Certains ambulanciers privés en grève ce lundi

Publié le 03/06/2013 - 08:52
Mis à jour le 03/06/2013 - 18:20

Un mouvement de grève des ambulanciers privés est en cours ce lundi 3 juin 2013 devant l’ARS de Besançon, comme devant les autres ARS de France. Les griefs de ces professionnels de la santé portent sur leurs rémunérations, leurs conditions de travail et le fait de ne pas dépendre du ministère de la Santé.

 ©
©

pas contents

Les ambulanciers privés expliquent que :

  • en 2013, la profession d'ambulancier reste l’un des rares métiers non rémunéré à 100 % (90 % en journée – exemple : 10 heures sur son lieu de travail pour 9 heures rémunérées - et 75 % les nuits et week-end – exemple : un salarié qui passe 12 heures sur son lieu de travail n'aura ce jour là que 9 heures payées).
  • Le taux de rémunération demeure extrêmement bas (10,40 €/h pour un ambulancier diplômé d’état et 9,43 €/h pour un auxiliaire) sans que ne soit tenu compte des responsabilités inhérentes à leurs missions.
  • Les conditions salariales cumulées aux contraintes du métier (horaires, vie de famille morcelée, pénibilité du travail, maladies professionnelles, obésité, distances entre les établissements de santé, violence, …) expliquent aussi le turnover dont souffre la profession qui, paradoxalement, demeure un secteur solide pour l'emploi.

Des compétences pas assez reconnues

Aussi les ambulanciers souhaitent-ils désormais dépendre du ministère de la santé, en raison leurs compétences professionnelles acquises et exercées au quotidien, leur implication lors des interventions de secours à personne, la surveillance et l’accompagnement prodigués aux patients entrant ou sortant des établissements de santé et de soins.

Ils estiment que le transport sanitaire est trop souvent méconnu et attaqué à tort sur son coût pour la sécurité sociale. Or, ils rappellent que les ambulanciers français (50.000 environ) et leurs entreprises (plus de 5.000) payent cotisations et taxes, constituant de ce fait une ressource pour le pays.

De plus en plus de transports médicaux dans l'avenir

"Avec le vieillissement de la population et l'abandon progressif du modèle hospitalier actuel trop coûteux – entraînant prochainement plus d'hospitalisation à domicile, de chirurgie ambulatoire, la fermeture des hôpitaux périphériques - le nombre de transport médicaux va s’accroître, expliquent-ils. Le secteur du transport sanitaire devra recruter, s'étoffer, s'adapter aussi à des objectifs multiples dans la seule volonté de « répondre aux attentes des patients » dont les professionnels ambulanciers sont les garants 24h/24, 7jours /7, jours fériés inclus. C'est donc pour toutes ces raisons que les ambulanciers de Franche Comté (tout comme leurs collègues de France) sont invités à faire valoir leur droit de grève le 3 juin 2013 à partir de 8h devant l'Agence régionale de santé".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.26
couvert
le 01/03 à 18h00
Vent
1.96 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
65 %