Enlevé pour une dette de stupéfiants : lourdes peines pour ses ravisseurs

Publié le 22/05/2019 - 11:41
Mis à jour le 22/05/2019 - 11:41

Enlevé en pleine nuit en 2017 dans un village de la Nièvre pour une dette de stupéfiants, il avait été retrouvé sain et sauf le lendemain soir. Ses ravisseurs ont écopé mardi de peines allant jusqu’à 13 ans de prison, a-t-on appris des avocats de la défense.

 © Succo via Pixabay
© Succo via Pixabay

Devant la cour d'assises de la Nièvre, six jeunes âgés de 23 à 28 ans et impliqués à des degrés divers comparaissaient depuis le 13 mai, notamment pour extorsion avec arme, enlèvement et séquestration.

Un important dispositif du GIGN

Les faits remontent à la nuit du 7 au 8 février 2017. La victime, un homme de 23 ans, est alors enlevée sous la menace d'une arme de poing par trois hommes à Pougues-les-Eaux, où il réside. Ils exigent le remboursement d'une dette de stupéfiants. Les ravisseurs, pas toujours les mêmes, conduiront leur otage deux fois, en pleine nuit, au domicile de sa mère et de son beau-père, dans une commune voisine. Ils les menacent, réclament de l'argent, et obtiennent une première fois 500 euros en liquide, puis un chèque de 3.000 euros.

Au cours de sa détention dans un appartement de Nevers, la victime recevra des coups de poing, de pied ou de ceinture. Prévenues par la mère du jeune homme, les forces de l'ordre avaient mis en place, le 8 février, un important dispositif avec l'aide du GIGN pour le retrouver. Il avait finalement été libéré dans la soirée et retrouvé à la gare de Nevers.

10 et 13 ans de prison

Deux hommes de 23 et 28 ans, considérés comme les auteurs principaux, ont été condamnés à 13 ans de prison, tandis qu'un troisième, âgé de 25 ans, écope de dix ans. Tous trois avaient déjà été condamnés, fin 2018, à de la prison Ferme pour trafic de stupéfiants.

Deux frères de 25 et 27 ans devront quant à eux purger respectivement cinq ans dont deux de sursis avec mise à l'épreuve (SME) et trois ans dont deux de SME. Une femme de 25 ans, poursuivie pour complicité, est condamnée à trois ans de SME. Si les peines de prison ferme sont toutes inférieures de deux ans aux réquisitions de l'avocate générale, elles sont "très sévères, en ce qui concerne les accusés qui comparaissaient détenus", selon l'avocat d'un des accusés les plus lourdement condamnés, Me Sébastien Maloyer.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.23
couvert
le 20/05 à 0h00
Vent
1.42 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
95 %