Une brassière de détection du cancer du sein développée à Besançon

Publié le 14/10/2020 - 18:40
Mis à jour le 16/10/2020 - 11:08

Développé par l'École Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques (ENSMM), ce système de détection du cancer du sein sera en phase test sur des patientes à l'hôpital Nord-Franche-Comté à partir de 2021. Il pourrait par la suite se démocratiser...

Ce soutien-gorge intelligent pourrait devenir un complément des mammographies et à terme être utilisé individuellement chez soi. Zeina Al Masry, enseignante chercheuse à l'ENSMM et pilote de ce projet (avec Noureddine Zerhouni) a d'ailleurs des projets ambitieux pour ce prototype. Elle reste toutefois sur la réserve : "Il est en phase test pour l'instant, mais c'est vrai qu'on peut imaginer que ce dispositif réponde à un problème plus large, notamment dans les pays sous-développés. Il pourrait être utilisé dans des endroits où il n'y a pas forcément de matériel pour effectuer des mammographies. Néanmoins, il ne remplace par cette dernière, il est complémentaire" .

Comment fonctionne-t-il ?

Le but de ce dispositif et "d'aider à détecter en précoce la présence des nodules dans le sein", précise Zeina. Il est composé de deux types de capteurs : thermiques et d''impédance électrique. "Grâce à ce réseau de capteurs qui est lié à un soutien-gorge, nous allons pouvoir collecter des données et les traiter. Il s'agira ensuite de localiser, préciser la taille et la profondeur des nodules".

Pour l'heure, ce dispositif est dédié à une tranche d'âge précise (50-60 ans). Concernant les essais cliniques, les premières patientes qui pourront bénéficier du dispositif seront accompagnées d'un médecin. Elles l'enfileront comme un soutien-gorge classique et devront le garder sur elles pendant trente minutes.

Remarque :  la mammographie est conseillée à partir de 50 ans.

Infos +

  • Développé par l'ENSMM, ce dispositif profite d'un financement Interreg (franco-suisse). La partie française est composée de l'ENSMM et Femto-ST, l'UTBM, l'hôpital Nord-Franche-Comté. La partie suisse est composée du CSEM et le ZTC.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Sondage – Respectez-vous la « règle de 6 » personnes maxi à table chez vous ?

SONDAGE • Parmi les nouvelles règles à respecter pour limiter la propagation de la Covid-19, le président de la République recommande la "règle de 6", c'est-à-dire de ne pas être plus de 6 personnes lors de rassemblements chez soi notamment lors de repas. Et vous, respectez-vous cette règle à la maison ? C'est notre sondage de la semaine...

Forte dégradation sanitaire dans le Jura : le préfet prend de nouvelles mesures 

Le centre et le sud du département du Jura sont particulièrement touchés par une "reprise extrêmement forte de l’épidémie de la Covid-19" dans le département avec une part de personnes âgées toujours plus importante dans les cas positifs et forte montée en charge de la pression hospitalière. C'est pourquoi, le préfet du Jura a décidé de renforcer les mesures dans le cadre de l'État d'urgence sanitaire comme  la fermeture des débits de boissons  à 22h dans 24 communes du Haut-Jura Saint-Claude.

Rebond de l’épidémie de Coronavirus : « Il nous reste trois semaines pour agir »

Suite aux annonces gouvernementales, le préfet du Doubs, Joël Mathurin, a précisé l'application locale émanant du décret instaurant l’état d’urgence sanitaire à compter de ce samedi 17 octobre 2020. Masques, rassemblements festifs, interdiction des soirées étudiantes, visites sur rendez-vous dans les Ehpad, registre pour les restaurants... : voici les mesures actuelles et à venir pour ralentir la circulation du virus et éviter un couvre-feu.

Covid-19 : "Freiner l'épidémie" en Bourgogne Franche-Comté

Point sanitaire • La situation s'est fortement dégradée cette semaine selon l'agence régionale de santé de Bourgogne Franche-Comté. On compte désormais 30 nouvelles hospitalisations par jour en moyenne contre 12 la semaine dernière. Les seuils d'alerte sont désormais dépassés dans tous les départements de la région à l'exception du Territoire de Belfort. Alors que les vacances débutent, l'ARS lance un véritable avertissement et vient de demander aux établissements de santé d’activer le premier niveau des plans d’augmentation des capacités d’hospitalisation.

« Le monde hospitalier ne veut absolument pas déprogrammer massivement ! » (Pr Limat – CHU de Besançon)

INTERVIEW • En vue d'une éventuelle seconde vague de l'épidémie à Besançon, le CHU se prépare. Toutefois, le Professeur Samuel Limat, président de la commission médicale d’établissement (CME), insiste sur le fait que si elle devait se produire, les conditions seraient totalement différentes par rapport au printemps en terme de capacité à adapter le système hospitalier, comme sur le sujet de la déprogrammation d'opérations. Il appelle la population à respecter les gestes barrières "le seul traitement prophylactique efficace que l'on ait" contre la Covid-19.
EN DIRECT | Conférence de presse sur les mesures de lutte contre la COVID-19.

EN DIRECT | Au lendemain des annonces du président de la République, je m’exprime sur l’application des mesures destinées à lutter contre la COVID-19.

Publiée par Jean Castex sur Jeudi 15 octobre 2020

Covid-19 : un nouveau tour de vis qui concerne toute la France…

Commerces fermés de 21h à 6h dans neuf métropoles, attestations de déplacement et aides aux entreprises... Au lendemain de l'annonce choc d'un couvre-feu par Emmanuel Macron, le gouvernement a détaillé le tour de vis des nouvelles mesures prises pour lutter contre l'épidémie.

Grève des agents de santé : entre 200 et 280 manifestants à Besançon

Une journée blanche de grève et de mobilisation nationale des agents de santé (sanitaire, médico-social, social des secteurs publics et privés) est organisée ce  jeudi 15 octobre 2020. A Besançon, plus de 200 professionnels de santé, dont de nombreux agent de l'hôpital, se sont rassemblés vers 14h devant l'hôpital St Jacques. Le cortège s'est ensuite rendu devant l'agence régionale de santé où une délégation a été reçue...

Nombre anormal de cancers chez des enfants dans le Jura: aucun facteur de risque environnemental commun (ARS)

L'enquête épidémiologique de Santé publique France présentée mardi 13 octobre 2020 aux familles d'une quinzaine d'enfants touchés par des cancers dans quatre communes du Jura, n'a identifié aucun facteur de risque environnemental commun, a indiqué mercredi l'Agence régionale de santé de Bourgogne Franche-Comté.

Covid-19 : et si la réouverture des discothèques permettait de limiter la propagation du virus ?

C'est une question qui peut surprendre et qui, en réalité, a toute sa légitimité à être posée en ces temps difficiles pour les libertés de chacune et de chacun, de crise économique, d'inquiétude, de santé publique… Nous nous sommes donc penchés sur cette question soulevée par la communauté des gérants de discothèques.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.26
nuageux
le 20/10 à 6h00
Vent
0.51 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
76 %

Sondage