Déserts médicaux : le maire de Nevers veut un pont aérien avec Dijon

Publié le 16/11/2022 - 12:08
Mis à jour le 16/11/2022 - 11:59

Pour palier un manque de médecins dans son hopital, le maire de Nevers et président du centre hospitalier Denis Thuriot souhaite mettre en place un pont aérien avec Dijon, la ville la plus proche et au plus grand bassin de médecins.

Hôpital de Dijon © Facebook CHU Dijon
 ©
Hôpital de Dijon © Facebook CHU Dijon ©

"On transporte bien par avion du sang et des  patients, pourquoi pas des médecins ?": pour pallier un manque de personnel dans son hôpital, le maire macroniste de Nevers, Denis Thuriot, veut établir un pont aérien de docteurs depuis Dijon, situé à environ 200 km. "Il nous faut une vingtaine de médecins supplémentaires" au Centre hospitalier de Nevers, explique à l'AFP le maire. "Actuellement, on doit reporter des opérations. Nos blocs sont loin de tourner à plein alors que l'hôpital est récent", ajoute-t-il.

13000 € pour une rotation aérienne

La raison ? "Nevers est isolé." "Les médecins ne veulent pas s'y installer » et ceux qui sont à Dijon, la ville la plus proche et au plus grand bassin de médecins, "ne veulent pas faire le long trajet jusqu'à chez nous", explique le maire, qui est également président du centre hospitalier de Nevers.

La capitale de la Nièvre se situe à près de trois heures de voiture de Dijon, ou à deux heures et quart de train régional. Et "on me dit : 35 minutes d'avion, il n'y a pas de souci. Alors pourquoi pas ? ", lâche le maire, précisant qu'une rotation aérienne d'un avion de 10-15 places coûte 13.000 €.

"Qu'est-ce qu'on fait? On laisse mourir les gens ?"

Actuellement, l'embauche d'intérimaires coûte 3,5 millions d'euros par an, alors que l'établissement a déjà un déficit de 6 millions d'euros. "Si j'utilise ne serait-ce que la moitié de ces 3,5 millions, cela me permet de faire deux rotations aériennes par semaine", évalue le maire, qui se défend d'adopter une solution extrême et anti-environnementale.

"Qu'est-ce qu'on fait? On laisse mourir les gens ?", lance l'élu, qui relève que, quand un médecin fait le trajet en voiture, son bilan carbone n'est "pas bon non plus".

Des négociations actuellement en cours avec l'ARS Bourgogne-Franche-Comté

Le maire entend mettre en oeuvre la ligne aérienne "le plus tôt possible en 2023", précisant que des négociations sont en cours avec l'Agence régionale de santé et la Région Bourgogne-Franche Comté.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

La salle multimodale de radiologie interventionnelle du CHU de Besançon prochainement inaugurée

Équipement à la pointe de l’innovation en termes d’imagerie opératoire, la nouvelle salle multimodale de radiologie interventionnelle du CHU de Besançon sera inaugurée le 14 février prochain en présence de la présidente de région Marie-Guite Duffay et le directeur général du CHU Thierry Gamond-Rius.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.17
pluie modérée
le 22/02 à 3h00
Vent
8.82 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
91 %