Une brassière de détection du cancer du sein développée à Besançon

Publié le 14/10/2020 - 18:40
Mis à jour le 29/10/2020 - 15:29

Développé par l'École Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques (ENSMM), ce système de détection du cancer du sein sera en phase test sur des patientes à l'hôpital Nord-Franche-Comté à partir de 2021. Il pourrait par la suite se démocratiser...

Ce soutien-gorge intelligent pourrait devenir un complément des mammographies et à terme être utilisé individuellement chez soi. Zeina Al Masry, enseignante chercheuse à l'ENSMM et pilote de ce projet (avec Noureddine Zerhouni) a d'ailleurs des projets ambitieux pour ce prototype. Elle reste toutefois sur la réserve : "Il est en phase test pour l'instant, mais c'est vrai qu'on peut imaginer que ce dispositif réponde à un problème plus large, notamment dans les pays sous-développés. Il pourrait être utilisé dans des endroits où il n'y a pas forcément de matériel pour effectuer des mammographies. Néanmoins, il ne remplace par cette dernière, il est complémentaire" .

Comment fonctionne-t-il ?

Le but de ce dispositif et "d'aider à détecter en précoce la présence des nodules dans le sein", précise Zeina. Il est composé de deux types de capteurs : thermiques et d''impédance électrique. "Grâce à ce réseau de capteurs qui est lié à un soutien-gorge, nous allons pouvoir collecter des données et les traiter. Il s'agira ensuite de localiser, préciser la taille et la profondeur des nodules".

Pour l'heure, ce dispositif est dédié à une tranche d'âge précise (50-60 ans). Concernant les essais cliniques, les premières patientes qui pourront bénéficier du dispositif seront accompagnées d'un médecin. Elles l'enfileront comme un soutien-gorge classique et devront le garder sur elles pendant trente minutes.

Remarque :  la mammographie est conseillée à partir de 50 ans.

Infos +

  • Développé par l'ENSMM, ce dispositif profite d'un financement Interreg (franco-suisse). La partie française est composée de l'ENSMM et Femto-ST, l'UTBM, l'hôpital Nord-Franche-Comté. La partie suisse est composée du CSEM et le ZTC.
Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Santé

Les bienfaits des fruits et des légumes d’hiver par Chloé Vuillemin, diététicienne à Besançon

Nous sommes bien installé.es dans l’hiver : il fait froid, la nature se repose. Les arbres ont perdu leurs feuilles, tout se passe sous la terre, c’est le moment de manger des légumes racines ! Notre diététicienne bisontine Chloé Vuillemin nous explique les bienfaits des fruits et des légumes d'hiver sur notre santé...

Hausse des contaminations et hospitalisations, stabilité en réanimation

Covid-19 •

Avec plus de 10.200 nouveaux cas positifs en moyenne chaque jour dans la région, les contaminations sont toujours en hausse avec un taux d'incidence de 2.800 cas pour 100.000 habitants. Ce dernier atteint jusqu'à 3.400 cas pour 100.000 habitants dans le Doubs. On dénombre 130 hospitalisations supplémentaires en une semaine. En revanche, 158 patients sont en soins critiques, un chiffre stable depuis plus de 15 jours.

Covid-19 : le centre de vaccination Résal a rouvert ses portes et accueille aussi les enfants dès 5 ans

Suite à la fermeture du vaccinodrome de Micropolis, quatre centres de vaccination ont ouvert leurs portes ce lundi 17 janvier dans le Grand Besançon, dont deux à Besançon. Le préfet du Doubs, la maire et la déléguée départementale de l'ARS du Doubs ont visité le centre Résal dans le quartier Palente.
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.98
ciel dégagé
le 24/01 à 9h00
Vent
0.14 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
92 %

Sondage