Certains ambulanciers privés en grève ce lundi

Publié le 03/06/2013 - 08:52
Mis à jour le 03/06/2013 - 18:20

Un mouvement de grève des ambulanciers privés est en cours ce lundi 3 juin 2013 devant l’ARS de Besançon, comme devant les autres ARS de France. Les griefs de ces professionnels de la santé portent sur leurs rémunérations, leurs conditions de travail et le fait de ne pas dépendre du ministère de la Santé.

1212146055_ambulance_logo.jpg
©DR

pas contents

PUBLICITÉ

Les ambulanciers privés expliquent que :

  • en 2013, la profession d’ambulancier reste l’un des rares métiers non rémunéré à 100 % (90 % en journée – exemple : 10 heures sur son lieu de travail pour 9 heures rémunérées – et 75 % les nuits et week-end – exemple : un salarié qui passe 12 heures sur son lieu de travail n’aura ce jour là que 9 heures payées).
  • Le taux de rémunération demeure extrêmement bas (10,40 €/h pour un ambulancier diplômé d’état et 9,43 €/h pour un auxiliaire) sans que ne soit tenu compte des responsabilités inhérentes à leurs missions.
  • Les conditions salariales cumulées aux contraintes du métier (horaires, vie de famille morcelée, pénibilité du travail, maladies professionnelles, obésité, distances entre les établissements de santé, violence, …) expliquent aussi le turnover dont souffre la profession qui, paradoxalement, demeure un secteur solide pour l’emploi.

Des compétences pas assez reconnues

Aussi les ambulanciers souhaitent-ils désormais dépendre du ministère de la santé, en raison leurs compétences professionnelles acquises et exercées au quotidien, leur implication lors des interventions de secours à personne, la surveillance et l’accompagnement prodigués aux patients entrant ou sortant des établissements de santé et de soins.

Ils estiment que le transport sanitaire est trop souvent méconnu et attaqué à tort sur son coût pour la sécurité sociale. Or, ils rappellent que les ambulanciers français (50.000 environ) et leurs entreprises (plus de 5.000) payent cotisations et taxes, constituant de ce fait une ressource pour le pays.

De plus en plus de transports médicaux dans l’avenir

« Avec le vieillissement de la population et l’abandon progressif du modèle hospitalier actuel trop coûteux – entraînant prochainement plus d’hospitalisation à domicile, de chirurgie ambulatoire, la fermeture des hôpitaux périphériques – le nombre de transport médicaux va s’accroître, expliquent-ils. Le secteur du transport sanitaire devra recruter, s’étoffer, s’adapter aussi à des objectifs multiples dans la seule volonté de « répondre aux attentes des patients » dont les professionnels ambulanciers sont les garants 24h/24, 7jours /7, jours fériés inclus. C’est donc pour toutes ces raisons que les ambulanciers de Franche Comté (tout comme leurs collègues de France) sont invités à faire valoir leur droit de grève le 3 juin 2013 à partir de 8h devant l’Agence régionale de santé ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Acculée par la grève inédite touchant les services d'urgences depuis près de six mois, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a détaillé ce lundi 10 septembre 2019 un "pacte de refondation" de 750 millions d'euros sur trois ans, mais ne prévoyant ni les lits ni les effectifs supplémentaires réclamés par les grévistes. La CGT a annoncé lundi soir qu'elle maintenait son appel à manifester mercredi.

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

recherche • C’est l’enjeu de recherches menées depuis dix ans déjà par le Professeur Olivier Adotévi et l’UMR 1098 Inserm/EFS/UFC de Besançon. L’équipe qu’il dirige a mis en place un vaccin thérapeutique anti-cancer universel, et non préventif,  appelé UCPVax, breveté en 2012. Les premiers essais cliniques ont été engagé depuis la fin de l'année 2016 au CHRU de Besançon

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.32
ciel dégagé
le 15/09 à 21h00
Vent
0.95 m/s
Pression
1022.11 hPa
Humidité
80 %

Sondage