Courson (UDI): "l'attitude" de Moscovici, une des questions de la commission Cahuzac

Publié le 21/05/2013 - 09:23
Mis à jour le 21/05/2013 - 09:23

Le député UDI Charles de Courson a indiqué mardi que "l'attitude du ministre de l'Economie" Pierre Moscovici serait "l'une des questions" à trancher par la commission parlementaire qu'il préside, chargée d'enquêter sur l'action des autorités autour de l'affaire Cahuzac.

PUBLICITÉ

Interrogé par France Inter sur l’objet des travaux que cette commission de trente membres entame mardi matin, l’élu centriste a répondu: elle « a un objectif très clair: établir la vérité sur les éventuels dysfonctionnements de services de l’Etat » dans ce dossier qui a abouti à la démission du ministre PS du Budget Jérôme Cahuzac. Ce dernier a avoué ensuite avoir un compte bancaire illégal en Suisse. 

Les services de l’Etat, c’est-à-dire, a détaillé M. de Courson, « les ministres en charge, les cabinets ministériels et l’administration française« . Jusqu’au chef de l’Etat ? Le député de la Marne a rappelé que les commissions d’enquête parlementaire ne peuvent pas auditionner les présidents de la République, mais leurs entourages, oui.

La commission qu’il dirige va d’ailleurs entendre le préfet Alain Zabulon, membre du cabinet présidentiel. Ce dernier « a eu un contact » avec Michel Gonelle, avocat et ancien maire RPR de Villeneuve-sur-Lot qui a dit avoir alerté l’Elysée sur l’enregistrement audio qu’il détenait et dans lequel son adversaire socialiste en Lot-et-Garonne évoquait un compte chez UBS.

« Nous sommes convenus d’essayer de savoir quand commence l’affaire« , a poursuivi M. de Courson. Quand Mediapart dévoile l’affaire le 4 décembre, « que savait le gouvernement ?« . Il a rappelé la tradition républicaine de contrôle fiscal. « Nous auditionnerons les services en charge de cette examen« , a souligné M. de Courson, en rappelant « l’affaire Garnier », inspecteur des impôts qui « prétendait déjà » depuis plusieurs années que Jérôme Cahuzac avait un compte en Suisse.

« La vérité, en général, apparaît progressivement« , a estimé le député centriste. « Nous auditionnerons in fine les ministres ». L’ancien ministre du Budget lui-même sera convoqué dans « trois ou quatre semaines ».

« L’une des questions que nous devrons trancher, c’est l’attitude du ministre de l’Economie », a relevé M. de Courson. « Notamment lorsque le directeur général des finances publiques a saisi les autorités helvétiques: pourquoi est-qu’on a saisi uniquement sur la banque UBS ? Est-ce qu’à l’époque, il savait que la réponse ne pouvait qu’être négative ?« 

« Il faut nous expliquer pourquoi on n’a pas saisi sur la banque Reyl et Singapour », ville-Etat avec laquelle « Paris a une convention d’assistance administrative mutuelle« .

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Après l'annonce officielle de son investiture ce mercredi 10 juillet 2019 dans la soirée , le candidat officiel d'En Marche à Besançon a réagi sur sa  page Facebook. Éric Alauzet a dévoilé une des quatre priorités issues de sa consultation auprès des Bisontins : la santé.

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Dans une lettre aux Bisontins, le candidat socialiste, place publique société civile, a souhaité faire part de ses priorités : transition écologique, qualité de vie pour tous et attractivité de Besançon et de sa communauté urbaine. Au-delà, Nicolas Bodin souhaite "ouvrir la voie vers de nouvelles méthodes de gouvernance plus ouvertes et inclusives".

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Le nom du candidat désigné  par En Marche pour les municipales devait être annoncé ce lundi 1er juillet lors de la seconde vague d'investiture. Mais LREM a fait un pas en arrière et a repoussé l'annonce au 10 juillet. En coulisses, le nom d'Éric Alauzet revient avec force et insistance. Alexandra Cordier quant à elle ne souhaite pas commenter l'imbroglio politique bisontin dans l'attente de la décision du bureau exécutif. Difficile de savoir si le match se joue encore...

Anne Vignot pressentie tête de liste de l’ « Équipe » EELV – PCF – À Gauche Citoyen

Anne Vignot pressentie tête de liste de l’ « Équipe » EELV – PCF – À Gauche Citoyen

Plus de cohérence ? Plus d'humain dans la politique ? Plus d'écologie ? Plus d'union ? Tels étaient les maîtres mots mis en avant lors de la conférence de presse qui s'est tenue ce mercredi 3 juillet 2019 salle Bidault au Kursaal de Besançon en présence de membres de "l'Équipe", composée de plusieurs formations politiques à savoir d'élus d'EELV avec en tête Anne Vignot, du PCF, ou encore "À Gauche Citoyen"et quelques dissidents du PS …

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 27.12
ciel dégagé
le 16/07 à 12h00
Vent
1.7 m/s
Pression
1016.58 hPa
Humidité
41 %

Sondage