Elisabeth Biscarrat, gagnante Masterchef 2011 : "J'ai décidé de tout reprendre à zéro"

Publié le 12/05/2013 - 11:57
Mis à jour le 16/04/2019 - 16:37

La gagnante 2011 de l'émission de cuisiniers amateurs Mastechef (saison 2) était invitée ce samedi 11 mai à une journée gourmande de la foire comtoise. Élisabeth connait bien Besançon, une ville qu'elle "adore". L'ancienne infirmière a en effet travaillé aux urgences de l'hôpital de Besançon de 2003 à 2005 ! Un déjeuner au "Brasilia", une dégustation du concours de verrine à la cancoillotte sur le stand des produits régionaux et séance de dédicaces de son livre les meilleures recettes d'Élisabeth ! Élisabeth Biscarrat revient sur son aventure Masterchef et dévoile ses projets : un livre sur les macarons en préparation et l'envie d'ouvrir sa propre pâtisserie à Strasbourg... 

Rencontre

PUBLICITÉ

maCommune.info : Alors comme ça, vous êtes une ex-Bisontine ? 

Elisabeth Biscarrat : Je suis originaire de Metz et je vis aujourd’hui à Strasbourg. J’ai travaillé aux urgences de l’hôpital de 2003 à 2005 et ma première fille Jeanne est née ici ! Nous habitions rue Battant. J’adore cette ville, l’ambiance, les gens. Je trouve que la vie est très saine ici. Et puis j’ai des souvenirs de cures de Mont d’Or. J’adore aussi l’Edel de Cléron. Mon mari qui travaillait à PSA adore la saucisse de Morteau. Lorsque nous remontons du Sud, nous aimons passer quelques jours ici, un peu comme un pèlerinage ! 

Quelles ont été vos motivations pour participer à ce concours Masterchef ? 

Pour la naissance de ma 2e fille Louise, j’ai eu un accouchement très difficile qui a remis beaucoup de choses en perspective. À mon retour à la maison, j’ai vu la bande-annonce sur TF1 « Vous êtes cuisinier amateur et rêvez de changer de vie ? » C’était tout moi ! Comme 24.000 candidats…je me suis inscrite, j’ai envoyé mes photos… D’ailleurs, à la place de mon portrait, j’ai envoyé une coquille Saint-Jacques, car ma photo ne passait pas…

Avec le recul, comment voyez-vous la téléréalité ? 

 J’ai eu la chance de participer à Masterchef à mon âge (NDLR : Élisabeth Biscarrat a 37 ans aujourd’hui), d’avoir une vie avec deux enfants. C’est ce qui nous recentre sur l’essentiel. Du jour au lendemain, vous êtes sous les feux des projecteurs, vous avez des de nombreuses propositions. Cela peut être très déstabilisant. Je connais de jeunes candidats qui ne s’en sont pas remis. Il faut savoir que l’on nous demande d’être disponibles durant trois mois sans toucher d’indemnisation. À l’époque, j’avais une petite fille de trois mois. Nous avons fait des sacrifices, financiers, mais ça a payé ! 

Vous êtes-vous reconnue ?

Il faut savoir que la façon de monter les images peut beaucoup orienter la vision des téléspectateurs. Au début, mes amis me disaient qu’ils ne me reconnaissaient pas, que j’étais timide alors que je n’étais pas comme ça ! On me pose souvent la question du lynchage médiatique de Naoëlle notamment après l’épisode du « vol » de crevettes. On ne sait pas vraiment ce qui s’est passé. Je sais que la vérité, aussi, peut-être tronquée… 

 La notoriété, les sollicitations, les contrats publicitaires… Vous a-t-on préparée à « l’après » Masterchef ? 

 Pas du tout ! Si après « le casting froid » vous avez rendez-vous chez le médecin et le psychologue avant de savoir si vous êtes sélectionné, il n’y a pas d’accompagnement particulier après. Au début on me proposait tout et n’importe quoi. Pas facile de s’y retrouver, de connaitre le vrai prix des choses.  Je me suis fait avoir, mais il faut dire que j’aime aussi beaucoup donner. Aujourd’hui j’ai un avocat qui me conseille… 

Où en êtes-vous aujourd’hui ? 

Je termine une formation de cinq mois à l’école de pâtisserie Lenôtre. Je vais ensuite réaliser plusieurs sages chez Frédéric Anton (un des jurys de Masterchef), à Strasbourg et à Paris. Je rappelle souvent que je ne suis qu’amateur. Par respect pour les chefs et pour le métier, j’ai décidé de tout reprendre à zéro, de reprendre les bases. On ne devient pas une professionnelle après un passage à la télévision. La pâtisserie est une vraie science et demande beaucoup de rigueur…

Quels sont vos projets ? 

Après « les 50 meilleures recettes d’Élisabeth » sortie en août 2012, je prépare un deuxième livre mais cette fois exclusivement sur les macarons. Il devrait sortir à la rentrée ou en début d’année prochaine. Ce n’est pas encore défini. Je donne aussi des cours de cuisine à Strasbourg. Je recherche également à créer ma propre pâtisserie, mais ce n’est pas facile de trouver un local. J’ai gagné 100.000 euros, mais il en faut 3 à 400.000 de plus pour un pas-de-porte. C’est à suivre… Je voyage beaucoup (Tahiti, Dubaï, Marrakech, Casablanca, et les nombreux aller-retours Paris Strasbourg) mais je suis épanouie. Je fais ce que j’aime… 

 Retrouvez Elisabeth Biscarrat  le 24 mai prochain sur TF1 en première partie de soirée  dans une émission spéciale de Masterchef « Les meilleurs de Masterchef » : une compétition au sommet avec 11 candidats emblématiques de l’émission (Anne-Lyse, Cyril, Elisabeth, Georgiana, Karim, Ludovic, Marine, Nathalie, Pierre, Virginie et Xavier)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’hommage aux trois militaires « pourrait se faire » à Besançon en présence de la ministre des Armées

L’hommage aux trois militaires « pourrait se faire » à Besançon en présence de la ministre des Armées

Mise à jour à 18h14 • Trois militaires français appartenant au 19eRG de Besançon sont décédés accidentellement dans le cadre de la mission « Harpie » de lutte contre l’orpaillage illégal en Guyane, selon l’Etat-Major des Armées. Un hommage leur sera rendu la semaine prochaine. La Ville de Besançon annonçait le mercredi 24 juillet 2019 mais le 19 Régiment du Génie précise que "rien n'est encore arrêté pour l'instant sur le lieu et la date".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.92
ciel dégagé
le 19/07 à 21h00
Vent
1.78 m/s
Pression
1015.67 hPa
Humidité
88 %

Sondage