En Bourgogne Franche-Comté, plus de 1 jeune sur 2 vit en zone rurale

Publié le 18/01/2022 - 15:00
Mis à jour le 21/01/2022 - 17:10

INSEE • Selon une étude de Régine Bordet-Gaudin et Nicolas Bourgain, experts de l’Insee Bourgogne Franche-Comté, rendue publique ce mardi 18 janvier, plus d’un jeune sur deux vit dans le rural malgré des départs à 18 ans. Cette enquête révèle également des différences marquantes entre les jeunes habitant en zone urbaine et ceux vivant en zone rurale…

En Bourgogne-Franche-Comte?, 363.000 jeunes de 3 a? 24 ans habitent une commune rurale, soit plus d’un jeune sur deux, selon l'Insee. La région est celle qui en compte relativement le plus avec la Bretagne.

Les jeunes ruraux, comme plus généralement l’ensemble de la population rurale régionale, habitent principalement dans des territoires sous influence d’un pôle urbain. En Haute-Saône, plus de 70 % des jeunes vivent en milieu rural. Ils sont seulement 40 % en Côte-d’Or et dans le Doubs, départements les plus urbains de la région.

L'entrée collège qui fait sortir de la ruralité

Dans le rural, les enfants sont relativement plus nombreux à quitter quotidiennement leur commune de résidence pour rejoindre leur école. Ainsi, plus de 40 % des élèves âgés de 3 à 10 ans sont scolarisés en dehors de leur commune. Ils ne sont que 12 % dans l’urbain. Toutes les communes rurales ne disposent pas d’écoles. Certains élèves bénéficient de regroupements pédagogiques intercommunaux. Ils rejoignent alors l’école du regroupement correspondant à leur niveau scolaire. Il arrive aussi que d’autres jeunes ruraux soient scolarisés dans la commune de travail de leurs parents.

Cet éloignement quotidien, essentiellement lié à l’offre scolaire locale, s’amplifie avec l’avancée dans les études. Entre 11 et 14 ans, période du collège, la part des jeunes ruraux scolarisés en dehors de leur commune de résidence double pour s’élever à 80 %. Cette proportion atteint 95 % pour les lycéens. La distance parcourue pour rejoindre l’établissement scolaire s’accroît donc avec le niveau d’étude. Un collégien bourguignon - franc-comtois fait en moyenne 11 km pour rejoindre son établissement tandis qu’un lycéen doit parcourir en moyenne 25 km.

Des départs à partir de 18 ans

Comme ailleurs en France, 18 ans est l’âge auquel de nombreux jeunes quittent le milieu rural pour s’installer dans une grande ville ou à proximité. Jusqu’à 17 ans, 56 % des jeunes bourguignons - francs-comtois vivent dans le rural. Ils ne sont plus que 39 % à 18 ans, soit un écart de 17 points. "Ce phénomène est beaucoup plus marqué dans la région qu’en moyenne en province, où l’écart est de 12 points. La mobilité résidentielle devient nécessaire principalement pour la poursuite d’études supérieures. Elle peut cependant être également liée à l’obtention d’un premier travail ou à d’autres opportunités d’emplois", explique l'Insee.

Parmi les jeunes de 18 ans qui vivaient un an auparavant dans le rural, 2.700 soit 16 % d’entre eux, résident désormais dans une commune urbaine. Ils habitent notamment dans les agglomérations de Dijon, Besançon, Montbéliard et Belfort, où se trouvent la plupart des établissements d’enseignements supérieurs. En revanche, seuls 410 jeunes urbains de 18 ans font le chemin inverse en emménageant dans une commune rurale.

L'apprentissage plus fréquent chez les jeunes ruraux

En Bourgogne-Franche-Comté, 15 % des jeunes ruraux de 16 à 24 ans, inscrits dans un établissement scolaire, le sont en qualité d’apprentis en 2018. C’est 1,5 point de plus par rapport à la moyenne de province. La région fait partie des régions françaises où l’apprentissage en milieu rural est le plus développé derrière les Pays de la Loire. À niveau de diplôme égal, les jeunes ruraux poursuivent davantage leurs études en apprentissage que les jeunes urbains.

Des familles monoparentales plus rares en zone rurale

D’après l’études de l’Insee, les jeunes de la région âgés de 3 à 17 ans habitent beaucoup plus fréquemment avec leurs deux parents ou dans une famille recomposée. Dans la région, seulement 17 % des jeunes ruraux de 3 à 17 ans vivent dans une famille monoparentale contre 27 % parmi les jeunes urbains. "Ces écarts sont liés notamment au fait que les familles monoparentales sont plus nombreuses à quitter les espaces ruraux qu’à s’y installer", précise l'Insee, "dans les grandes villes, elles peuvent bénéficier de services et équipements facilitant leur vie quotidienne et de logements à loyers modérés pour les familles les plus défavorisées".

Néanmoins, la monoparentalité en milieu rural progresse avec l’âge des enfants. Près de 14 % des enfants de 3 à 10 ans vivent avec un seul parent. Entre 11 et 17 ans, ils sont un peu plus de 19 %. En France, les tout-petits sont moins nombreux à être affectés par la séparation des parents. Les enfants ont en moyenne 9 ans lors du divorce de leurs parents.

