"Bio innovation" : un centre pour inventer la médecine et les médicaments de demain à Besançon

Publié le 20/04/2021 - 12:00
Mis à jour le 29/04/2021 - 08:51

Inauguration • Le nouveau bâtiment de 4.000 m2 au cœur de Témis Santé sur les Hauts-du Chazal à Besançon a été inauguré le 30 mars 2021. « Bio Innovation » a pour but de rapprocher les acteurs de la recherche biomédicale avec le secteur industriel pour que Besançon garde son temps d’avance dans le développement des thérapies innovantes.

Porté par Grand Besançon Métropole depuis 2013, le chantier de Bio Innovation a démarré en 2017 et vient d’être inauguré sur Témis Santé, un pôle cher à l’ancien maire de Besançon Jean-Louis Fousseret qui avait porté personnellement le projet.

Macha Woronoff pour l'université de Franche-Comté, Marie-Guite Dufay pour la région, Anne Vignot pour Grand Besançon Métropole : tous ont chaleureusement salué l'initiative de Jean-Louis Fousseret, "pionnier" de Témis Santé et qui a cru au potentiel bio médical de Besançon . Une initiative qui prend encore plus de sens dans le contexte sanitaire actuel.

Depuis plus de 20 ans, l'EFS de Franche-Comté à Besançon, soutenue par les équipes locales de recherche, travaille sur la compréhension des mécanismes en immunologies tolérance des greffes ou rejet des cellules indésirable pour le traitement de cancers.

Ces travaux ont conduit au développement de nouveaux médicaments appelés les MTI (médicaments de thérapies innovantes) autour de la cellule clé du système immunitaire : le lymphocyte. "Ils ont porté sur sa reprogrammation pour lui permettre d'acquérir directement et indirectement des propriétés thérapeutiques dans les maladies inflammatoires et le cancer" témoigne Pascal Morel , directeur de la recherche et de la valorisation à l'EFS Bourgogne Franche-Comté. "Certains candidats MTI sont déjà en évaluation chez l'homme et d'autres sont en préparation (...) Bio innovation promeut la structuration de cette filière biotechnologique réunissant un consortium d'acteurs industriel et institutionnel...."

Développer la filière industrielle de médicaments de thérapies innovantes en Franche-Comté

Bio innovation est donc un équipement spécialisé dans les dispositifs médicaux, le diagnostic et les thérapies associées ou issues du sang (thérapie cellulaire...). Il se veut être un guichet de rencontres pour faire émerger les idées et les innovations de demain.

Les expertises "Santé" de Bio Innovation :

  • Cellules souches (médecine régénérative)
  • Immunothérapies contre le cancer et maladies inflammatoires
  • Innovation associée au domaine du sang
  • Dispositifs médicaux combinés, actifs ou intelligents (biologie des matériaux, mécanique, électronique, microtechniques)

Bio Innovation vise à structurer la recherche, de la caractérisation des produits et à la production de lots nécessaires à leur évaluation clinique dans la cadre du processus d'enregistrement de nouveaux médicaments. Il regroupe l'établissement français du sang, le CHRU de Besançon, l'université de Franche-Comté et leurs instituts de recherche respectifs ainsi que le pôle des microtechniques.

Le centre dispose d'un plateau technique mutualisé en biologie pour conduire des études de faisabilité (mesures de colonisation cellulaire, tests préliminaires de bio compatibilité... ) et de laboratoires modulaires (type L1 et L2) ainsi qu'un atelier de conception, simulation et prototypage médical afin de soutenir le transfert des projets vers le clinique.

Échange ente praticiens, chercheurs, étudiants et industriels

Anne Vignot, la maire EELV de Besançon et présidente du la communauté urbaine parle d'une véritable chance pour le territoire. "Bio innovation Besançon a été labellisé "intégrateur technologique" de biopruducion et de biomédicaments" souligne-t-elle. "Ce site fait partie des six plateformes incontournables en France visant dans le même temps à réduire les coûts de production afin de rendre ces biomédicaments innovants plus accessibles..."

Médecine du futur

Chantal Carroger, la directrice du CHRU  a rappelé le rôle essentiel de la recherche, même parfois oublié, d'un hôpital universitaire. À Besançon, 300 professionnels ont publié pas moins de 700 articles dans les revues scientifiques internationales en lien avec les laboratoires de l'université de Franche-Comté et les équipes de recherche de l'EFS.

