Dix-neuf ans après, un meurtrier présumé confondu par un mégot de cigarette

Publié le 06/06/2020 - 16:56
Mis à jour le 06/06/2020 - 16:56

Un quinquagénaire déjà connu de la justice a été mis en examen à Valence pour le meurtre d'une femme de 55 ans, après la découverte de son ADN sur un mégot de cigarette, 19 ans après les faits, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

© smaragd PXB CC0 ©
© smaragd PXB CC0 ©

L'homme, sur lequel aucun autre détail n'a été donné, est "très défavorablement connu de la justice", a précisé le procureur de la République de Valence, Alex Perrin. Agé de 36 ans au moment des faits, il a été interpellé mercredi avant de "reconnaître partiellement les faits" et d'être mis en examen, vendredi à Valence, pour "meurtre précédé, accompagné ou suivi d'un autre crime" puis placé en détention provisoire, indique le procureur dans un communiqué.

Son ADN a été retrouvé sur un mégot de cigarette découvert sur la scène de crime, ainsi que sur le tee-shirt de la victime, Chantal de Chillou de Saint Albert, une femme âgée de 55 ans et alors domiciliée à Allauch, dans la banlieue de Marseille. Son corps avait été découvert sur un chemin en bordure de l'Isère, à Chatuzange-le-Goubet (Drôme), le 2 août 2001.

L'affaire était restée irrésolue malgré de nombreuses années de recherches, et l'enquête avait été close en 2010. Le dossier avait été rouvert en 2019 par le plateau d'investigation "Cold Case" (PICC) du pôle judiciaire de la gendarmerie nationale à Pontoise, unité de recherches spécialisée dans les affaires non élucidées détenant une capacité d'expertise dans les domaines de l'analyse, de la criminalistique, des sciences du comportement et de l'investigation.

Cette unité avait procédé à une analyse de l'archive de la procédure et constaté, d'une part, qu'il existait des scellés anciens pouvant être confrontés aux techniques modernes de la police scientifique et, d'autre part, qu'une piste étudiée en 2002 méritait d'être approfondie.

En octobre 2019, le procureur de la République de Valence avait rouvert l'enquête pour assassinat. La Section de recherches de Grenoble et le PICC avaient été cosaisis.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Affaire Péchier : l’anesthésiste n’a pas « les traits d’un tueur en série » selon une contre-expertise psychiatrique

D'après les conclusions d'un rapport confidentiel publiées par le Journal du Dimanche le 11 avril 2021, la contre-expertise psychiatrique de Frédéric Péchier, anesthésiste soupçonné d'avoir empoisonné volontairement 24 patients à Besançon entre 2008 et 2017, ne révèle pas "les traits d'un tueur en série" dans sa personnalité.

Inéligibilité : le président du Mouvement FC fait appel du jugement rendu par le Tribunal administratif  

Le tribunal administratif de Besançon a jugé Jean-Philippe Allenbach "inéligible" pendant ces 18 prochains mois a-t-on appris dimanche 14 mars 2021. Le président du Mouvement Franche-Comté ne pourra donc pas se présenter ni aux élections régionales ni présidentielles. Il fait appel de cette décision.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.89
nuageux
le 19/04 à 0h00
Vent
1.34 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
100 %

Sondage