Des tatouages gratuits pour 80 euros d'achat…

Publié le 10/11/2014 - 12:43
Mis à jour le 11/11/2014 - 09:21

Des tatoueurs bisontins sont en colère sur les réseaux sociaux. Lors de la semaine d'ouverture de l'extension du centre commercial de Chateaufarine, une tatoueuse proposait de vrais tatouages dans le magasin Jack & Jones. L'ARS aurait donné son aval. En revanche, les tatoueurs et certains tatoués sont en colère et dénoncent ce type de pratique…

 ©
©

Le 5 novembre 2014, une tatoueuse s'est installée dans la boutique pour tatouer les clients qui le souhaitaient. Au début de l'opération, aucun montant minimum d'achat n'était exigé. Mais puisque les clients au tatouage étaient nombreux, la direction du magasin a décidé de fixer un montant minimum d'achat de 80 euros.

Samedi 8 novembre, les clients devaient choisir parmi une sélection de dessins en magasin sans aucun montant minimum d'achat, mais "un tatouage par ticket de caisse et par personne" avec un système de rendez-vous pour éviter une file d'attente. La taille du tatouage ne devant pas excéder 6x6 cm et devant être noir, blanc et éventuellement une note de rouge. Les clients prioritaires étant les clients au "plus gros montant d'achat" a indiqué la tatoueuse sur son Facebook.

Nous avons tenté de contacter l'ARS mais sans succès ce lundi de pont.

"Alors là, on touche le fond"

Des artistes tatoueurs bisontins et des tatoués ont exprimé leur mécontentement sur les réseaux sociaux où le centre commercial de Chateaufarine a publié les photos. Ce n'est pas uniquement le côté santé qui gênerait les réticents, mais le côté "accessoire de mode" qui pourrait être réalisé sur un coup de tête dans une boutique. 

"On touche le fond! le tatouage est mort certains l'on tué! Franchement la nouvelle vague me fait gerber." (Cédric)

"Nous avons tous eu ce genre de propositions de travailler dans des lieux non propices au tatouage, mais évidemment nous avons tous refusé par démagogie et respect des valeurs de notre métier..." (Yann) 

"Je suis outrée" (Dina) 

"Genre t'es un bon consommateur tu as droit à un tatouage, ça fait un peu code-barre non? Tout mon soutien aux artistes tatoueurs et artistes tatoués." (Marc) 

"Un tatouage offert sur présentation d'un ticket de caisse ! Attention, priorité aux grosses factures ! Le capitalisme financiarisé met la main sur les biens vitaux (eau, air...), mais aussi sur votre corps ! Dénonciation et boycott de ces pratiques !" (Benoît)

"Bon l'aspect positif c'est que tous ceux qui veulent se faire des dauphins, fées, symbole infini, poney, etc. arrêteront d’embêter les vrais artistes tatoueurs ; ils pourront dorénavant aller se faire piquer leur merde en allant acheter une baguette ou une biographie de Nabilla..." (Nicolas) 

"Alors là, on touche le fond" (Laetitia) 

"À quand les bons d'achat tatouages dans les supermarchés? À ce rythme..." (Romain) 

"C'est juste scandaleux. Donc ça y est, le tatouage est devenu un PUR accessoire de mode… J'ai hâte de voir dans 10 ans (ou même moins !!) la queue chez le dermato pour des suppressions au laser !" Alex

De son côté, la tatoueuse concernée tente d'apaiser les ardeurs en précisant que l'Agence régionale de santé est passée et qu'il n'y a "aucun souci".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

102 M€ d’aides régionales votés par les élus de la Région Bourgogne Franche-Comté

Réunis en commission permanente, vendredi 23 juillet, les élus régionaux ont voté plus de 102,2 M€ d’aides régionales. Une partie de ces crédits concerne des aides d’urgence et le Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR) mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de COVID-19.

France Relance : la transformation du plus grand campus de Besançon pour 80 millions d’euros

La présidente de l’université de Franche-Comté Macha Woronoff, a reçu le 22 juillet dernier le recteur de l'académie de Besançon, Jean-François Chanet ainsi que la maire de Besançon, Anne Vignot, pour une visite et une projection des deux opérations labellisées France Relance dans le cadre du projet de réhabilitation du campus Bouloie - Temis.

La chambre d’agriculture de Bourgogne Franche-Comté demande l’abattage « systématique » du loup près d’un élevage

Suite à plusieurs attaques de loups sur des élevages de bétails, la chambre d'agriculture de Bourgogne Franche-Comté, dans un communiqué du 23 juillet, demande aux pouvoirs publics de prendre "toutes les mesures nécessaires" pour stopper le retour du loup et l'abattage "systématique" de cet animal dès les premiers signes de présence à proximité d'élevages.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.04
nuageux
le 27/07 à 3h00
Vent
1.3 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
100 %

Sondage