Passeur d'histoires : "Des ailes de grenouille"

Publié le 12/05/2020 - 19:04
Mis à jour le 12/05/2020 - 19:14

La lecture du soir... •

Durant le confinement, l'Académie de Besançon et maCommune.info vous invite à une lecture tous les soirs. Voici celle de ce 12 mai 2020 : "Des ailes de grenouille".      

Des ailes de grenouilles ©
Des ailes de grenouilles ©

Voix :   Frédéric Debief - Mettez le son et cliquez sur le bouton lecture de la publication Instagram ci-dessous

CODE INTÉGRATION INSTA

Voir cette publication sur Instagram

Svetlana Kirilina Short Édition

Une publication partagée par Academie de Besançon (@acbesancon) le

Le livre : Des ailes de grenouille

Tout au fond d’une mare ombragée vivait une grenouille.

Elle n’était pas plus verte que les voisines, elle ne coassait ni plus fort ni de manière plus harmonieuse. Elle n’avait pour ainsi dire rien qui la distinguait des autres batraciennes.

Rien, à part peut-être un rêve.

Notre grenouille s’appelait Coasette, et elle rêvait de voler comme un oiseau. Elle voulait s’élever au-dessus de la végétation dense du marécage, au-dessus des arbres les plus hauts. Au-dessus même des nuages. Elle voulait monter tout là-haut et voir le monde comme jamais aucune grenouille ne l’avait vu.

Les autres grenouilles la regardaient avec un air amusé et, il faut le dire, un peu de pitié. Une grenouille qui vole, et puis quoi encore ! Les choses devaient rester à leur place et la place d’une grenouille n’était pas dans le ciel.

Mais Coasette n’en avait rien à faire de l’avis de ces rabat-joie ! Elle allait voler, elle allait leur montrer qu’ils se mettaient la patte dans l’œil.

Elle avait commencé à analyser la situation : les oiseaux qui volaient avaient des plumes. Elle avait donc commencé une collecte de toutes les plumes qui tombaient dans leur marécage. Petit à petit, elle en avait récolté une belle collection, de toutes les couleurs et de toutes les tailles.

Les oiseaux avaient aussi des ailes. C’était comme ses pattes à elle, mais plus longues et avec des plumes dessus. Facile ! Elle avait bricolé ses ailes à elle avec des tiges de roseaux. Elle les recouvrit de plumes et on n’y vit plus que du feu. Qu’elles étaient belles, ses ailes de grenouille !

Elle avait bien observé les oisillons : ils n’arrivaient pas à voler tout de suite. Il fallait qu’ils essayent, encore et encore, jusqu’à y arriver. Elle avait ainsi commencé l’entraînement. Elle était montée sur un gros rocher, avait enfilé ses deux ailes, avait sauté... et s’était écrasée dans la vase.

Pas grave ! Coasette recommença encore et encore. Elle y passa des jours et des jours. Elle s’écrasa, avala de la vase, recracha de la vase, coassa de mécontentement. Mais elle n’abandonna pas.

Le printemps fut remplacé par l’été, l’été tira sa révérence à l’automne. Et Coasette vit à travers le feuillage qui s’était fait plus rare les oiseaux migrateurs prendre la direction du sud pour passer l’hiver. Ils étaient si haut, là, dans le ciel. Ils étaient si haut qu’ils ne pouvaient pas voir le marécage et une pauvre grenouille qui aurait tout donné pour les rejoindre. Ils étaient si haut, si haut...

Elle enfila ses ailes de grenouille et se remit à l’exercice.

Par moments, elle avait l’impression de voler. Elle avait l’impression qu’elle ne retombait pas directement. Elle ne savait pas si c’était vrai ou si c’était juste un effet de son imagination.

Les autres grenouilles avaient appris à ne plus lui prêter attention. Mais un jour, elles coassèrent de surprise. Parce que Coasette ne retomba pas.

Un battement d’ailes de grenouille, elle s’éleva au-dessus de la vase.
Un autre battement, elle survola le tronc tombé.
Encore un battement, elle s’éleva au-dessus des arbres sans feuilles.
Un battement, un battement, un battement, elle sentit l’air frais du dessus de la cime des arbres, si différent de celui du marécage.

Elle baissa les yeux sur le choeur de coassements qui s’était soudain élevé. Les autres grenouilles étaient si petites, presque invisibles dans la végétation ! Et elle, elle était loin au-dessus.

Elle était dans le ciel. Là, avec ses ailes de grenouille.
Elle était dans le ciel. Avec les oiseaux migrateurs.
Elle était dans le ciel...

Elle coassa de fierté. Et prit la direction du sud.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Passeur d'histoire

"Luigi le psycho-pâte"

La lecture du soir... • Nouvelle histoire du soir ! "C’est bien connu : quand on aime, on ne compte pas. Et on est parfois capable de tout pour parvenir à ses fins ou rassasier son appétit. Et d’appétit, Luigi n’en manque pas. C’est même probablement le rat le plus gourmand de la Terre, et même de l’univers...."        

Education

L’université de Franche-Comté pilote un projet d’analyse sur l’intégration des migrants en Europe

Avec 12 partenaires venus des quatre coins de l'Europe, l'Université de Franche-Comté va analyser les processus d’intégration des migrants. Ce projet, d’un budget de 150.000 euros, est financé par le programme Europe pour les Citoyens du 1er mars 2021 au 31 août 2022. À terme, des recommandations seront proposées aux différentes institutions européennes.

Conseil départemental de l’Education nationale : FSU et FO boycottent l’instance de ce mardi

Les représentants FSU et FO au conseil départemental de l'Education nationale (CDEN) du territoire de Belfort ont décidé, ce mardi 6 avril de ne pas siéger dans cette instance avec le Préfet et le Conseil départemental dont l'ordre du jour était l'organisation de la rentrée 2021 dans le premier et le second degré.

Changement climatique : la Ville de Besançon démarrent les chantiers de rénovation dans les écoles et les crèches

Dans le "budget climat" 2021 de la Ville de Besançon voté en conseil municipal mercredi dernier, figure le nouveau schéma des écoles et des crèches. Il consiste en une amélioration thermique de ces établissements les protégeant ainsi du changement climatique et à diminuer leur consommation énergétique. Les premiers chantiers commenceront en juillet prochain.

Confinement : un accueil à Besançon pour les enfants des personnels de première ligne

Pour certaines catégories professionnelles, un accueil des enfants sera garanti. Le ministère de la Santé parle "d’un service de garde adapté à chaque territoire pour que les personnels qui sont indispensables à la gestion de la crise sanitaire puissent faire garder leurs enfants et continuer d’aller au travail pour vous protéger et vous soigner."

Dans le Doubs, les principaux clusters des variants ont pour origine le milieu scolaire

La souche "classique" de la Covid-19 ne représente plus "que" 5% des cas dans le département du Doubs (7,5% au niveau national). 82 % des contaminations proviennent du variant Britannique et et peu plus de 11 % des variants sud africain et britannique. Selon l'agence régionale de santé de Bourgogne Franche-Comté, les principaux clusters sont détectés en milieu scolaire devant la sphère professionnelle.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.44
nuageux
le 19/04 à 0h00
Vent
1.34 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
100 %

Sondage