Délai d'attente pour une greffe de rein jugé 'trop long' en Franche-Comté : éclairage du Pr Ducloux au CHU de Besançon

Publié le 25/06/2018 - 11:37
Mis à jour le 25/06/2018 - 17:04

L’association de patients Renaloo a publié le 19 juin 2018 un compte-rendu sur les délais d’attente pour une greffe de rein en France indiquant que les délais étaient les plus longs en Bourgogne Franche-Comté. Le CHU de Besançon souhaite réagir et apporter une proposition d’éclairage médical ce lundi 25 juin à travers les propos de Pr Didier Ducloux, spécialiste en néphrologie.

©Damien Poirier ©
©Damien Poirier ©

Dans son rapport, l'association Renaloo explique notamment qu'en Bourgogne-Franche-Comte?, les de?lais me?dians avant une transplantation diffe?rent d’un centre a? l’autre. Ainsi, au plan statistique, un patient inscrit a? Besanc?on devrait attendre 8 mois de plus que s’il avait e?te? inscrit a? Dijon. Ces de?lais diffe?rent e?galement entre les re?gions : le patient de Dijon attend par exemple un an de plus que s’il avait e?te? inscrit en Bretagne. En outre, ces de?lais me?dians s’allongeraient toujours plus : + 11,3 mois entre 2013 et 2016 a? Besanc?on et + 8,9 mois a? Dijon.

A? l’e?chelle nationale, Dijon fait partie des 12 centres dont les dure?es d’attente sont comprises entre 18 mois et 2 ans et demi. Besanc?on se situe parmi les 12 autres centres moins favorise?s, dont les de?lais sont compris entre 2,5 et 4,5 ans. 

Renaloo pointe également une répartition des greffons qui "ne respecte pas les principes inscrits dans la loi" selon laquelle les re?gles de re?partition des greffons doivent assurer l’e?quite? parmi les patients : "dans les faits, la situation est tout autre", selon l'association dénonçant des "re?gles contribuant au maintien des iniquite?s, en permettant notamment a? l’e?tablissement ou? est re?alise? le pre?le?vement de conserver un des deux reins pour le greffer localement." 

Réponses du professeur Ducloux, spécialiste en néphrologie au CHU de Besançon

Pour commencer, Pr Ducloux explique que lorsqu'un donneur décédé est prélevé, les deux reins sont prélevés : un rein reste dans la région et l'autre rein part en national avec une condition géographique. "Cela signifie que le rein national a plus de chance d'aller dans un centre de prélèvement que d'aller plus loin, mais les clés de répartition du rein local et du rein national sont les mêmes, les critères sont les mêmes sauf que l'on va regarder pour le rein local, dans la liste régionale et pour le rein national, on va regarder dans l'ensemble des inscrits en France", explique le spécialiste.

Une question de "stratégie d'inscription sur les listes d'attente" 

"Ce que dit Renaloo c'est que tout devrait être réparti au niveau national et que la durée d'attente d'un centre à l'autre est très variable, mais ce n'est pas aussi simple que ça", souligne Pr Ducloux. "D'abord, il y a quelque chose qui est évident : dans une durée, il faut qu'il y ait un début et une fin. Et quand on parle de la répartition des greffons, on parle de la fin, mais on ne parle pas du début qui est l'inscription du malade sur la liste d'attente".

D'après lui, "selon l'histoire de sa maladie rénale, on inscrira tôt ou tard un patient, et cela va évidemment changer la durée d'attente. Si par exemple je veux être particulièrement vertueux, que j'ai une très bonne entente avec les centres périphériques, que je veux greffer les patients tôt avant qu'ils soient en dialyse, je vais les inscrire tôt et plus de patients : je vais donc augmenter la durée d'attente", souligne Pr Ducloux. "Si je dois recevoir 50 reins dans une année et que j'ai 200 patients sur la liste, ces 200 patients vont attendre plus longtemps que si je reçois toujours 50 reins, mais que j'ai que 100 patients sur la liste."

