Assassinat d'Houcine Hakkar : l'un des assaillants passe aux aveux

Publié le 20/07/2023 - 13:05
Mis à jour le 21/07/2023 - 09:41

La mort d'Houcine Hakkar, victime collatérale d'un règlement de compte, avait suscité l'émoi à Besançon. Ce jeune homme sans histoire avait été mortellement atteint par plusieurs balles en mars 2020. Le conducteur du véhicule ayant pris en chasse sa voiture est passé aux aveux...

 © Hélène Loget
© Hélène Loget

Les faits remontent au 8 mars 2020. Houcine Hakkar circulait avec un passager dans les rues de Besançon lorsqu'il a été pris en chasse par un véhicule dont les occupants avaient ouvert le feu sur le sien. Houcine, qui devait fêter ses 23 ans le lendemain, avait été mortellement atteint par plusieurs balles tandis que son passager avait été grièvement blessé.

Féru de mécanique, Houcine Hakkar était descendu voir la voiture de son ami, récemment achetée. Les assaillants avaient alors confondu cette dernière avec celle censée appartenir au clan rival...

Huit personnes impliquées, dont une toujours en fuite

Planoise a été pendant plus de trois mois le théâtre d’affrontements armés entre deux bandes rivales (décembre 2019 et mars 2020).

Concernant l'assassinat d'Houcine Hakkar, l'élément déclencheur a été, selon le procureur, le 6 mars 2020. Ce jour là, un membre d'un des deux clans a échappé aux balles qui fusaient et visaient, cette fois-ci, "la tête".

Plusieurs personnes ont été entendues, d’autres arrêtées. Au total, huit individus ont eu un rôle important dans les tirs (ils échangeaient via une messagerie cryptée).  Ils ont été mis en examen dans ce dossier pour assassinat, tentative d'assassinat et complicité de tentative d'assassinat.

Le procureur a quant à lui requis "le renvoi de trois individus devant la cour d'assises pour être jugé avec la qualification d'assassinat, de tentative d'assassinat et de complicité par fourniture de moyens et par instigations". Pour les cinq autres individus concernés, Etienne Manteaux a requis la requalification des faits en "association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes". Ce délit est puni de 10 ans d'emprisonnement.

Si le magistrat instructeur suit les réquisitions du procureur, ils seront jugés devant le tribunal correctionnel de Besançon (et non pas une cour d'assises).

Sept d'entre eux ont été interrogés, le huitième, apparaissant comme le numéro un de l'organisation, est toujours en fuite. Il est visé par un mandat d'arrêt.

Des aveux du conducteur de la voiture

Grâce au décodage de la messagerie cryptée (dite PGP) et leur validation juridique, le conducteur de la voiture ayant pris en chasse celle d'Houcine Hakkar a reconnu les faits : "Les PGP étant tellement explicites ont amené certains mis en examen à évoluer sur leur position (...) l'un des deux individus étant dans la voiture est passé à table et a reconnu les faits (...) il a reconnu avoir été le conducteur du véhicule", précise le procureur.

  • Le magistrat instructeur rendra son ordonnance avant la fin du mois d'août. Si un renvoi est ordonné devant la cour d'assises, un procès se tiendra à la fin du premier semestre 2024.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.19
partiellement nuageux
le 18/04 à 21h00
Vent
0.32 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
92 %