Enlevé pour une dette de stupéfiants : lourdes peines pour ses ravisseurs

Publié le 22/05/2019 - 11:41
Mis à jour le 22/05/2019 - 11:41

Enlevé en pleine nuit en 2017 dans un village de la Nièvre pour une dette de stupéfiants, il avait été retrouvé sain et sauf le lendemain soir. Ses ravisseurs ont écopé mardi de peines allant jusqu'à 13 ans de prison, a-t-on appris des avocats de la défense.

justice-510742_960_720
© Succo via Pixabay
PUBLICITÉ

Devant la cour d’assises de la Nièvre, six jeunes âgés de 23 à 28 ans et impliqués à des degrés divers comparaissaient depuis le 13 mai, notamment pour extorsion avec arme, enlèvement et séquestration.

Un important dispositif du GIGN

Les faits remontent à la nuit du 7 au 8 février 2017. La victime, un homme de 23 ans, est alors enlevée sous la menace d’une arme de poing par trois hommes à Pougues-les-Eaux, où il réside. Ils exigent le remboursement d’une dette de stupéfiants. Les ravisseurs, pas toujours les mêmes, conduiront leur otage deux fois, en pleine nuit, au domicile de sa mère et de son beau-père, dans une commune voisine. Ils les menacent, réclament de l’argent, et obtiennent une première fois 500 euros en liquide, puis un chèque de 3.000 euros.

Au cours de sa détention dans un appartement de Nevers, la victime recevra des coups de poing, de pied ou de ceinture. Prévenues par la mère du jeune homme, les forces de l’ordre avaient mis en place, le 8 février, un important dispositif avec l’aide du GIGN pour le retrouver. Il avait finalement été libéré dans la soirée et retrouvé à la gare de Nevers.

10 et 13 ans de prison

Deux hommes de 23 et 28 ans, considérés comme les auteurs principaux, ont été condamnés à 13 ans de prison, tandis qu’un troisième, âgé de 25 ans, écope de dix ans. Tous trois avaient déjà été condamnés, fin 2018, à de la prison Ferme pour trafic de stupéfiants.

Deux frères de 25 et 27 ans devront quant à eux purger respectivement cinq ans dont deux de sursis avec mise à l’épreuve (SME) et trois ans dont deux de SME. Une femme de 25 ans, poursuivie pour complicité, est condamnée à trois ans de SME. Si les peines de prison ferme sont toutes inférieures de deux ans aux réquisitions de l’avocate générale, elles sont « très sévères, en ce qui concerne les accusés qui comparaissaient détenus », selon l’avocat d’un des accusés les plus lourdement condamnés, Me Sébastien Maloyer.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.3
couvert
le 20/10 à 9h00
Vent
3.19 m/s
Pression
1005.97 hPa
Humidité
88 %

Sondage