Pour le spécialiste en néphrologie, "Ce qui compte dans la durée d'attente, c'est celle en dialyse, car si vous attendez une greffe et que vous n'êtes pas dialysé, on ne peut pas dire que l'attente pèse beaucoup". Il explique : "selon la stratégie d'inscription, si j'inscris très tôt le patient sur la liste, je vais augmenter le temps d'attente moyenne. Et si au contraire j'inscris le patient un peu plus tard voire des fois très tard, je vais réduire la durée d'attente." 

La Franche-Comté, "la région où les patients sont inscrits tôt" pour obtenir une greffe 

Pr Ducloux affirme que la Franche-Comté est la région qui inscrit le plus tôt les patients. "Il y a un indicateur dans un autre registre, qui est le registre rein national des patients qui commencent la dialyse et qui continuent la dialyse. Cet indicateur est le pourcentage de patients inscrits alors qu'ils commencent la dialyse ou qui ont été inscrits avant de commencer la dialyse." Et d'ajouter : "Besançon est la ville qui a le taux le plus fort car nous inscrivons les patients le plus tôt. Plus on les inscrit tôt, plus on a de risque de faire attendre plus longtemps. C'est totalement différent d'attendre en dialyse et d'attendre sans dialyse." 

"Ce qui compte réellement, c'est l'équité de l'accès à la greffe sur tout le territoire"

Le néphrologue précise qu'"une des demandes de la plupart des transplanteurs c'est de ne pas comparer les centres sur la durée d'attente totale, mais sur la durée d'attente en dialyse".  

Par rapport à l'équité, "s'il y avait un problème de cet ordre dans la distribution, notre sentiment est de revoir l'équité dans tout un tas d'autres choses qui font l'accès à la greffe." Par exemple, dans l'accès à la liste de transplantation, il y a des différences régionales qui sont extrêmement importantes, "du simple au triple, sur la proportion de patients qui sont inscrits avant d'être en dialyse", souligne Pr Ducloux. "Sur la façon dont on gère la liste, on peut être inscrit, mais en contre-indication. Selon la façon dont je vais gérer mes contre-indications, je peux augmenter la durée d'attente de façon très importante." 

"La réponse la plus technique possible et la moins passionnelle possible"

En conclusion, "tous ces paramètres font que c'est beaucoup moins simple que ce que dit Renaloo", souligne le néphrologue. "Le point essentiel technique qui est la modalité de répartition des greffons, la réponse la plus technique possible et la moins passionnelle possible, c'est celle-ci. Ce qui compte réellement, c'est l'équité de l'accès à la greffe sur tout le territoire." Il ajoute : "S'il y a un problème au niveau de la répartition, ce qui est loin d'être évident parce que ça n'a jamais été réellement modélisé, mais s'il y a un problème lié à la répartition, on ne peut pas se contenter de la répartition, il faut globalement travailler sur d'autres aspects de l'équité."

pr Ducloux insiste : "pour ce qui est des durées d'attente, elles sont très influencées par le moment de l'inscription sur les listes. Il faudrait pouvoir considérer l'attente en dialyse et l'attente sans dialyse."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Une nouvelle communauté professionnelle territoriale de santé pour le Nord-Franche-Comté

Les professionnels du territoire, la direction territoriale de l’agence régionale de santé (ARS), la caisse primaire d’Assurance maladie du Doubs et la Mutualité sociale agricole de Franche-Comté ont signé officiellement ce mardi 28 mai 2024 le projet de la communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) Avenir Santé. Le Nord-Franche-Comté est "désormais intégralement couvert par ces nouveaux modèles d’organisation des soins" précise l’ARS dans son communiqué.

“Le Tube à Essais” : qu’y a-t-il derrière ce nouveau projet du Hacking Health Besançon ?

En septembre 2024, Hacking Health Besançon lancera sa société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), baptisée "Le Tube à Essais". C’est dans le bâtiment Bioinnovation de Temis Santé que ce projet prendra vie, déjà soutenu par de nombreux partenaires, du domaine public comme la Région Bourgogne – Franche-Comté ou du privé.

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.36
couvert
le 29/05 à 0h00
Vent
0.82 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
89 %