Bourgogne-Franche-Comté : quatre établissements de santé récompensés

Publié le 25/11/2016 - 17:22
Mis à jour le 25/11/2016 - 17:22

L’Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté a récompensé le jeudi 24 novembre 2016 à Dijon quatre établissements et structures médico-sociales. Elles sont lauréates du prix Qualité 2016 de la région.

ars.png
ars.png

Semaine de la sécurité des patients du 21 au 25 novembre 2016

PUBLICITÉ

En 2010, le ministère de la santé a mis en place la semaine de la sécurité des patients du 21 au 25 novembre 2016. L’occasion pour l’ARS Bourgogne-Franche-Comté de récompenser quatre établissements et structures parmi une quarantaine sur la région, qui sont exemplaires en termes d’initiatives et de sécurité. Le directeur général de l’Agence, Christophe Lannelongue leurs a remis quatre Prix Qualité, d’une valeur de 5 000 euros. Des vidéos valorisant leurs actions ont été présentées à l’occasion de cet événement, qui s’est tenu au siège de l’ARS, à Dijon, en présence de Rémy Bataillon, conseiller auprès du directeur de la Haute Autorité de Santé (HAS).

Les lauréats et leurs projets

L’ITEP (institut thérapeutique éducatif et pédagogique) Les Cottereaux, à Cosne-sur – Loire, pour le projet L’arbre de la Bientraitance

Ou la métaphore de l’arbre (oxygène, racines solides…) pour faire vivre une charte de la bientraitance. Chaque professionnel impliqué dans la prise en charge des enfants et adolescents ayant vécu des violences est invité à accrocher aux branches des messages, des images ou tous supports permettant de s’exprimer autour du respect de l’autre.

L’Association Hospitalière de Bourgogne Franche-Comté, à Vesoul (Haute-Saône) pour le projet Les Quali’Actives

Conçues comme un véritable jeu avec plateau, dés et pions, ces Quali’Actives se présentent sous la forme de fiches qui proposent études de cas, vrai-faux ou encore énigmes organisées par thématiques (identitovigilance, prise en charge médicamenteuse, parcours du patient,…) en lien avec la prise en soin du patient et en cohérence avec celles définies par la Haute Autorité de Santé. Démarche novatrice et approche ludique pour informer et mobiliser les personnels.

Le Centre Hospitalier de Mâcon pour le projet Chimiothérapies orales – lien ville/hôpital 

Le centre hospitalier de Mâcon souhaitait renforcer le lien entre la ville et l’hôpital dans un objectif d’amélioration de l’accompagnement, de la prise en charge et de l’observance des patients traités par chimiothérapies orales. • Le projet et les outils (fiches des intervenants, fiches médicaments aide-mémoire fiche de suivi) ont été entièrement imaginés, créés, mis en place et sont suivis par les pharmaciens et oncologues de l’établissement.

L’Hôpital Nord Franche-Comté (Belfort) pour le projet Accompagnement debout des patients au bloc opératoire

Objectif : lier le développement de la cancérologie mammaire en ambulatoire au sein de l’HNFC à un projet qualitatif d’accompagnement debout des patientes au bloc. Amélioration de la relation soignant-soigné en portant les valeurs de bientraitance et le respect de la dignité et de la mobilité des patients. Amélioration des conditions d’hygiène et simplification de la logistique pour la prise en charge des patients.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.87
ciel dégagé
le 22/05 à 21h00
Vent
1.89 m/s
Pression
1021.17 hPa
Humidité
88 %

Sondage