Covid-19 : ce qu’il faut retenir des annonces gouvernementales

Publié le 27/12/2021 - 16:10
Mis à jour le 27/12/2021 - 20:07

À l’issue du Conseil de défense sanitaire, le Premier ministre et le ministre de la Santé ont donné une conférence de presse ce lundi 27 décembre 2021 à 19h15. Télétravail, rassemblements, dose de rappel, concerts, zoom sur les nouvelles mesures…
 

La France a franchi samedi, jour de Noël, la barre des 100.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures.

Jean Castex et Olivier Véran ont fait le point sur les suites que le Gouvernement a pris face à la flambée des cas positifs à la Covid-19. Pour rappel, ce dimanche, 27.697 nouveaux cas ont été enregistrés en 24 heures.

"Une nouvelle vague déferle sur notre continent (…)", a expliqué Jean Castex en précisant que la situation dans les hôpitaux est "tendue". Il a rappelé l’importance de la vaccination. "Elle réduit le risque d’être contaminé (…) la vaccination nous protège. Elle protège aussi les autres et les services de santé".

Voici les mesures annoncées ce lundi soir :

  • Dès mardi matin, il suffira de trois mois après la deuxième injection pour pouvoir bénéficier du rappel.
  • Adoption du projet de loi du pass vaccinal en Conseil de ministres (en d’autres termes, pour entrer dans les salles de sport, les enceintes de spectacles… il faudra justifier d’un parcours vaccinal et non plus seulement d’un test négatif). Si ce texte est voté par le Parlement, il entrera en vigueur le 15 janvier 2022.
  • Les faux pass sanitaires seront sanctionnés plus lourdement.
  • Concernant le soir du 31 décembre. Le Premier ministre a rappelé ses recommandations : "limitons les grandes fêtes et les grands dîners. Testons-nous, aérons les pièces", a-t-il précisé.
  • Toutes les cérémonies de voeux en janvier seront annulées
  • Aucun couvre-feu n’est prévu

Mesures adoptées qui entreront en vigueur à compter de lundi prochain (pour une durée de trois semaines) :

  • Dès qu’il est possible, le recours au télétravail est obligatoire trois jours par semaine (et même quatre quand c'est envisageable)
  • Les rassemblements seront limités à 2.000 personnes en intérieur et 5.000 en extérieur.
  • Les concerts debout seront interdits
  • Interdiction des consommations (boissons, nourriture) dans les cinémas, théâtres et équipements sportifs et transports collectifs (y compris ceux de longues distances)
  • Dans les bars et cafés, la consommation pourra se faire de manière assise uniquement
  • L’obligation du port du masque sera appliquée dans les centres-villes en France. Les préfets prendront prochainement des arrêtés
  • Concernant les établissements d’enseignement : aucune fermeture n’est prévue. Cela se fera uniquement en "dernier recours". "Nous ne reportons pas la rentrée", a indiqué J. Castex en indiquant que les cours en distanciels n’étaient pas envisagés. Dès la rentrée, la politique de dépistage sera amplifiée.
  • La durée d’isolement d’un cas positif et d’un cas contact sera fixée d’ici la fin de la semaine.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 25.98
nuageux
le 14/04 à 12h00
Vent
2.98 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
49 %