Alpes : deux Suisses et une Italienne jugés pour l'entrée de migrants dimanche

Publié le 25/04/2018 - 07:15
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:47

Deux Suisses et une Italienne, poursuivis après avoir aidé dimanche une vingtaine de migrants à entrer en France depuis l’Italie, ont été placés mardi en détention provisoire dans l’attente de leur jugement qui a été fixé à la fin mai.

"Le tribunal correctionnel de Gap, à la demande des trois personnes poursuivies, a décidé de renvoyer le jugement du dossier au 31 mai 2018 à 08H30 pour leur permettre de mieux préparer leur défense", a indiqué dans un communiqué le procureur de la République de Gap Raphaël Balland.

Les trois mis en cause ont été placés sous mandat de dépôt "en raison de l'insuffisance des garanties de représentation et pour prévenir toute réitération des faits", a ajouté le magistrat. Ils sont poursuivis pour avoir "par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l'entrée irrégulière en France de plus d'une vingtaine d'étrangers, avec cette circonstance que les faits ont été commis en bande organisée".

La peine maximale encourue pour ce délit est de 10 ans de prison, assortie de 750.000 euros d'amende et d'une interdiction du territoire français. Le parquet a précisé que les investigations se poursuivaient "pour rechercher d'autres auteurs que ceux placés en détention"mardi.  

  • Dimanche, six personnes, quatre Italiens et deux Suisses, avaient été arrêtées et placées en garde à vue. Trois autres, en l'absence de charges suffisantes, sont ressorties sans faire l'objet de poursuites. Ce week-end, la région de Briançon a été le théâtre d'actions de militants anti et pro-migrants.  

Entre 80 et 100 membres d'un groupuscule d'extrême droite, Génération identitaire, ont d'abord bloqué le col de l'Échelle, à six kilomètres de la frontière franco-italienne, qu'ils considèrent comme un "point stratégique de passage des clandestins"

Leur action s'est déroulée sous la surveillance des forces de l'ordre qui n'ont procédé à aucune interpellation en l'absence de trouble à l'ordre public, selon la préfecture, pour laquelle il s'agissait "uniquement"d'une opération de communication. 

"Aucune plainte, ni aucun fait susceptible de qualifications délictuelles n'a été porté à ma connaissance à ce jour", a précisé le procureur Balland. Une centaine de militants, essentiellement français et italiens, ont par la suite franchi illégalement la frontière avec des migrants (une vingtaine selon le parquet, 10 de plus pour la préfecture) au col de Montgenèvre, situé à proximité. Empruntant des pistes de ski, ils se sont brièvement heurtés aux forces de l'ordre avant de rejoindre Briançon par la route, encadrés par la gendarmerie. 

La préfecture précise que certains des migrants ont depuis été reconduits en Italie. Dimanche, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb avait renvoyé dos à dos "ultra droite"et "ultra gauche"pour leurs "actions inacceptables", quelques heures avant l'adoption par les députés français en première lecture d'un projet de loi controversé sur l'asile et l'immigration. Il avait également annoncé l'envoi d'une centaine d'hommes en renfort pour faire respecter les frontières dans cette région. 

Info + 

 Depuis un an, les Hautes-Alpes connaissent un afflux de migrants, essentiellement d'Afrique de l'Ouest. En 2016, 315 personnes en situation irrégulière avaient été refoulées vers l'Italie, contre 1.900 en 2017.  En revanche depuis janvier, en raison notamment d'un enneigement  exceptionnel, "pratiquement aucun étranger en situation irrégulière n'a tenté de passer la frontière"via le col de l'Échelle, selon la préfecture.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 0.89
peu nuageux
le 21/04 à 21h00
Vent
1.57 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
93 %