Accident d'autocar à Fuans : le chauffeur mis en examen

Publié le 06/05/2014 - 18:16
Mis à jour le 07/05/2014 - 15:03

Le chauffeur de l'autocar qui a fait une spectaculaire sortie de route lundi à Fuans près de Morteau, blessant légèrement 18 personnes dont des adolescents, a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire, a indiqué mardi 6 mai 2014 le parquet de Besançon.

2013-12-20-palais_justice.jpg
©miss dom
PUBLICITÉ
Il a été mis en examen pour "blessures involontaires par conducteur de véhicule" ayant causé une "ITT inférieure à trois mois", a précisé le parquet. Le chauffeur, âgé de 60 ans, a été laissé libre sous contrôle judiciaire avec interdiction de conduire des véhicules à moteur.
 
Les enquêteurs privilégiaient "l'hypothèse d'un endormissement au volant" du chauffeur, selon le parquet. Des analyses ont montré une alcoolémie négative et l'absence stupéfiants. Un examen du chronotachygraphe qui enregistrait la vitesse du véhicule, a également montré que celle-ci n'était pas non plus en cause, a-t-on indiqué.
 
Une information judiciaire a été ouverte. "Il s'agit d'établir la cause de la sortie de route, à savoir si elle est humaine", a-t-on expliqué. Le chauffeur, sans antécédents judiciaires, fera l'objet d'une expertise médicale pour comprendre les raisons d'un possible endormissement.
 
La plupart des victimes hospitalisées pour des blessures légères et des fractures avaient quitté l'hôpital mardi en fin d'après-midi. Seuls deux adultes et un adolescent se trouvaient toujours au CHU de Besançon.
 
L'accident a eu lieu lundi vers 7h30, sur la commune de Fuans. L'autocar, qui transportait 28 personnes, assurait la liaison Besançon-Morteau pour le compte de la SNCF.
 
(source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Arrêté anti-pesticide : « Plus de 100 personnes mobilisées » en soutien à Emmanuel Cretin à Besançon

Emmanuel Cretin, maire de Nans-Sous-Saint-Anne avait pris (avec le vote favorable du conseil municipal) un arrêté anti-pesticide en octobre dernier. Convoqué ce 14 novembre 2019 suite à la saisine du tribunal administratif par le Préfet du Doubs, ce dernier estime que la mobilisation ce jeudi à Besançon est une "victoire".

Affaire Maëlys : l’avocat de N. Lelandais souhaite faire annuler le témoignage d’un ex co-détenu

Me Alain Jabubowicz a demandé jeudi 24 octobre 2019 aux magistrats de la cour d'appel de Grenoble d'annuler les déclarations d'un ex co-détenu de Nordahl Lelandais à Saint-Quentin-Fallavier (Isère) selon les informations de RTL et du Parisien. L'ancien militaire lui aurait avoué avoir violé et battu à mort la petite Maëlys.

Suppression des juges selon les scores LREM : Belfort s’indigne

Dans un article paru ce mercredi 23 octobre 2019, Le Canard Enchaîné prétend qu'avec la réforme de la justice, certains postes de juges d'instruction sont menacés d'être supprimés dans plusieurs villes... Des villes où le parti de la majorité, LREM, n'a pas des bons scores, comme à Belfort. Dans la ville du Lion, on s'indigne...

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.07
partiellement nuageux
le 15/11 à 18h00
Vent
0.63 m/s
Pression
1004 hPa
Humidité
93 %

Sondage