Alerte Témoin

Bernard Cazeneuve lance un appel aux Français "qui le souhaitent" à devenir réservistes

Publié le 17/07/2016 - 10:03
Mis à jour le 17/07/2016 - 10:05

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a appelé "tous les citoyens patriotes qui le souhaitent" à rejoindre la réserve opérationnelle lors d'un discours ce samedi 16 juillet 2016, deux jours après l'attentat de Nice.

capture_decran_2016-07-17_a_10.02.50.png
©Gendarmerie

La réserve opérationnelle est composée de volontaires (citoyens Français issus de la société civile avec ou sans expérience militaire et anciens militaires d'active) qui signent un engagement à servir dans la réserve (ESR), c'est-à-dire qui souscrivent un contrat d'une durée de 1 à 5 ans. Ces hommes et ces femmes âgés d'au moins 17 ans reçoivent une formation et un entraînement spécifiques afin d'apporter un renfort temporaire de quelques dizaines de jours par an aux forces armées et formations rattachées.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

attentat nice

Attentat de Nice : le témoignage de Camille, une Bisontine qui s’est retrouvée à quelques mètres du camion…

Camille, 25 ans, est une Bisontine qui suit ses études de droit à la faculté de Dijon et qui est partie à Nice avec son ami et deux enfants âgés de 8 et 13 ans, pour les vacances. Jeudi 14 juillet 2016, ils étaient sur la promenade des Anglais pour admirer le feu d'artifice quand tout à coup, ils entendent "bam bam bam" et commencent à courir à "folle allure" en ayant peur de "se prendre une balle dans le dos". 

Damien Meslot : « Nos agents réservistes bénéficieront désormais de 20 jours par an pour renforcer notre sécurité »

Damien Meslot, député-maire de Belfort, a annoncé aujourd’hui, mardi 19 juillet 2016, qu’il portait de 15 à 20 le nombre de jours de mise à disposition pour les agents de la Ville de Belfort et de la CAB (Communauté de l’agglomération belfortaine) appartenant à la réserve opérationnelle. Cette décision est liée aux événements ayant touché Nice il y a quelques jours.

Attentat de Nice : rassemblement en hommage aux victimes ce matin à Besançon

Après la tragédie qui s’est déroulée à Nice vendredi 14 juillet 2016, et en lien avec le deuil national de trois jours décrété par le gouvernement ainsi que l’appel à respecter une minute de silence au sein des services de l’Etat, le maire de Besançon appelle les Bisontines et les Bisontins à se rassembler Esplanade des Droits de l’Homme, lundi 18 juillet à 11h50 afin de rendre un hommage aux victimes du drame que Nice et ses habitants ont connu.

Etat d’urgence et deuil national : les recommandations de la préfecture du Doubs

Le Pre?sident de la Re?publique a de?cre?te? trois jours de deuil national les 16, 17 et 18 juillet. Dans ce contexte, il appartient aux organisateurs, notamment les communes, de maintenir ou non des manifestations qui, selon leur nature, ne seraient pas compatibles avec ces journe?es de deuil ou? la Nation s’associe a? la douleur des victimes et des familles frappe?es a? Nice, est indiqué dans un communiqué de la préfecture du Doubs.

Attentat de Nice : où sont les fleurs et les bougies à Besançon ?

Lors des précédents attentats en France, les 7 janvier et 13 novembre 2015, l'unique arbre entouré de trois bancs sur la place Pasteur à Besançon était devenu un lieu d'hommage aux victimes, de recueillement seulement quelques dizaines de minutes après les drames. Ce vendredi 15 juillet 2016, 19 heures après l'attaque à Nice, aucune bougie ni aucune fleur n'ont été posées. Pourtant, le bilan ne cesse de s'alourdir : 85 personnes décédées, une cinquantaine d'enfants entre la vie et la mort... 

Attentat de Nice : les réactions des politiques en Franche-Comté

Ce jeudi 14 juillet 2016 vers 22h45, un camion a foncé dans la foule se trouvant sur la promenade des Anglais à Nice. Il s'agit d'un attentat terroriste selon le président de la République. Le bilan fait état d'au moins 84 personnes décédées, dont de nombreux enfants, et 18 personnes très gravement blessées. Les réactions en Franche-Comté...

Société

Attaques contre des chevaux : le conseil du cheval appelle à la vigilance

Alors qu'un cheval a été retrouvé mort à Cortembert en Saône-et-Loire près de Cluny et après la multiplication des actes des barbaries auprès de chevaux, le conseil du cheval de Bourgogne Franche-Comté appelle les professionnels de la filière et les agriculteurs à la vigilance face à des comportements suspects.

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Sécurité à Planoise : le préfet du Doubs saisit l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     32.26
    nuageux
    le 12/08 à 15h00
    Vent
    3.14 m/s
    Pression
    1018 hPa
    Humidité
    37 %

    Sondage