Corps retrouvé dans le canal de Bourgogne : 28 ans de réclusion pour assassinat

Publié le 18/12/2019 - 08:19
Mis à jour le 18/12/2019 - 08:19

Un homme de 25 ans a été condamné ce mardi 17 décembre 2019 par la cour d’assises de l’Yonne à 28 ans de réclusion criminelle pour l’assassinat d’un autre homme dont le corps avait été retrouvé dans le canal de Bourgogne, a-t-on appris auprès du parquet.

 © Succo via Pixabay
© Succo via Pixabay

La peine est légèrement inférieure aux 30 ans réclamés par le ministère public mais "la préméditation a été retenue, conformément aux réquisitions", a indiqué à l'AFP la procureure de la République d'Auxerre, Sophie Macquart-Moulin.

Le corps de la victime, âgée de 22 ans, avait été retrouvé le 17 août 2017, les mains entravées, à Migennes (Yonne). Une autopsie réalisée le lendemain avait mis en évidence "plusieurs hématomes et plaies au niveau de la tête".

Il avait fallu un mois pour retrouver le principal suspect qui avait pris la fuite en Espagne. Repéré grâce à son téléphone portable, il avait été interpellé le 18 septembre sur mandat d'arrêt européen à Cañar, dans la province de Grenade, dans le sud du pays.

Rapatrié en France, mis en examen, cet homme déjà condamné à plusieurs reprises pour outrages, violences et port d'arme, avait reconnu avoir voulu "régler ses comptes" avec la victime. Il jugeait cette dernière responsable de son expulsion d'un centre d'hébergement de la Croix-Rouge de Migennes, où il résidait. Il avait dû quitter les lieux le soir du 16 août car il s'y trouvait avec la victime qui n'avait pas l'autorisation d'y séjourner.

Les deux hommes s'étaient alors rendus sur le chemin de halage qui longe le canal de Bourgogne. Sur fond d'alcool, le premier avait frappé le second, l'avait saisi par le cou pour l'étrangler, avant de lui ligoter les mains et de le jeter à l'eau.

Des examens complémentaires avaient permis d'exclure un décès par noyade, imputant la mort à l'étranglement. Après avoir un temps affirmé ne pas avoir jeté le corps à l'eau, l'accusé avait fini par reconnaître les faits mais il a toujours nié avoir prémédité son geste, a indiqué à l'AFP Me David Parison, l'un des avocats de la famille de la victime.

Celle-ci est "satisfaite, soulagée, justice est rendue", a complété Me Chantal Focachon, autre conseil des proches, ajoutant que l'accusé, qui avait refusé de parler pendant une partie du procès, avait "présenté des excuses à la famille" avant que le jury ne se retire pour délibérer.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Camaïeu ferme définitivement ses portes ce soir

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

Le Tribunal administratif de Besançon a fait sa rentrée

Le président du Tribunal administratif de Besançon Thierry Trottin a présenté l’audience solennelle de rentrée de la juridiction ce vendredi 16 septembre en fin de matinée. Devant des élus, des magistrats du tribunal et du barreau de Besançon, le président a fait un bilan de ces deux dernières années et présenté les nouveautés.

Importation de véhicules et fraude fiscale : préfecture, douanes et tribunal vont coopérer

Afin de pouvoir lutter plus efficacement contre la fraude fiscale liée à l'importation de véhicules hors Union Européene, le préfet du Doubs, le directeur régional des douanes et des droits indirects de Besançon et le procureur de la République de Besançon ont signé un nouveau protocole de coopération ce lundi 12 septembre.

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.45
ciel dégagé
le 05/10 à 12h00
Vent
5.61 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
70 %

Sondage