A Dijon, le préfet interdit une manifestation jugée à risques

Publié le 20/06/2020 - 17:48
Mis à jour le 20/06/2020 - 17:48

Le préfet de Côte d’Or a pris un arrêté interdisant toute manifestation à Dijon samedi 20 juin 2020, après un appel de certains habitants du quartier sensible des Grésilles à venir dans le centre-ville à 14 heures pour demander sa démission, redoutant des violences.

©Prefecture de Cote d'Or-Twitter ©
©Prefecture de Cote d'Or-Twitter ©

La ville a connu des tensions du 12 au 15 juin, débutées avec une expédition punitive de membres de la communauté tchétchène envers des dijonnais d'origine maghrébine après l'agression d'un adolescent tchétchène.

"Une opinion infondée voudrait faire croire que la police n'est pas intervenue"

Le fait que les forces de l'ordre ne soient pas intervenues dans un premier temps a entrainé des accusations de "laxisme" de la part de politiques et d'habitants des quartiers visés par les virées tchétchènes. "Une opinion infondée voudrait faire croire que la police n'est pas intervenue et que les quartiers auraient été abandonnés à la vindicte d'un groupe violent. Il n'en est rien, bien sûr", a écrit le préfet de région et préfet de Côte d'Or Bernard Schmeltz aux habitants dans un communiqué de
presse.

"Les mêmes qui ont propagé ces idées ont encouragé la tenue d'une manifestation non déclaré ce samedi. (...) Tout laisse à penser que des violences pourraient être commises en marge de cette manifestation", estime M. Schmeltz.

Il évoque notamment dans les motivations de l'arrêté la "violence dont peuvent faire preuve certains éléments radicalisés en lutte contre les institutions et leurs représentants, présents dans l'agglomération dijonnaise".

"Deux compagnies de CRS, soit près de 150 hommes, seront déployées"

En conséquence, il a signé vendredi soir un arrêté d'interdiction de manifester qui englobe le périmètre du centre ville historique et les places reliées par les grands boulevards formant une sorte de périphérique. "Deux compagnies de CRS, soit près de 150 hommes, seront déployées" pour sécuriser le périmètre, a précisé à l'AFP la préfecture, venant "s'ajouter aux effectifs des policiers de la voie publique".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

“La question n’est pas uniquement la défense des droits, mais aussi leur promotion” (Amnesty International)

Du 17 au 20 mai 2024, l’hôtel de Ville de Besançon accueille l’exposition "We want to break free*". Elle sera ensuite déplacée à la médiathèque Pierre Bayle jusqu’au 1er juin. Sébastien Tüller, responsable de la commission orientation sexuelle et identité de genre d’Amnesty International, nous en parle…

Le tourisme et le commerce bisontin au coeur du prochain conseil municipal de Besançon

Au coeur des sujets du prochain conseil municipal, le tourisme et l'activité commerciale de la Ville de Besançon seront abordés comme thème principaux ce jeudi 15 mai 2024. En conférence de presse, la Ville a dressé le bilan des derniers chiffres de la saison touristique et du commerce bisontin. 

À Besançon la boutique “L’air de rien” ferme ses portes

Ce mercredi 15 mai 2024 les autocollants "déstockage massif" et "avant cessation d’activité" sur la vitrine de la boutique bisontine L’air de rien interpellent. Située au 8 rue des Granges, la boutique avait reçu en 2023 le prix du meilleur commerce indépendant de Bourgogne – Franche-Comté mais s'apprête pourtant à baisser définitivement le rideau.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.42
partiellement nuageux
le 24/05 à 3h00
Vent
0.85 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
97 %