Audience solennelle : le président du tribunal administratif de Besançon fait le point

Publié le 13/02/2013 - 16:48
Mis à jour le 16/04/2019 - 17:20

Le président du tribunal administratif de Besançon, Gilduin Houist, a fait le bilan 2012 de sa juridiction et a évoqué les perspectives 2013, lors de l'audience solennelle à Besançon.

capture12.png
capture12.png

Bilan et perspectives

PUBLICITÉ

Extraits des déclarations de Gilduin Houist, président du tribunal administratif de Besançon :

Les emplois

« Cette année 2012, le tribunal de Besançon est un petit tribunal, en terme d’effectifs s’entend, puisqu’il ne compte que neuf emplois autorisés de magistrats, dont huit sont aujourd’hui en poste, alors que son ressort géographique s’étend sur les quatre départements de la région Franche-Comté. Quatorze agents de greffe nous assistent dans notre mission juridictionnelle. »

Les requêtes

« Le contentieux des étrangers, bien qu’en recul en 2012 (…) représente encore 17% des requêtes nouvelles, devant le contentieux fiscal, celui de la police (alimenté par les retraits de points du permis de conduire), celui de la fonction publique et celui de l’urbanisme, autour de 10% tous les quatre. »

Les affaires traitées

« Le tribunal a jugé environ 1.800 affaires pour 1.750 entrées (…) permettant de ramener le stock à 1.140 dossiers, laissant augurer un délai prévisible moyen de jugement de 7 mois 18 jours. »

À venir

Dès le 2 avril 2013 se mettra en place l’application Télérecours. « Il s’agit d’une plateforme internet à laquelle les avocats, les administrations, les collectivités locales pourront librement de prime abord s’inscrire, permettant pour tous les contentieux, les échanges sécurisés de toutes les pièces du procès administratif. » 

Il s’agira donc d’un espace partagé d’échanges entre une administration et les juridictions administratives (tribunal administratif, cour administrative d’appel ou Conseil d’Etat), et cela dans les ressorts des deux cours d’appel de Nantes et Nancy dont relève le tribunal de Besançon.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.76
couvert
le 27/05 à 0h00
Vent
0.74 m/s
Pression
1015.6 hPa
Humidité
95 %

Sondage