Affaire Maryvonne : Cyril de Grivel répond à Me Pernet

Publié le 12/08/2014 - 15:20
Mis à jour le 12/08/2014 - 15:20

Par la voix de son avocat, Cyril de Grivel répond aux explications données par Me Pernet 

droit de réponse

Le 7 août 2014 

Droit de réponse de M. de Grivel 

Cher monsieur,

J’ai pris connaissance des déclarations de Maitre Pernet dans le cadre de son droit de réponse. 

Je suis très choqué par les affirmations péremptoires concernant M. Cyril de Grivel qui est un citoyen honnête et dont la probité est bafouée par des accusations mensongères. 

La justice a été instrumentalisée dans cette affaire pour écarter M de Grivel  de sa compagne à cause d'une seule chose de sa singularité connue par la famille de sa compagne ; M. de Grivel est hermaphrodite, ce n'est pas un choix. 

Cette situation n'a pas gêné son histoire d'amour avec Maryvonne mais insupporte la famille de Maryvonne. 

Le seul but a été en accusant de façon mensongère monsieur de Grifel, de faits qu'il  n'a jamais commis et pour lesquels il n'a jamais été condamné,  de briser cette relation singulière. 

C'est chose faite. 

Nous souhaitons dire qu'un fils ou qui que ce soit d'autre, fusse-il psychologue, n'a pas le droit de dire qui peut être le compagnon de qui, qui est toxique pour qui, que la maladie quelle qu'elle soit n'empêche en rien les sentiments et le droit à une vie affective et amoureuse. 

M.de Grivel  souffre de sa séparation et au vu des derniers éléments, sa compagne aussi. Alors, comment accepter une telle situation ? In fine une pub être déposés pour séquestration par Monsieur de Grevellec qui entend faire savoir qu'elle dispose endroit de sa liberté d'aller venir vivre chez elle, mais c'est avoir besoin d'une aide à domicile alors pourquoi lui imposer une maison de retraite. 

Randall Schwerdorffer

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Affaire Péchier : l’anesthésiste n’a pas « les traits d’un tueur en série » selon une contre-expertise psychiatrique

D'après les conclusions d'un rapport confidentiel publiées par le Journal du Dimanche le 11 avril 2021, la contre-expertise psychiatrique de Frédéric Péchier, anesthésiste soupçonné d'avoir empoisonné volontairement 24 patients à Besançon entre 2008 et 2017, ne révèle pas "les traits d'un tueur en série" dans sa personnalité.

Inéligibilité : le président du Mouvement FC fait appel du jugement rendu par le Tribunal administratif  

Le tribunal administratif de Besançon a jugé Jean-Philippe Allenbach "inéligible" pendant ces 18 prochains mois a-t-on appris dimanche 14 mars 2021. Le président du Mouvement Franche-Comté ne pourra donc pas se présenter ni aux élections régionales ni présidentielles. Il fait appel de cette décision.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.24
partiellement nuageux
le 20/04 à 6h00
Vent
1.01 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
97 %

Sondage