec son mari Joseph.

La victime passait l’essentiel de son temps en Croatie

Cet octogénaire d’origine croate était le père de deux filles qu’ils ont eues ensemble et d’un fils né d’une précédente union. L’accusée a décrit quelqu’un de caractériel, voire violent, sans éluder
l’aspect financier, central dans leur relation : le couple avait décidé longtemps auparavant, d’un commun accord, que le père, musicien, s’occuperait des enfants tandis que sa femme, pharmacienne, gagnerait l’argent du ménage.

Les dernières années, le couple n’avait plus de vie commune et la victime passait l’essentiel de son temps en Croatie, recevant régulièrement de l’argent de sa femme. Jusqu’à ce qu’elle lui coupe les vivres en décembre 2015.

Joseph Baturic est alors venu à Donzy dans la Nièvre en avril 2016, annonçant son intention de divorcer et de demander une pension, une hypothèse rejetée par sa femme, qui craignait de ne pouvoir faire face financièrement.

Le soir du 23 avril 2016, tous deux s’étaient disputés à ce sujet. Mme Baturic affirme qu’il l’aurait menacée de l’étouffer dans son sommeil. Plus tard, dans la nuit, alors qu’ils faisaient chambre à part, elle s’est rendue armée d’un fusil de chasse dans la pièce où il dormait, tirant deux cartouches à plombs. Joseph Baturic est mort presque sur le coup.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.09
légère pluie
le 20/10 à 0h00
Vent
2.62 m/s
Pression
1007.36 hPa
Humidité
96 %

Sondage