A Dijon, Cazeneuve appelle les socialistes à voter Macron et à être "disponibles"

Publié le 03/05/2017 - 08:40
Mis à jour le 03/05/2017 - 09:40

Bernard Cazeneuve a appelé, ce mardi 2 mai 2017 à Dijon, les socialistes à voter pour Emmanuel Macron, pas seulement en raison du « danger » que représente Marine Le Pen mais aussi avec le « désir de voir ce (qu’ils ont)
accompli se poursuivre », en étant « disponibles pour le faire réussir ».

 ©
©

"Faites voter dimanche résolument pour Emmanuel Macron (...) Faites-le avec la fierté de ce que nous avons accompli et le désir de voir ce que nous avons accompli se poursuivre", a déclaré le Premier ministre à l'occasion d'un meeting de soutien à Emmanuel Macron, organisé à l'initiative du PS.

Alors qu'il s'apprête à conduire la bataille des législatives pour le Parti socialiste, Bernard Cazeneuve a donné le sentiment de vouloir faire du futur groupe de députés PS un point d'appui pour Emmanuel Macron s'il est élu
président.

"Les socialistes, parce qu'ils ont cette ambition de faire en sorte que l'espérance soit constamment confrontée au réel, ne peuvent pas dire: +élisez un président de la République et faites le pari de son échec. Ils doivent être disponibles pour le faire réussir+", a-t-il dit, prenant clairement ses distances avec Benoît Hamon, davantage sur une posture d'opposant à M. Macron. "Et pour le faire réussir en étant disponible, il faut qu'il soit une force, une force qui dise l'endroit d'où elle parle (...) les valeurs qu'elle porte (...) qui soit fière de son histoire", a-t-il ajouté.

M. Cazeneuve prend ses distances avec Benoît Hamon

Pour M. Cazeneuve, "voter Emmanuel Macron, ça ne veut pas dire que nous soyons d'accord sur tout", même s'il souhaite "du fond du coeur qu'il soit élu". "Il y a bien des sujets sur lesquels nous pourrions exprimer des nuances, des différences et pourquoi pas le dire aussi peut-être des divergences", a-t-il dit, marquant notamment ses distances avec la volonté de M. Macron de réformer le code du travail par ordonnance, et de former une majorité entièrement à sa main. "Il faut dans le rassemblement que chacun vienne avec son apport, avec son histoire, avec sa force", a-t-il dit.

S'il a appelé à "faire battre le coeur "de la République, le Premier ministre a aussi implicitement critiqué Benoît Hamon, en regrettant que la campagne présidentielle n'ait pas davantage permis de vanter le bilan du
quinquennat de François Hollande. "Soyez fiers de ce que nous avons accompli", a-t-il lancé à ses camarades.

Le Premier ministre avait entamé son discours en rappelant le combat de la gauche contre le Front national et les extrêmes."Je ne veux pas que dimanche prochain on élise à la tête de l'Etat un personnalité qui n'aura de cesse de créer la division, la fracturation, et l'abaissement de la société française", a-t-il tonné, critiquant notamment les positions du Front national sur la lutte antiterroriste.

Prenant la parole après M. Cazeneuve, le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a une nouvelle fois critiqué le refus de Jean-Luc Mélenchon d'encourager ses électeurs à voter pour M. Macron. "Quand la République est en danger, on ne peut pas faire le choix de la neutralité (...) Il faut dire ce qui est: le ni-ni débouche sur l'abstention et l'abstention débouchera sur la victoire de Madame Le Pen", a-t-il prévenu.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : Macha Woronoff appelle les étudiants de l’université de Franche-Comté à voter

Alors que le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin 2024 la dissolution de l’Assemblée nationale, l’association France Universités rappelle dans un communiqué les valeurs des universités françaises. Un point de vue soutenu et partagé par Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté.

Législatives 2024 : trouvez les candidats dans votre circonscription en Franche-Comté

Voici la liste de toutes les candidates et de tous les candidats à la députation lors des élections législatives anticipées qui se tiendront les dimanche 30 juin et 7 juillet suite à la dissolution de l’Assemblée nationale par le président de la République au vu de la victoire du Rassemblement national en France le 9 juin dernier.

27 écoles “ont fait, font ou feront l’objet de désamiantage” à Besançon

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenue à quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.86
pluie modérée
le 20/06 à 3h00
Vent
1.17 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
95 %