François Toujas, directeur national de l'établissement Français du sang a fait le déplacement pour l'inauguration. Bio Innovation est pour lui un maillon de la souveraineté sanitaire du pays pour rester à la pointe de la recherche dans le domaine des thérapies innovantes. "Je n'oublie pas que c’est à Besançon, qu'a été mis au point le premier Car-T Cell dans la lutte contre la leucémie" rappelle-t-il. Un traitement qui coûte 300.000 € s'il vient des États-Unis.

"Nous avons cinq ans d'avance à Besançon sur le monde entier et qui le sait ?" Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne Franche-Comté. 

Marie Guite Dufay, la présidente de région s'est dite "doublement heureuse" de voir l'aboutissement de ce centre pour améliorer les dispositifs de soins, mais aussi face à l'enjeu de souveraineté nationale pour la production des MTI, facteur d'attractivité pour la région et pour faire de Besançon "une future capitale internationale du médicament innovant"

Une vision partagée par Macha Woronoff,"Nous appliquons ici les circuits courts dans le domaine de la santé pour réaliser des projets novateurs au service de la santé et in fine des patients" s'est réjouit la nouvelle présidente de l'université de Franche-Comté. "Bio Innovation donne une visibilité européenne et internationale au savoir-faire comtois dans une activité économique à haute valeur ajoutée, un terrain d'excellence pour la médecine, mais aussi les emplois de demain..."

Bio Innovation Besançon : 4.000 m2 pour les projets Santé

  • 2.300 m2 de locaux dédiés en offre locative et sur mesure (bureaux, laboratoires de 20 à 500 m2...)
  • 700 m2 de plateforme technologique R&D et dispositifs médicaux et MTI
  • Des espaces partagés (co-working, espace séminaire, showroom, salle de conférence de 100 m2; impression 3D pour protypage)

Au premier étage, sur 530 m2 se situent les laboratoires L1, L2, de biologie moléculaire et plateformes biotechnologiques de l'EFS (EFS, CHU, UMR 1089 Right, 6174 Femto-ST...)

Le centre d'investigation clinique (INSERM 1431) et de recherche en oncologie du CHRU s'est installé au second étage. Bio Innovation abrite également sur 280 m2 Biotika, la junior entreprise, émanation d'un projet du Hacking Health de Besançon.

Le coût de Bio Innovation 7,4 M€

  • 3,7 M€ sur les deux premiers niveaux (1.671 m2) portés par Grand Besançon Métropole avec le soutien de l'État (440 K€) et de la région Bourgogne Franche-Comté (500 K€)
  • 3,7 M€ portés par Aktya  pour les trois autres niveaux (2.000m2)

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Au régal de chouchou, nouveau salon de thé bisontin

Christine Demange habite Pouilley les Vignes et vient d’ouvrir un nouveau salon de thé, Au régal de Chouchou situé au 128 grande rue à Besançon. Issue de la finance, cette mère de famille de quatre enfants a décidé de changer de voie professionnelle durant le confinement et a désormais troqué son tailleur pour un tablier… sans regrets !

Sondage – Éteindre l’éclairage public de certains quartiers de Besançon pour faire des économies, qu’en pensez-vous ?

À partir du 30 novembre 2022, l’éclairage public sera éteint dans plusieurs quartiers bisontin pour faire face à l’envolée des prix de l’énergie. La municipalité va progressivement éteindre les lumières entre 23 h et 5 h. Avec cette mesure, elle compte économiser 120.000 €. Selon vous, est-ce une bonne idée ? C'est notre sondage de la semaine.

On a goûté pour vous le calendrier de l’avent de laGrange à Marnay…

Chaque année, laGrange à Marnay propose un calendrier de l’avent version gourmande avec ses produits et des découvertes. Élodie et Alexane, journalistes pour maCommune.info et amatrices de boissons chaudes, ont testé pour vous les thés, tisanes et rooibos de ce calendrier particulier…

Bourgogne Franche-Comté : La retraite progressive ou comment se préparer au départ à la retraite

PUBLI-INFO • Le départ en retraite effraye, c’est un fait. Les futurs retraités redoutent de se retrouver sans activités pour occuper leurs journées. Ainsi, la retraite progressive permet, à partir de 60 ans, de recevoir une part de sa re­traite tout en réduisant son temps de travail. À travers, le témoignage de Pierre-Jean, salarié de 62 ans, décou­vrez ce qu’est concrètement la retraite progressive et les motivations qui l’ont poussé à en faire la demande.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.37
couvert
le 04/12 à 0h00
Vent
0.29 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
84 %