Covid-19: l'Europe à nouveau épicentre de la pandémie, record de contaminations en Allemagne

Publié le 04/11/2021 - 14:09
Mis à jour le 04/11/2021 - 14:11

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est alarmée ce jeudi 4 novembre 2021 du rythme « très préoccupant » de transmission du Covid-19 en Europe, qui pourrait déboucher sur un demi-million de morts supplémentaires sur le continent d’ici février.

 © PXB CC0
© PXB CC0

Cette quatrième vague "massive" frappe tout particulièrement l'Allemagne, qui a battu jeudi son record d'infections quotidiennes datant de décembre 2020, avec 33.949 nouvelles contaminations en 24 heures.

"Nous sommes, de nouveau, à l'épicentre", a déploré le directeur de l'OMS Europe, Hans Kluge, lors d'une conférence de presse en ligne.

"Le rythme actuel de transmission dans les 53 pays de la région européenne est très préoccupant (...). Si nous restons sur cette trajectoire, nous pourrions voir un autre demi-million de décès dus au Covid-19 dans la région d'ici février", a-t-il mis en garde.

  • Pour l'OMS, l'augmentation des cas s'explique par la combinaison d'une couverture vaccinale insuffisante et de l'assouplissement des mesures anti-Covid. Selon les données de l'OMS Europe, les hospitalisations liées au Covid ont plus que doublé en une semaine.

Utiliser massivement les masques

Le cap des cinq millions de morts provoqués par la pandémie de Covid-19 a été franchi lundi soir. A elle seule, l'Europe a enregistré plus d'1,4 millions de décès.

Le nombre de nouveaux cas par jour est en hausse depuis près de six semaines consécutives en Europe et le nombre de nouveaux morts par jour est en hausse depuis un peu plus de sept semaines consécutives, avec environ 250.000 cas et 3.600 décès quotidiens, selon les données officielles par pays compilées par l'AFP.

La hausse actuelle est notamment portée par la Russie (8.162 décès ces sept derniers jours, +8 % par rapport à la semaine précédente), l'Ukraine (3.819 décès, +1 %) et la Roumanie (3.100 décès, +4 %).

"La plupart des personnes hospitalisées et mourant du Covid-19 aujourd'hui, ne sont pas complètement vaccinées", a souligné M. Kluge. En moyenne, d'après l'OMS, seulement 47 % des personnes de la région, qui comprend les pays européens et plusieurs d'Asie centrale, ont reçu deux doses de vaccins.

Pour lutter contre la pandémie, l'organisation a appelé à continuer la vaccination, à utiliser massivement les masques et à pratiquer les mesures de distanciation sociales.

"Des projections fiables montrent que si nous parvenions à un taux d'utilisation de 95 % des masques en Europe et en Asie centrale, nous pourrions sauver jusqu'à 188 000 vies sur le demi-million de vies que nous risquons de perdre d'ici février 2022", a noté M. Kluge. En Allemagne, 19.702 cas quotidiens ont été enregistrés en moyenne sur les 7 derniers jours, un nombre qui n'avait pas été atteint depuis fin avril.

"Certaine insouciance"

"La situation est grave", a commenté sur la chaîne publique ZDF Helge Braun, bras droit d'Angela Merkel à la chancellerie. "Nous constatons déjà une charge massive (dans les hôpitaux) en Thuringe et en Saxe", deux régions particulièrement touchées, dans l'ex-RDA. Les ministres de la Santé du gouvernement fédéral et des régions allemandes pourraient décider de nouvelles mesures de restriction.

Mais la reprise de l'épidémie intervient en Allemagne dans un contexte politique compliqué, avec un gouvernement réduit depuis les dernières élections législatives à expédier les affaires courantes, en attendant qu'aboutissent des négociations en cours en vue d'une nouvelle coalition entre sociaux-démocrates, Verts et libéraux.

La chancelière sortante Angela Merkel s'est déclarée ce week-end "très inquiète" de l'évolution de la pandémie, se disant notamment "très attristée" du nombre élevé de personnes de plus de 60 ans non vaccinées et regrettant le retour "d'une certaine insouciance".

Le ministre de la Santé, Jens Spahn, a appelé l'ensemble des régions, compétentes pour les questions sanitaires, à durcir les règles pour les non-vaccinés en leur interdisant l'accès à certains lieux publics ou en exigeant un coûteux test PCR.

  • La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 5.012.784 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles.

L'OMS estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

La salle multimodale de radiologie interventionnelle du CHU de Besançon prochainement inaugurée

Équipement à la pointe de l’innovation en termes d’imagerie opératoire, la nouvelle salle multimodale de radiologie interventionnelle du CHU de Besançon sera inaugurée le 14 février prochain en présence de la présidente de région Marie-Guite Duffay et le directeur général du CHU Thierry Gamond-Rius.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.17
pluie modérée
le 22/02 à 3h00
Vent
8.82 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
91 %