Alain Chrétien fait sortir Pierre Moscovici de ses gonds

Publié le 12/02/2013 - 18:49
Mis à jour le 17/04/2019 - 10:25

Ce 12 février 2013, le député de Haute-Saône UMP Alain Chrétien, maire de Vesoul où est implanté le centre logistique mondial des pièces de rechange pour le groupe PSA Peugeot Citroën, a interpellé dans l’hémicycle de l’Assemblé nationale le Premier ministre au sujet de l’action du gouvernement sur l’avenir de PSA, action qu’il juge « cacophonique« .  Ecoutez la réponse de Pierre Moscovici, ministre de l’Economie et des Finances, et élu du pays de Montbéliard, fief de Peugeot, qui a jugé cette question « mesquine« . 

PSA

Alain Chrétien a débuté ainsi sa question au Premier ministre sur l’avenir de PSA :

"Après les insultes de Monsieur Montebourg, voilà maintenant la cacophonie des ministres de l’Economie et du Budget. L’un veut l’intervention du fonds stratégique d’investissement et l’entrée de l’Etat dans le capital de PSA. L’autre n’en veut pas. A l’heure où le groupe PSA aurait besoin d’un Etat stratège, visionnaire et d’un vrai partenaire, il ne trouve qu’un gouvernement dogmatique et incohérent. Que voulez-vous faire avec PSA ?"

Il indique ensuite qu’à Mulhouse, Rennes, Vesoul, Aulnay et dans les sites Peugeot (sans citer nommément Sochaux, fief de Pierre Moscovici) des questions se posent et le gouvernement n’y répond pas. Et de conclure : "Alors monsieur le Premier ministre, que comptez-vous faire pour aider PSA et ses salariés à surmonter ce cap difficile ?"

Une question "assez mesquine"

La parole est alors donnée à Pierre Moscovici, ministre de l’Economie et des Finances, et élu du Pays de Montbéliard. Lequel trouve cette question "totalement déplacée" et "assez mesquine ". "Je ne vous autorise pas à dire que ce gouvernement serait incohérent ou inerte face à la crise de l’industrie automobile", lui a-t-il notamment rétorqué avant d’expliquer les négociations qu’il conduit sur cette question. 

Regardez cet échange véhément entre Alain Chrétien et Pierre Moscovici. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Maison Loiseau ouvre un restaurant au Japon 

Blanche Loiseau, qui a travaillé en immersion une année au Japon en 2019-2020, avant d’assumer son premier rôle de cheffe à "Loiseau du Temps " à Besançon pendant une année, se rendra au Japon pour ouvrir "Loiseau de France". Son second, Léo Pujol, qu’elle forme depuis un an, deviendra son successeur à Besançon, apprend-on ce 1er mars 2024.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.12
légère pluie
le 04/03 à 0h00
Vent
2.91 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
94 %