À Besançon, le procès en appel d'un homme ayant battu à mort son petit frère de neuf ans commence

Publié le 07/02/2024 - 11:43
Mis à jour le 07/02/2024 - 10:58

Le procès en appel d'un homme de 26 ans, condamné en première instance à 15 ans de réclusion pour avoir battu à mort son petit frère de neuf ans à Mulhouse (Haut-Rhin) en 2018, s'est ouvert mercredi 7 février 2024 à Besançon.

Palais de justice Besançon © D poirier
Palais de justice Besançon © D poirier

Barbe fournie, Dylan Owana Bodo a semblé particulièrement agacé de se retrouver dans le box des accusés aux premiers moments de ce procès en appel, mâchant un chewing-gum, soufflant ou soupirant à plusieurs reprises. Il est jugé pour "violences volontaires sur mineur de 15 ans ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

Le 16 septembre 2018, le petit Seal-Evan, neuf ans, avait été battu par son frère et sa soeur de la fin d'après-midi jusqu'à minuit. Il avait reçu une volée de coups, d'abord avec une ceinture, puis un manche à balai, sous prétexte d'un mot dans son cahier de correspondance. La séance de correction avait été en partie filmée et enregistrée par la soeur de la victime. Le petit garçon avait fini par perdre connaissance. Alertés par la soeur, sans doute plusieurs heures après son évanouissement, les secours n'étaient pas parvenus à le réanimer.

La mère lui avait dit de "gérer le truc"

En février 2023, en première instance, son frère, Dylan Owana Bodo, avait été condamné à 15 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises du Haut-Rhin. Il était jugé aux côtés de sa soeur de 25 ans, condamnée à six ans
de prison, pour avoir frappé Seal-Evan jusqu'à sa mort. Seul Dylan Owana Bodo avait fait appel de la décision.

La cour avait également condamné la mère de cette fratrie livrée à elle-même à quatre ans de prison pour "complicité de violences volontaires". Selon le grand frère, sa mère, qui avait l'habitude d'infliger des châtiments corporels, lui avait dit par téléphone de "gérer le truc", alors qu'elle se trouvait à Paris pour faire la fête.

L'ex-petite amie du frère aîné, présente lors des faits, avait reçu une peine de trois ans de prison avec sursis pour "non-empêchement d'un crime".

Le verdict de la cour d'assises du Doubs est attendu vendredi au terme de trois jours d'audience.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.74
légère pluie
le 14/06 à 15h00
Vent
4.74 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
73 %