Belfort: syndicats et élus mobilisés pour faire reculer General Electric

Publié le 22/06/2019 - 13:31
Mis à jour le 22/06/2019 - 13:38

Syndicats et élus ont appelé ce samedi 22 juin 2019, quelques heures avant une grande manifestation à Belfort contre le plan social annoncé par General Electric, à faire reculer "le rouleau compresseur" mis en marche par le groupe américain, a constaté un journaliste de l'AFP.

"C'est tout un territoire qui va rentrer en lutte pour dire non à un plan social qui n'a ni queue ni tête !", a lancé Philippe Petitcolin, délégué CFE-CGC, prenant la parole au cours d'une conférence de presse à la mairie de Belfort. "L'objectif, c'est que le combat prenne une dimension nationale", a-t-il ajouté.

Appelant à "faire reculer le rouleau compresseur mis en marche par General Electric", M. Petitcolin a estimé que "le seul qui peut le faire, c'est M. Macron, qui doit interpeller les dirigeants de General Electric".

Plusieurs milliers de personnes attendues

L'intersyndicale CFE-CGC, Sud et CGT, organisatrice de la manifestation qui doit s'élancer en début d'après-midi, dit y attendre plusieurs milliers de personnes.
"Il est question de science, de technique et de patrie", pas seulement d'emplois, a estimé le chef de file de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, assis à côté du maire (LR) de Belfort Damien Meslot.

Jean-Luc Mélenchon soupçonne un "pacte de corruption"

M. Mélenchon a également pointé le "pacte de corruption" dénoncé par le député Olivier Marleix (LR), qui avait saisi en janvier la justice pour qu'elle enquête sur les circonstances de la vente du pôle énergie d'Alstom à l'américain General Electric en 2014.

"Les conditions dans lesquelles s'est faite la vente d'Alstom à General Electric (...) donnent à penser, c'est quand même très curieux. Tout cela s'est passé sous l'autorité maintenant lointaine de François Hollande mais M. Macron avait déjà des responsabilités (...) et maintenant la chaîne de commandement dans cette entreprise est faite de proches de M. Macron, donc là il y a un grave soupçon", a souligné M. Mélenchon.

Quelques tensions à l'entrée de la mairie

Des tensions ont eu lieu à l'entrée de la mairie avant la conférence de presse, entre deux élus du Rassemblement national (RN) au conseil régional qui souhaitaient y entrer et le service d'ordre de l'intersyndicale qui les en a empêchés. Une dizaine de policiers a dû s'interposer.

Par la voix de Francis Fontana, délégué Sud Industrie, l'intersyndicale a souligné ne "pas partager les valeurs du RN", tandis que les deux élus ont accusé les syndicats de "discréditer leur combat".

La procédure du plan social "a commencé"

Les salariés de General Electric ont empêché par deux fois cette semaine la tenue de la première réunion d'information sur le plan social, annoncé fin mai par le groupe américain, qui prévoit plus d'un millier de suppressions de postes en France, essentiellement à Belfort.

Toutefois, en dépit du blocage, "la procédure information-consultation", qui lance le plan social, "a officiellement commencé", avait indiqué vendredi à l'AFP une source proche du dossier.

Annoncé le 28 mai par GE, le plan social prévoit la suppression de 1.050 emplois en France, dont près de 800 dans l'entité belfortaine produisant des turbines à gaz et qui emploie 1.900 personnes. Au total, GE emploie 4.300 salariés à Belfort.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

La situation de l’apprenti du boulanger de Besançon en grève de la faim est régularisée

+ réaction de la maire de Besançon • Stéphane Ravacley, boulanger de la rue Rivotte à Besançon, a gagné son combat. Son apprenti d'origine guinéenne, Laye Traoréiné, a été régularisé, apprend-on ce 14 janvier 2021. Après plus d'une semaine de grève de la faim, le boulanger avait fait un malaise ce mardi vers 8h30. Il avait été conduit aux urgences de Besançon.

Boulanger en grève de la faim à Besançon : le MRAP exige la régularisation de Laye Fodé Traoréiné

Dans un communiqué du 13 janvier, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) de Besançon déclare son soutien au combat du boulanger Stéphane Ravacley en grève de la faim pour protester contre l'expulsion de son apprenti guinéen Laye Fodé Traoréiné, et demande la régularisation de ce dernier.

Covid-19 : jeunes de Bourgogne Franche-Comté, « ne restez pas seuls ! »

Dans un communiqué du 13 janvier 2021, Denis Lamard, conseiller régional Bourgogne Franche-Comté délégué à la jeunesse et la vie associative et président du CRIJ de Bourgogne Franche-Comté, appelle les jeunes à ne pas rester seuls en cette longue période de crise sanitaire et de travail à distance…

Le boulanger en grève de la faim contre l’expulsion de son apprenti conduit aux urgences

Notre journaliste avait rencontré Stéphane Ravacley, boulanger de Besançon, ce lundi vers 17h00. Ce dernier qui se trouvait en forme hier, a fait un malaise ce mardi 12 janvier 2021 vers 8h30. Il a été conduit aux urgences après plus d'une semaine grève de la faim.

Covid-19 : la Bourgogne Franche-Comté, deuxième région la plus touchée par la hausse des décès lors de la 2e vague

Selon une étude de l'Insee publiée le 11 janvier 2021, entre le 1er septembre et le 28 décembre 2020, 11 976 décès, toutes causes confondues, ont été enregistrés en Bourgogne-Franche-Comté, soit 25 % de plus qu’en 2019 et 27 % de plus qu’en 2018. La Bourgogne Franche-Comté est la deuxième région la plus impactée par la hausse des décès lors de la 2e vague. Cette évolution est toutefois encore provisoire et sera révisée à la hausse dans les prochaines semaines.

Boulanger de Besançon en grève de la faim depuis 9 jours : « Non, je ne suis pas suicidaire, je fais attention »

Après 9 jours de grève de la faim pendant lesquels Stéphane Ravacley s'est nourri exclusivement de bouillons, et 8kg en moins, nous lui avons rendu visite lundi 11 janvier dans son fournil de la rue Rivotte à Besançon pour prendre de ses nouvelles ainsi que celles de Laye Traoréiné, son apprenti guinéen.

Sondage – Pensez-vous que la grève de la faim de Stéphane Ravacley est utile pour éviter l’expulsion de son apprenti guinéen ?

Depuis le 3 janvier dernier, Stéphane Ravacley, boulanger à Besançon est en grève de la faim pour protester contre l'expulsion de son apprenti guinéen Laye Fadé Traoréiné. Pensez-vous que cette action est utile au jeune homme pour rester à Besançon et éviter l'expulsion ?
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -2
nuageux
le 15/01 à 21h00
Vent
2.54 m/s
Pression
1027 hPa
Humidité
98 %

Sondage