Plus de parents propriétaires de leur maison en ruralité

Dans le rural, les jeunes de 3 à 17 ans résident pour la plupart dans une maison dont les parents sont très souvent propriétaires. Ils ont plus fréquemment leur propre chambre et sont moins soumis aux problèmes de suroccupation* au sein de leur logement. "L’accès à la propriété dans le rural est facilité par le prix de l’immobilier moins élevé, permettant aux familles d’acquérir de plus grands logements", explique l'Insee.

Dans la région, les enfants et adolescents vivent principalement dans un ménage où la personne de référence** occupe un emploi d’ouvrier. L'Insee précise que "dans les communes rurales, ils vivent en outre plus souvent dans une famille où le référent exerce une profession intermédiaire ou est indépendant (agriculteur, artisan ou chef d’entreprise) que ceux habitant en milieu urbain."

Il est plus rare que leur père ou leur mère reste au foyer : 7 % des jeunes ruraux ont un parent au foyer contre 15 % dans l’urbain.

Infos +

L’espace rural comprend les communes rurales autonomes peu et très peu denses ainsi que les communes rurales sous faible et forte influence d’un pôle. L’espace urbain comprend les communes denses en population ou de densité intermédiaire selon la grille communale de densité (Cf https://www.insee.fr/fr/statistiques/5039991).

*Suroccupation = elle est mesurée en rapportant la composition du ménage au nombre de pièces du logement. Un logement est considéré suroccupé lorsque le nombre de pièces est insuffisant au regard de la taille du ménage (Cf Insee Focus n°189, avril 2020).

**Personne de référence = elle est déterminée en tenant compte de l’activité des personnes du ménage, du fait d’avoir un conjoint, du fait d’avoir un enfant et de l’âge (Cf https://www.insee.fr/fr/metadonnees/definition/c1036).

Etude réalisée par Régine Bordet-Gaudin et Nicolas Bourgain (Insee)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Jeunesse

Études, formations et orientation 2023 : quels établissements organisent des portes ouvertes en Bourgogne Franche-Comté ?

Pour savoir quelle orientation ou quel établissement choisir pour sa formation, son avenir, il y a les salons du lycéen et de l’étudiant (le 14 janvier à Micropolis à Besançon) et il y a des journées portes ouvertes pour visiter les établissements en Bourgogne Franche-Comté. Voici le calendrier des journées portes ouvertes en 2023 dans la région…

À Besançon, un nouveau magasin de friandises qui fait voyager dans le temps et dans le monde…

Depuis le 22 décembre dernier, une nouvelle boutique très particulière s’est ouverte rue de Vesoul à Besançon. Elle s’appelle "1001 Bonbons & Produits du monde". Charles Dilinger, jeune diplômé en économie et gestion bisontin, veut faire voyager les papilles de ses clients grâce à des souvenirs d’enfance ou des découvertes de pays du monde. Interview.

Quels étaient les jouets les plus populaires à Noël il y a 20 et 30 ans ?

Que vous soyez étudiant, jeune adulte, parent ou bien grand-parent, vous n'êtes pas sans savoir qu'à l'approche de Noël, les enfants n'attendent généralement pas bien longtemps avant d'écrire leur liste au grand bonhomme rouge ! Aujourd'hui, maCommune.info vous propose de jouer avec la nostalgie, en remontant 20 à 30 ans en arrière. À l'époque où vous, peut-être, étiez à leur place.

Dijon : une dizaine de postes à pourvoir chez Family Sphere, qui ouvre une nouvelle agence

Family Sphere, le référent du temps périscolaire, ouvre une agence à Dijon. L’équipe emmenée par Isabelle Roy vient en aide aux familles qui cherchent une solution de garde pour leurs enfants, dès le plus jeune âge. Pour l’occasion, une dizaine de postes sont à pourvoir.

Halloween : 5 idées de sorties en famille ou entre amis en Franche-Comté

Dans quelques petits jours, lundi 31 octobre, Halloween pointera le bout de son nez ! Il est cependant possible de profiter des festivités dès maintenant, puisque plusieurs lieux de loisirs proposent déjà des animations à thème en Franche-Comté. Tour d'horizon des activités proposées.

La Cpam du Doubs invite les jeunes à devenir autonomes et à prendre soin de leur santé

PUBLI-INFO • Quand on est jeune, entrer dans la vie active ou faire des études, ne riment pas toujours avec prendre soin de sa santé. En cette rentrée, l’Assurance Maladie lance une campagne d’informations dans le but d’inciter les jeunes à adopter les « bons réflexes de l’assuré autonome » et organise une série d’actions évènementielles dont un forum santé spécial dédié aux 16-25 ans le 29 septembre à Besançon.

Service national universel : 140 jeunes dans le Doubs 

Originaires de Côte-d’Or, de Saône-et-Loire et de Seine-et-Marne, ces 140 jeunes de 15 à 17 ans sont arrivés à Besançon en début de semaine pour vivre de multiples expériences collectives, autour de la cohésion de groupe et des valeurs républicaines. Ils étaient ce matin au lycée Jules Haag de Besançon pour une journée d'ateliers avec la police, les pompiers et la gendarmerie. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -1.11
partiellement nuageux
le 28/01 à 6h00
Vent
3.93 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
84 %