Affaire Maryvonne : Cyril de Grivel répond à Me Pernet

Publié le 12/08/2014 - 15:20
Mis à jour le 12/08/2014 - 15:20

Par la voix de son avocat, Cyril de Grivel répond aux explications données par Me Pernet 

droit de réponse

Le 7 août 2014 

Droit de réponse de M. de Grivel 

Cher monsieur,

J’ai pris connaissance des déclarations de Maitre Pernet dans le cadre de son droit de réponse. 

Je suis très choqué par les affirmations péremptoires concernant M. Cyril de Grivel qui est un citoyen honnête et dont la probité est bafouée par des accusations mensongères. 

La justice a été instrumentalisée dans cette affaire pour écarter M de Grivel  de sa compagne à cause d'une seule chose de sa singularité connue par la famille de sa compagne ; M. de Grivel est hermaphrodite, ce n'est pas un choix. 

Cette situation n'a pas gêné son histoire d'amour avec Maryvonne mais insupporte la famille de Maryvonne. 

Le seul but a été en accusant de façon mensongère monsieur de Grifel, de faits qu'il  n'a jamais commis et pour lesquels il n'a jamais été condamné,  de briser cette relation singulière. 

C'est chose faite. 

Nous souhaitons dire qu'un fils ou qui que ce soit d'autre, fusse-il psychologue, n'a pas le droit de dire qui peut être le compagnon de qui, qui est toxique pour qui, que la maladie quelle qu'elle soit n'empêche en rien les sentiments et le droit à une vie affective et amoureuse. 

M.de Grivel  souffre de sa séparation et au vu des derniers éléments, sa compagne aussi. Alors, comment accepter une telle situation ? In fine une pub être déposés pour séquestration par Monsieur de Grevellec qui entend faire savoir qu'elle dispose endroit de sa liberté d'aller venir vivre chez elle, mais c'est avoir besoin d'une aide à domicile alors pourquoi lui imposer une maison de retraite. 

Randall Schwerdorffer

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.83
légère pluie
le 22/05 à 21h00
Vent
1.63 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
91 %