Annonces Macron : le gouvernement réuni pour orchestrer le "qui fait quoi et quand"

Publié le 29/04/2019 - 15:54
Mis à jour le 05/06/2019 - 15:57

Quelques jours après les annonces d'Emmanuel Macron en réponse à la crise des "gilets jaunes", le gouvernement a commencé à s'atteler ce lundi 29 avril 2019 au casse-tête de l'application et du financement des mesures, en invitant les parlementaires à se joindre à sa réflexion lors d'un séminaire à Matignon.

macron_micronora_besancon-039.jpg
© d poirier
PUBLICITÉ

La politique étant avant tout « un art de l’exécution », comme aime à le répéter Edouard Philippe, charge donc aux ministres de M. Macron de décliner concrètement la panoplie de mesures de sortie du grand débat, dévoilées jeudi par le chef de l’Etat.

« Nous sommes déterminés à faire vite et à faire bien »

« Je sais que beaucoup sont impatients, le président de la République nous a demandé d’aller vite, il a raison. Et nous, nous sommes déterminés à faire vite et à faire bien », a déclaré le Premier ministre en préambule d’une « journée de travail intense, pour construire le +qui fait quoi et quand+ de la majorité ».

Baisse de l’impôt sur le revenu, réorganisation profonde de l’administration, décentralisation, gestes pour les retraités, les aidants et les mères vivant seules…: « Une révolution », s’enthousiasme le président du MoDem François Bayrou.

Grande première, des représentants de la majorité (présidents de groupe à l’Assemblée et au Sénat, présidents de commissions, rapporteurs généraux) ont été conviés, à partir du déjeuner. Une façon de concrétiser un changement de méthode, des députés ayant vivement déploré ne pas avoir été écoutés lors de la crise des « gilets jaunes ».

« Si l’on veut traduire dans les faits les annonces du président de la République, nous devons au fond avoir la même vision des contraintes, avoir la même ambition, discuter, travailler en commun », a expliqué M. Philippe, qui gardera à dîner à Matignon quelques cadres de la majorité.

« C’est une initiative inédite, jamais les parlementaires n’avaient été associés à un séminaire gouvernemental », s’est félicité à son arrivée à Matignon le chef de file des députés LREM Gilles Le Gendre.Quatre ateliers étaient prévus dans l’après-midi, dont l’un sur le calendrier parlementaire, qui devra anticiper l’embouteillage de textes législatifs jusqu’à l’été, et un autre sur la méthode de travail.

Le séminaire se penchera aussi sur la réforme constitutionnelle, alors qu’Emmanuel Macron envisage désormais 20% de proportionnelle pour élire les députés, tout en concédant au Sénat une réduction moindre du nombre de parlementaires par rapport à son intention de départ (25% plutôt que 30%).

Un atelier abordera enfin « les nouvelles solidarités » dont la dépendance et le statut des aidants.

L’enveloppe manquante

Mais l’équation la plus délicate revient à Bercy qui devra trouver des pistes de financement des mesures, comme les cinq milliards de baisse d’impôt sur le revenu.

Les oppositions se sont d’ailleurs rapidement engouffrées dans cette brèche. Le patron des Républicains Laurent Wauquiez a fustigé le manque d’annonces « sérieuses » sur la baisse de la dépense publique, quand Marine Le Pen a épinglé dimanche le « flou » de ces annonces qui ne seront « pas suivies d’effet ».

Même en s’attaquant à certaines niches fiscales comme l’a annoncé M. Macron, cela s’apparente à une gageure: l’économiste Jean Pisani-Ferry, coordinateur du programme présidentiel, a estimé à « 20 milliards d’euros, soit 1% du PIB du pays » l’enveloppe à trouver d’ici 2021. Et, pour compliquer la donne, le président s’est dit prêt à transiger sur la coupe attendue de 120.000 fonctionnaires d’ici à la fin du quinquennat, afin d’assurer un meilleur maillage du territoire.

