Covid-19 : les recommandations du conseil scientifique pour Noël

Publié le 14/12/2021 - 14:33
Mis à jour le 14/12/2021 - 14:46

Papy et Mamy devront-ils rester dans la cuisine à Noël  comme l’an dernier ? Non ! Mais le conseil scientifique alerte et met en garde. Les grands événements qui peuvent « conduire à des clusters géants » de Covid-19 doivent « être évités ». Voici les grands conseils du conseil scientifique pour les fêtes de fin d’année.

D Poirier © D Poirier
D Poirier © D Poirier

Évitez les "grands rassemblements"

Telle est la recommandation du conseil scientifique publiée lundi 13 décembre 2021  par le ministère de la Santé, face à la cinquième vague épidémique et la poussée du variant Omicron sur le territoire français.

Pas de conseil de conseil de jauge à respecter comme le 6 à table l'an dernier mais l'instance livre ses préconisations en vue des fêtes de fin d’année, propices aux grandes réunions familiales et lors desquelles les gestes barrières peuvent être plus difficiles à respecter.

Nombre de participants, dose de rappel et aération

Concernant ces réunions familiales "de type repas de Noël", le conseil scientifique préconise de "limiter le nombre de participants, de s’assurer que les personnes fragiles ont bien reçu leur dose de rappel, d’aérer régulièrement les locaux et de pratiquer un autotest le jour même, ou un test antigénique la veille ou le jour même de l’événement", cite ainsi France Info.

Limiter le nombre de contacts avant les fêtes

La fin d’année 2021 subit une "double menace" : celle des variants Delta, toujours majoritaire en France, et Omicron, qui se propage rapidement. Aussi, le conseil préconise de diminuer le nombre de contacts avec l’extérieur, et surtout de "renoncer immédiatement à tout rassemblement collectif en lieu clos où le port du masque n’est pas possible ou approprié au format, en particulier tous les rassemblements avec consommation de boisson et de nourriture".

Renouer avec les gestes barrières et télétravail

En France, dans le scénario où les taux de transmission restent similaires à ceux observés courant novembre, le pic d’hospitalisations pourrait atteindre 2 350 admissions à l’hôpital par jour si l’on peut administrer un maximum de 400 000 doses de rappel par jour à compter du 1er décembre, souligne aussi le Conseil scientifique. Pour un maximum de 600 000 doses administrées par jour, le pic d’hospitalisations serait de 2 100 admissions par jour.

"Un renforcement même léger des gestes barrières, du télétravail ainsi qu’une réduction des contacts peuvent avoir un impact très important sur l’impact sanitaire" de la vague actuelle due au variant Delta, selon l’instance.

Un effort collectif qui "réduirait le risque de devoir mettre en œuvre des mesures plus contraignantes plus tard". Néanmoins, "une explosion de cas Omicron pourrait fortement dégrader les projections", met en garde le conseil.

Omicron pourrait remplacer Delta début 2022

Le variant Omicron, qui semble se répandre "extrêmement rapidement", pourrait connaître "une croissance rapide en France" et son impact se faire sentir "dans les semaines qui viennent", a par ailleurs alerté le conseil scientifique dans son dernier avis. Les premières informations disponibles sur ce variant du Sars-CoV-2 suggèrent qu’il pourrait "circuler en Europe plus rapidement que prévu initialement en remplaçant progressivement le variant Delta dans les premières semaines de 2022".

Pour la rentrée de janvier, il suggère par ailleurs un changement de stratégie de dépistage à l’école : le contrôle par le dépistage systématique "pourrait être plus efficace, bien que difficile au plan opérationnel, et présenterait l’avantage de dépister les asymptomatiques et pré-symptomatiques", estime-t-il.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

L’efficacité de certains antidépresseurs remise en cause par une étude

Une étude scientifique qui ne manque pas de faire parler. L'intérêt des antidépresseurs serait remis en cause, car la dépression n'est pas liée à un déséquilibre chimique. La thèse, récemment soutenue par une psychiatre britannique, est largement contestée, mais cette polémique a l'intérêt d'illustrer les difficultés rencontrées pour comprendre cette maladie.

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Canicule : les déchetteries du Sybert adaptent leurs horaires d’ouverture

Les épisodes de fortes chaleurs se multiplient. Pour le confort des usagers et la sécurité de son personnel, le Sybert informe qu'il adaptera les horaires d’ouverture des déchetteries en fonction des alertes Météo France liées aux épisodes caniculaires. Ce sera la cas ce mercredi 3 et jeudi 4 août 2022. 

Don du sang : l’EFS appelle la population à se mobiliser, une « urgence vitale »

L’EFS publie pour la seconde fois de son histoire, et ce à moins de 6 mois d’intervalle, un bulletin d’urgence vitale. Le niveau des réserves de sang de la France est historiquement bas, une situation critique qui pourrait se révéler dangereuse à court terme pour soigner les patients, selon un communiqué fin juin dernier.

Protoxyde d’azote à Besançon : près de 1.500 cartouches retrouvées sur la voie publique en 7 mois 

Le protoxyde d’azote, mieux connu sous les noms de « gaz hilarant », « proto » ou « ballon », est de plus en plus consommé par les jeunes affirme la Ville de Besançon dans un communiqué ce jeudi. Entre janvier et juillet 2022, 1.460 cartouches ont été collectées par les services de nettoyage.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.63
légère pluie
le 14/08 à 18h00
Vent
1.61 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
94 %

Sondage