Abandon du projet de la prison de Lure : un revirement "inopportun, incompréhensible et brutal" pour MG Dufay

Publié le 18/10/2018 - 14:29
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:37

La présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté a vivement réagi après l'annonce du ministère de la justice d'abandonner le projet d'une nouvelle maison d'arrêt pourtant promis sous l'ère Hollande. Aujourd'hui, les élus de Lure réclament "réparation"

 ©
©

Pour Marie-Guite Dufay, l'annonce ce 16 octobre 2018 du projet de reconstruction de la prison de Lure, promis le 14 septembre 2015 lors lors d’un comité interministériel sur la ruralité, organisé à Vesoul, est un "mauvais coup" porté à Lure qui a déjà perdu plusieurs services publics.

"Un tel revirement apparaît d’autant plus inopportun, incompréhensible et brutal, que ce projet de reconstruction d’une nouvelle prison à Lure était l’un des plus avancés et aboutis de France" regrette-elle amèrement dans un communiqué. "Inscrit dans la programmation 2015-2017 du ministère de la Justice, il bénéficiait d’une antériorité avérée par rapport à d’autres projets. Les services déconcentrés de l'État et les collectivités territoriales avaient, ainsi, tout mis en œuvre pour en accompagner et en faciliter la réalisation". »

De la trahison... à la réparation

Cette mauvaise nouvelle est très mal reçue par les élus de tout bord en Haute-Saône et par le conseil municipal de Lure  qui se sent floué. Le maire, Éric Houlley, qui a reçu le soutien de l'ensemble des conseillers municipaux. "Cette trahison implique nécessairement réparation" estiment les élus d'opposition de Lure. "C’est pourquoi nous soutenons vivement notre maire qui souhaite obtenir pour la ville de Lure et ses habitants une réparation à la hauteur des préjudices subis en terme économique : emplois et investissements".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Sondages de l’Elysée : prison ferme requise contre Claude Guéant

Au procès des sondages de l'Elysée, l'accusation a requis mardi un an de prison dont six mois ferme contre l'ancien secrétaire général de la présidence (et ancien préfet du Doubs de 1998 à 2000), ainsi que des peines allant de l'amende à un an ferme pour quatre autres anciens proches de Nicolas Sarkozy.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.33
légères chutes de neige
le 28/11 à 6h00
Vent
2.94 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
98 %

Sondage