D’autant que les organisations patronales sont vent debout contre la suppression de niches fiscales. Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin les a appelées lundi à soutenir « l’intérêt général ».

Alors que Jean-Paul Delevoye travaille depuis des mois sur une réforme globale du système des retraites, des précisions sont attendues pour compenser la réindexation des pensions sur l’inflation et la promesse d’une retraite minimale de 1.000 euros pour ceux qui auront une carrière complète. Le chef de l’État a indiqué vouloir actionner deux leviers: l’allongement de la durée de cotisation et des incitations à travailler plus longtemps.

D’autres points pourraient être abordés, à l’image de l’abaissement de la vitesse à 80 km/h, selon la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye. Il s’agira, a-t-elle dit dimanche, de réfléchir à « la manière dont on peut faire en sorte qu’il n’y ait pas une application brutale, uniforme sur l’ensemble du territoire ».

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale : Karim Bouhassoun, candidat « libre et indépendant » à Besançon

Municipale : Karim Bouhassoun, candidat « libre et indépendant » à Besançon

Mouvement "Bisontines - Bisontins" • Karim Bouhassoun, cofondateur du mouvement "Bisontine Bisontins" , a annoncé mardi 17 septembre 2019 à 18h sa  candidature "comme une évidence" à l'élection municipale de Besançon afin de "rendre la Ville aux habitants". Karim Bouhassoun veut inscrire sa campagne sous l'égide du renouveau et de la proximité autour d'une liste citoyenne et libre. "Nous devons rompre avec certaines pratiques et refonder la vie citoyenne à Besançon" a-t-il déclaré.

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Alexandra Cordier, référente de La République En Marche dans le Doubs et membre du collectif Besançon Métropole 2020, formulait en juin dernier trois propositions dans le cadre de sa candidature à l'investiture LREM. Ce 12 septembre 2019, elle a tenu a éclaircir le projet de téléphérique proposé par le collectif.

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Le gouvernement a dévoilé la liste des  80 "cités éducatives", inspirées du rapport Borloo. Ces quartiers vont se partager une enveloppe de 100 millions d’euros de crédits par an sur trois ans dans le but de mieux coordonner les actions au sein et en dehors des établissements scolaires. Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, et le recteur de l’académie de Besançon, Jean-François Chanet, se félicitent de l’annonce de cette labellisation pour Besançon et Montbéliard Bethoncourt.

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Alexandra Cordier va-t-elle mener une liste dissidente face à Éric Alauzet, candidat officiellement investi par LREM le 10 juillet dernier pour l'élection municipale à Besançon ? La question est posée depuis le début de la semaine. La référente départementale "En Marche" dit actuellement ne pas être dans cet état d'esprit et espère qu'Éric Alauzet rassemblera "tous les marcheurs" bisontins.

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

municipales 2020 • À sept mois des élections municipales, l’ancienne majorité plurielle du maire sortant est plus divisée que jamais. Comme un message à Éric ALauzet, le candidat officiellement investi par En Marche, le maire LREM de Besançon estime qu’aucun candidat ne peut gagner seul... Jean-Louis Fousseret, qui a toujours déclaré qu’il ne repartirait pas pour un quatrième mandat, se pose aujourd’hui en rassembleur. Une rencontre est prévue avec Éric Alauzet samedi...

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

L'intergroupe EELV- PC  Société civile de l'ancienne majorité plurielle demande au maire de Besançon de prendre  un arrêté interdisant les pesticides à Besançon, à l'instar de la décision du maire de Boussières dans le Grand Besançon. Jean-Louis Fousseret réaffirme ce mercredi matin qu'il est contre les pesticides, mais estime qu'il ne faut pas confondre "courage et démagogie".

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.57
pluie modérée
le 22/09 à 21h00
Vent
3.48 m/s
Pression
1013.65 hPa
Humidité
97 %

Sondage