Confinement : les pompiers alertent sur les accidents domestiques...

Publié le 30/03/2020 - 11:00
Mis à jour le 30/03/2020 - 11:00

Multiprises surchargées, bricolage improvisé, enfants penchés au balcon tous les soirs à 20h : les sapeurs-pompiers redoutent plus que jamais les accidents domestiques liés au confinement au moment où l'ennemi invisible du coronavirus complique chaque intervention et crée un "stress permanent".

© Bru-nO PXB CC0 ©
© Bru-nO PXB CC0 ©

"L'activité diminue, notamment sur les accidents de la route, mais les interventions n'ont plus rien à voir avec d'habitude (...) et les pompiers sont aujourd'hui inquiets en permanence", explique Eric Brocardi, porte-parole de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France.

"D'habitude, si on va sur une foulure de la cheville ou du genou, on sait qu'on va poser une poche de glace, mettre une attelle et embarquer la victime aux urgences. Là, on doit enquêter sur la victime, mettre tout notre nécessaire de protection", détaille le capitaine. "Quand on rentre, le stress est là, on se demande si on a chopé quelque chose et on dort pas tranquille la nuit", dit-il.

S'ils restent peu significatifs selon les Services départementaux d'incendie et de secours (SDIS) interrogés, quelques accidents domestiques ont eu lieu liés à l'obligation de rester chez soi.

Le problème numéro un, explique M. Brocardi, est "la surcharge électrique liée à l'utilisation des téléphones ou des appareils nomades"."Quand la télévision et la radio sont allumées 10 heures par jour, ce n'est plus la même utilisation de la maison au quotidien", explique-t-il en insistant sur les mesures de prévention.

  1. Pas de téléphone dans les salles humides
  2. Éviter de tout surcharger en même temps
  3. éviter les multiprises qui ne soient pas aux normes européennes, avec le vrai logo"

Attention à la défenestration

"Les défenestrations ça peut aussi arriver (...) car tous les soirs, on se met à la fenêtre à 20H00, tout le monde se penche pour regarder les voisins: il ne faut pas laisser les enfants seuls", dit-il. Autre point, "ce n'est pas parce que les magasins de bricolage sont fermés qu'on doit utiliser du matériel pas forcément adapté: on encourt le risque de se faire mal, de créer un court-circuit ou de s'électrocuter".

Si le public respecte ces consignes, les pompiers peuvent "se concentrer sur l'aide aux personnes soumises au risque infectieux", qui se fait sous intense pression avec la crise sanitaire.

"Ennemi" invisible

"Je pars en intervention (...), je ne vois pas l'ennemi qui est un virus, je redouble de vigilance, et d'un point de vue de la crainte psychologique, je rentre dans un milieu que je ne connais pas", raconte ce pompier. Il faut alors mettre "blouse, lunettes, charlotte".

"Quand on voit des flammes et de la fumée, on met un masque, un casque, un appareil respiratoire isolant, on est blindé, on voit l'ennemi et on sait comment le contrôler, comment l'éteindre et le tuer. Aujourd'hui, on ne sait pas ce qu'il en est" face au virus, poursuit-il. L'intervention s'arrête uniquement quand tous les éléments portés sur soi ont terminé le cycle de décontamination et que l'ambulance a été totalement nettoyée.

"Donc", insiste M. Brocardi, une intervention qui à la base fait une heure, aujourd'hui en fait trois, "entre le moment où l'on s'habille et le moment où l'on a rendu le camion à nouveau opérationnel".

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Fin de l’obligation du port du masque en extérieur jeudi. Levée du couvre-feu avancé au 20 juin

Grâce à une amélioration sanitaire plus rapide que prévu, la vie va redevenir presque normale avec la fin de l'obligation du port du masque à l'extérieur dès jeudi et la levée du couvre-feu à partir de dimanche. Jean Castex prévient que la levée du couvre-feu n'empêcherait pas le maintien des protocoles sanitaires pour les lieux publics et pour la fête de la musique.

Covid : le variant Delta représente « 2 à 4% » des cas positifsLire plus

"Actuellement en France, 2 à 4% des tests positifs que nous criblons correspondent à du variant indien, ce qui représente quand même, je donne une fourchette assez large, de l'ordre de 50 à 150 nouveaux diagnostics de variant Delta dans notre pays", a déclaré M. Véran lors d'un déplacement dans un centre de vaccination à Paris.

"C'est peut-être encore peu, mais c'était la situation anglaise il y a quelques semaines", a-t-il ajouté, rappelant que le variant Delta "représente plus de 90% des cas en circulation" outre-Manche, où l'épidémie est repartie "sur une trajectoire ascendante", avec "quasiment deux fois plus de cas quotidiens" que dans l'Hexagone, malgré "un taux de couverture vaccinale supérieur au nôtre".

Raison de plus pour "ne pas relâcher notre vigilance collective", a-t-il insisté. "Ce n'est certainement pas le moment", car "nous ne devons certainement pas donner de prise au variant indien pour qu'il fasse repartir une nouvelle vague épidémique, nous devons absolument l'empêcher".

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé lundi soir le report de la levée des dernières restrictions en Angleterre, en raison de la poussée du variant Delta du coronavirus.

(Avec AFP)

Covid-19 : l’épidémie recule nettement en Bourgogne Franche-Comté !

Ces 7 derniers jours l'épidémie a nettement reculé dans tous les départements de Bourgogne Franche-Comté, y compris la Côte-d’Or, qui affichait en début de semaine l’incidence la plus élevée de métropole. L’indicateur est repassé en-dessous de 100 pour 100.000 habitants comme dans l’ensemble des départements, la moyenne régionale s’établissant autour de 65 pour 100.000 habitants, le taux de positivité des tests à 2,5%.

Covid-19 : « Ce sera difficile de porter le masque après le 30 juin »

C'est la question que beaucoup se posent : jusqu'à quand devrons-nous porter le masque contre la Covid-19 ? Pour Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique, sur RTL sur mardi 8 juin, avec les chaleurs estivales et la situation épidémique qui s'améliore, "ce sera difficile de porter le masque après le 30 juin".

Faits Divers

Belfort : prison avec sursis requise contre un policier accusé d’avoir tracé une croix gammée sur un toit

Le procureur de Belfort a requis mercredi 16 juin 2021 huit mois d'emprisonnement avec sursis à l'encontre d'un policier, poursuivi pour avoir représenté une large croix gammée avec des tuiles blanches sur le toit du garage de son père à Evette-Salbert, dans le Territoire de Belfort.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 26.43
nuageux
le 18/06 à 12h00
Vent
2.31 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
27 %

Sondage