Besançon : un policier relaxé en appel après avoir frappé un "gilet jaune"

Publié le 15/02/2024 - 15:51
Mis à jour le 15/02/2024 - 15:25

La cour d'appel de Besançon a prononcé jeudi la relaxe d'un policier condamné en première instance pour avoir donné un coup de matraque à un "gilet jaune", lors d'une manifestation à Besançon en 2019.

Gilets Jaunes manifestation  © Hélène Loget ©
Gilets Jaunes manifestation © Hélène Loget ©

L'avocat du plaignant, Me Arié Alimi, a annoncé son intention de "faire un pourvoi en cassation puis d'envisager des recours devant la CEDH (Cour européenne des droits de l'Homme) afin de fixer le corpus juridique".

"La justice a été vraiment rendue", a en revanche salué l'avocate du policier Me Catherine Bresson, à la sortie de la salle d'audience. "Il ne s'agissait pas de violences policières, mais de circonstances particulières d'intervention lors d'une manifestation", a-t-elle insisté.

Le 30 mars 2019, à Besançon, un jeune homme de 22 ans participe à une manifestation de "gilets jaunes", quand la police intervient pour interpeller une personne suspectée d'avoir lancé des projectiles sur les forces de l'ordre. Un policier surgit de l'angle d'une rue et découvre son "binôme" faisant face au jeune homme, avec une grenade lacrymogène entre eux. Le policier avait alors donné un coup de "bâton de défense souple" à la victime, touchée à l'épaule et à l'arcade sourcilière. La scène, filmée par une journaliste des médias de Besançon Média 25 et Radio Bip, est devenue virale sur les réseaux sociaux.

Condamné à 1.000 € en première instance

En première instance, le tribunal correctionnel de Besançon avait condamné le policier à 1.000 euros d'amende avec sursis et 500 euros au titre du préjudice moral, pour "violences volontaires avec arme par dépositaire de l'autorité publique".

Le ministère public, qui avait initialement classé l'affaire sans suite, a requis la relaxe lors des deux procès, estimant que le policier était "intervenu pour faire face à un danger, avec un geste préventif quasi spontané de maintien de l'ordre".

"Le combat contre les violences policières est un long calvaire pour les victimes. Il s'expose à un conservatisme de l'institution judiciaire qui protège les fonctionnaires de police", a fustigé Me Arié Alimi. 

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du Groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie Participative et de la participation citoyenne a décidé de porter plainte auprès du Procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du Conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.73
légère pluie
le 15/04 à 6h00
Vent
3.72 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
94 %