Brexit : Moscovici à la réunion ministérielle de crise autour de Hollande

Publié le 24/06/2016 - 09:58
Mis à jour le 18/04/2019 - 10:27

La réunion ministérielle de crise autour de François Hollande s'est ouverte à 9h00 ce vendredi  24 juin 2016 à l'Elysée avec, outre plusieurs membres du gouvernement français, le commissaire européen Pierre Moscovici.

 ©
©

Les ministres des Finances, Michel Sapin, des Affaires étrangères,  Jean-Marc Ayrault ainsi que le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll et le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Harlem Désir participent à cette réunion, tout comme l'ancien ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici.

Le chef de l'Etat français doit s'exprimer à l'issue de cette réunion depuis le palais présidentiel. François Hollande avait lancé jusqu'au jour du référendum jeudi de multiples avertissements, estimant que "l'avenir de l'Union européenne" se jouait avec ce scrutin.

La directrice de cabinet du Premier ministre Manuel Valls, Véronique Bedague-Hamilius, et le représentant permanent de la France auprès de l'Union européenne, Pierre Sellal, étaient également autour de la table, a précisé l'entourage du chef de l'Etat qui doit s'exprimer en fin de matinée depuis le palais présidentiel. Le chef de l'Etat s'est auparavant entretenu pendant une vingtaine de minutes avec la chancelière allemande Angela Merkel et le président du Conseil européen Donald Tusk, a-t-on appris auprès de son entourage.

 Au cours de leur conversation, François Hollande et Angela Merkel "ont tiré les conséquences" du référendum britannique, envisageant de nouveaux entretiens au cours de la journée. Le président français avait lancé jusqu'au jour du référendum jeudi de multiples avertissements, estimant que "l'avenir de l'Union européenne" se jouait avec ce scrutin. Aux yeux de Paris, a-t-il mis en garde, la sortie du Royaume-Uni de l'UE

est "irréversible". Le chef de l'Etat avait également annoncé mercredi qu'il se rendrait "la semaine prochaine" à Berlin pour y retrouver la chancelière allemande Angela Merkel, une rencontre prévue lundi, avant le sommet européen post-Brexit de mardi et mercredi à Bruxelles. François Hollande a plaidé aussi pour "une relance de la construction européenne (...) quelle que soit la réponse du peuple britannique".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

brexit

Brexit, « la victoire de l’Angleterre périphérique ! » selon le géographe Christophe Guilluy

Pour le géographe Christophe Guilluy, c'est clair, la victoire du Brexit, "c'est celle de l'Angleterre périphérique. C'est-à-dire celle des territoires où vivent désormais les classes populaires (comme dans bien des pays développés) : l'espace rural, petites villes et villes moyennes.... (la question de l'insularité est secondaire). Partout, le modèle mondialisé produit sa contestation (Amérique périphérique, une Suède périphérique, Suisse périphérique, Pays-Bas périphérique etc. etc. )". 

Prolonger le plan Juncker, piste pour aller de l’avant après le Brexit, selon Moscovici

Le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici a estimé ce dimanche 3 juillet  2016 que l'Union européenne devait lancer des "initiatives fortes" pour "réinventer l'Europe" après le Brexit, parmi lesquelles figurent une prolongation du plan Juncker, destiné à relancer l'investissement en Europe. 

Brexit: la France et l’Allemagne doivent « prendre l’initiative » (Hollande)

François Hollande a affirmé ce dimanche 26 juin 2016 que la France et l'Allemagne devaient "prendre l'initiative" après le vote des Britanniques en faveur de la sortie de leur pays de l'Union européenne.

La gauche se prononce sur le Brexit : le belfortain Bastien Faudot parle d’ »un nouveau départ comme une coopérative de nations « 

La gauche s’est prononcé sur la décision des Britanniques de quitter l’Union Européenne ce vendredi 24 juin 2016. Entre la gauche de la gauche, le Parti socialiste, le parti de gauche ou encore le MRC : certains ont réagi plus vivement que d’autres.

F. Hollande sur le Brexit : « un choix douloureux que je regrette profondément »

Ce vendredi 24 juin 2016, François Hollande a déclaré regretter "profondément" le vote des Britanniques en faveur d'une sortie de l'Union européenne, "un choix douloureux" qui "met ravement l'Europe à l'épreuve""L'Europe ne peut plus faire comme avant", a souligné le chef de l'Etat lors d'une allocution solennelle depuis l'Elysée à l'issue d'une réunion de crise avec plusieurs membres du gouvernement, et avant un conseil des ministres extraordinaire prévu dans l'après-midi.

Politique

Régionales Bourgogne-Franche-Comté : le portrait et le programme de Gilles Platret

CANDIDAT N°7 • Gilles Platret a 48 ans. Depuis 2014, il est maire de Chalon-sur-Saône et conseiller régional à la Région Bourgogne Franche-Comté depuis 2015. Il est également vice-président du parti Les Républicains. Cette année, il se présente en tête de liste pour les élections régionales avec "Pour les Bourguignons et les Francs-Comtois" (LR-Debout la France-UDI).

Régionales Bourgogne-Franche-Comté : le portrait et le programme de Stéphanie Modde

Candidate n°6 •

Stéphanie Modde a 53 ans. Présidente du groupe des élus écologiste a 10 ans, Elle a intégré les Verts en 1995. Depuis, elle n'a eu de cesse de faire de l'écologie politique son étandard avec une vision sociale clairement affichée à gauche. Avec sa liste  "Écologistes et Solidaires", Stéphanie Modde dit vouloir porter une écologie ambitieuse pour la Bourgogne Franche-Comté.

Régionales Bourgogne-Franche-Comté : le portrait et le programme de Marie-Guite Dufay

Candidat n°3 • Marie-Guite Dufay a 73 ans. Élue au conseil régional de Franche-Comté sur, elle devient 1re vice-présidente de la région. Au décès de Raymond Forni en 2008, elle prend le siège de la présidence qu'elle conservera en 2010 puis en 2015 lors des premières élections à l'échelle des grandes régions. Elle se représente à nouveau avec la liste "Notre Région par Coeur" (PS-PRG-PCF et société civile)

Régionales Bourgogne-Franche-Comté : le portrait et le programme de Denis Thuriot

Candidat n°2 • Denis Thuriot a 54 ans.Ex-membre du parti socialiste dont il s'éloigne en 2012, cet avocat de profession a conquis la mairie de Nevers en 2014 avec une liste sans étiquette et le soutien du Centre et d'une partie de la Droite. Il est l'un des premiers à rejoindre Emmanuel Macron en 2016. Il mène aujourd'hui la liste "La Région partout et pour tous" qui réunit la majorité présidentielle LREM avec le MoDem et Agir.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.84
nuageux
le 13/06 à 9h00
Vent
4.58 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
87 %

Sondage