Alpes : deux Suisses et une Italienne jugés pour l'entrée de migrants dimanche

Publié le 25/04/2018 - 07:15
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:47

Deux Suisses et une Italienne, poursuivis après avoir aidé dimanche une vingtaine de migrants à entrer en France depuis l'Italie, ont été placés mardi en détention provisoire dans l'attente de leur jugement qui a été fixé à la fin mai.

PUBLICITÉ

« Le tribunal correctionnel de Gap, à la demande des trois personnes poursuivies, a décidé de renvoyer le jugement du dossier au 31 mai 2018 à 08H30 pour leur permettre de mieux préparer leur défense », a indiqué dans un communiqué le procureur de la République de Gap Raphaël Balland.

Les trois mis en cause ont été placés sous mandat de dépôt « en raison de l’insuffisance des garanties de représentation et pour prévenir toute réitération des faits », a ajouté le magistrat. Ils sont poursuivis pour avoir « par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée irrégulière en France de plus d’une vingtaine d’étrangers, avec cette circonstance que les faits ont été commis en bande organisée ».

La peine maximale encourue pour ce délit est de 10 ans de prison, assortie de 750.000 euros d’amende et d’une interdiction du territoire français. Le parquet a précisé que les investigations se poursuivaient « pour rechercher d’autres auteurs que ceux placés en détention »mardi.  

  • Dimanche, six personnes, quatre Italiens et deux Suisses, avaient été arrêtées et placées en garde à vue. Trois autres, en l’absence de charges suffisantes, sont ressorties sans faire l’objet de poursuites. Ce week-end, la région de Briançon a été le théâtre d’actions de militants anti et pro-migrants.  

Entre 80 et 100 membres d’un groupuscule d’extrême droite, Génération identitaire, ont d’abord bloqué le col de l’Échelle, à six kilomètres de la frontière franco-italienne, qu’ils considèrent comme un « point stratégique de passage des clandestins »

Leur action s’est déroulée sous la surveillance des forces de l’ordre qui n’ont procédé à aucune interpellation en l’absence de trouble à l’ordre public, selon la préfecture, pour laquelle il s’agissait « uniquement »d’une opération de communication. 

« Aucune plainte, ni aucun fait susceptible de qualifications délictuelles n’a été porté à ma connaissance à ce jour », a précisé le procureur Balland. Une centaine de militants, essentiellement français et italiens, ont par la suite franchi illégalement la frontière avec des migrants (une vingtaine selon le parquet, 10 de plus pour la préfecture) au col de Montgenèvre, situé à proximité. Empruntant des pistes de ski, ils se sont brièvement heurtés aux forces de l’ordre avant de rejoindre Briançon par la route, encadrés par la gendarmerie. 

La préfecture précise que certains des migrants ont depuis été reconduits en Italie. Dimanche, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb avait renvoyé dos à dos « ultra droite »et « ultra gauche »pour leurs « actions inacceptables », quelques heures avant l’adoption par les députés français en première lecture d’un projet de loi controversé sur l’asile et l’immigration. Il avait également annoncé l’envoi d’une centaine d’hommes en renfort pour faire respecter les frontières dans cette région. 

Info + 

 Depuis un an, les Hautes-Alpes connaissent un afflux de migrants, essentiellement d’Afrique de l’Ouest. En 2016, 315 personnes en situation irrégulière avaient été refoulées vers l’Italie, contre 1.900 en 2017.  En revanche depuis janvier, en raison notamment d’un enneigement  exceptionnel, « pratiquement aucun étranger en situation irrégulière n’a tenté de passer la frontière »via le col de l’Échelle, selon la préfecture.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.69
partiellement nuageux
le 14/10 à 18h00
Vent
1.97 m/s
Pression
1010.13 hPa
Humidité
74 %

Sondage