Attentat de Nice : où sont les fleurs et les bougies à Besançon ?

Publié le 15/07/2016 - 17:25
Mis à jour le 15/07/2016 - 18:14

Lors des précédents attentats en France, les 7 janvier et 13 novembre 2015, l'unique arbre entouré de trois bancs sur la place Pasteur à Besançon était devenu un lieu d'hommage aux victimes, de recueillement seulement quelques dizaines de minutes après les drames. Ce vendredi 15 juillet 2016, 19 heures après l'attaque à Nice, aucune bougie ni aucune fleur n'ont été posées. Pourtant, le bilan ne cesse de s'alourdir : 85 personnes décédées, une cinquantaine d'enfants entre la vie et la mort... 

A notre grande surprise lorsque nous sommes allés place Pasteur à 16h45 ce vendredi, où nous pensions voir quelques bougies, messages, fleurs… le tronc de l'arbre protégé par un grillage était vide, sans compter une petite pancarte en hommage aux victimes de l'attentat dans une discothèque gay à Orlando, aux États-Unis le 12 juin dernier. Des personnes, plus ou moins alcoolisées, y sont assises, mais personne ne parle de l'attaque de Nice, pourtant dramatique. 

Est-ce un signe d'épuisement ? Déjà une habitude à ce type de tragédie dans l'hexagone ? Dans le monde ? Les vacances et le pont du 14 juillet ont-ils eu raison de la mobilisation des Bisontins et des Bisontines ?

Sans parler de déposer une gerbe, les habitants de la ville, des villes, utilisent ce type de lieu de recueillement pour échanger, vider leur sac, leur tristesse. Lorsque les attentats se sont produits en janvier et novembre derniers, nombreux et nombreuses étaient celles et ceux qui avaient besoin de rendre hommage au pied de ce petit arbre de la place Pasteur seulement quelques petites heures après les drames.

S'ajoute à cela la non organisation d'un rassemblement par la Ville de Besançon.

Mise à jour à 18h14 : un rassemblement "sauvage" est prévu ce vendredi à 19 heures place Pasteur. Une initiative lancée sur Facebook par une Bisontine.

Attendons encore quelques heures...

Cela étant dit, chacun est libre de rendre hommage aux victimes à sa façon, sans pour autant le montrer en public.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

attentat nice

Attentat de Nice : le témoignage de Camille, une Bisontine qui s’est retrouvée à quelques mètres du camion…

Camille, 25 ans, est une Bisontine qui suit ses études de droit à la faculté de Dijon et qui est partie à Nice avec son ami et deux enfants âgés de 8 et 13 ans, pour les vacances. Jeudi 14 juillet 2016, ils étaient sur la promenade des Anglais pour admirer le feu d'artifice quand tout à coup, ils entendent "bam bam bam" et commencent à courir à "folle allure" en ayant peur de "se prendre une balle dans le dos". 

Attentat de Nice : rassemblement en hommage aux victimes ce matin à Besançon

Après la tragédie qui s’est déroulée à Nice vendredi 14 juillet 2016, et en lien avec le deuil national de trois jours décrété par le gouvernement ainsi que l’appel à respecter une minute de silence au sein des services de l’Etat, le maire de Besançon appelle les Bisontines et les Bisontins à se rassembler Esplanade des Droits de l’Homme, lundi 18 juillet à 11h50 afin de rendre un hommage aux victimes du drame que Nice et ses habitants ont connu.

Etat d’urgence et deuil national : les recommandations de la préfecture du Doubs

Le Pre?sident de la Re?publique a de?cre?te? trois jours de deuil national les 16, 17 et 18 juillet. Dans ce contexte, il appartient aux organisateurs, notamment les communes, de maintenir ou non des manifestations qui, selon leur nature, ne seraient pas compatibles avec ces journe?es de deuil ou? la Nation s’associe a? la douleur des victimes et des familles frappe?es a? Nice, est indiqué dans un communiqué de la préfecture du Doubs.

Attentat de Nice : les réactions des politiques en Franche-Comté

Ce jeudi 14 juillet 2016 vers 22h45, un camion a foncé dans la foule se trouvant sur la promenade des Anglais à Nice. Il s'agit d'un attentat terroriste selon le président de la République. Le bilan fait état d'au moins 84 personnes décédées, dont de nombreux enfants, et 18 personnes très gravement blessées. Les réactions en Franche-Comté...

Société

Réduire ses déchets : et si on passait à l’action en Bourgogne Franche-Comté ?

PUBLI-INFO • La Bourgogne Franche-Comté regorge d’initiatives citoyennes inspirantes... C’est ce que révèle une web-série portée et conçue conjointement par sept structures locales* dont le SYBERT qui œuvrent pour la gestion des déchets. L’objectif de cette démarche est d’amener le public à se questionner sur ses pratiques et de proposer des solutions concrètes pour adopter des comportements plus vertueux.

Découvrez le nouveau projet des Vaites de la Ville de Besançon

La maire EELV de Besançon a présenté le nouveau projet des Vaites qui sera soumis au vote du conseil municipal le 30 septembre. Alors que le dossier suit son cours sur le plan judiciaire, la nouvelle version de l'écoquartier a été revue à la baisse avec près de 600 logements au lieu des 1.150 prévus, soit une emprise de 11,5 ha urbanisés contre 16,4 ha à l'origine du projet.

Agressions de soignants qui vaccinent : des maires de Bourgogne Franche-Comté signent une tribune dans Le Monde

Depuis l'ouverture de la vaccination au grand public en France, des agressions ont été signalées à l'encontre de médecins, pharmaciens et soignants dans plusieurs villes de l'Hexagone. Face à ces attaques, 466 maires, directeurs d'hôpitaux et professeurs de médecine, dont de Bourgogne Franche-Comté, ont signé une tribune parue dans Le Monde le 13 septembre dernier, appelant à "un sursaut républicain".

Un chercheur franc-comtois reçoit un financement du MIT pour savoir comment reconstruire une nouvelle ville durable

VIDEO • Né à Devecey, historien de profession et directeur de recherche au CNRS à l'université de Franche-Comté au laboratoire Chrono-environnement depuis 2018, Emmanuel Garnier a reçu un financement en juin 2021 de 30.000€ du Harvard - MIT pour son projet sur le climat de demain intitulé "Paris facing the climatic crises of the little ice age 15th-19th centuries". Objectif : savoir comment reconstruire une nouvelle ville durable…

Promotion des saucisses de Morteau et de Montbéliard : une nouvelle directrice et un nouveau président pour l’association A2M

L'Association représentative de la filière saucisse de Morteau IGP et saucisse de Montbéliard IGP négocie une transition en douceur, avec l'arrivée à sa tête de Jean-François Nicolet, recevant son siège de président des mains de Michel Delacroix, qui l'occupait depuis plus de vingt ans. Dans le même temps la direction de l'association est elle aussi en mouvement ; Claire Le Grand succède à Romaric Cussenot, en partance pour la Chambre interdépartementale d'agriculture, apprend-on ce lundi 13 septembre.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.49
légère pluie
le 20/09 à 18h00
Vent
0.6 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
100 %

Sondage