Enlevé pour une dette de stupéfiants : lourdes peines pour ses ravisseurs

Publié le 22/05/2019 - 11:41
Mis à jour le 22/05/2019 - 11:41

Enlevé en pleine nuit en 2017 dans un village de la Nièvre pour une dette de stupéfiants, il avait été retrouvé sain et sauf le lendemain soir. Ses ravisseurs ont écopé mardi de peines allant jusqu'à 13 ans de prison, a-t-on appris des avocats de la défense.

 © Succo via Pixabay
© Succo via Pixabay

Devant la cour d'assises de la Nièvre, six jeunes âgés de 23 à 28 ans et impliqués à des degrés divers comparaissaient depuis le 13 mai, notamment pour extorsion avec arme, enlèvement et séquestration.

Un important dispositif du GIGN

Les faits remontent à la nuit du 7 au 8 février 2017. La victime, un homme de 23 ans, est alors enlevée sous la menace d'une arme de poing par trois hommes à Pougues-les-Eaux, où il réside. Ils exigent le remboursement d'une dette de stupéfiants. Les ravisseurs, pas toujours les mêmes, conduiront leur otage deux fois, en pleine nuit, au domicile de sa mère et de son beau-père, dans une commune voisine. Ils les menacent, réclament de l'argent, et obtiennent une première fois 500 euros en liquide, puis un chèque de 3.000 euros.

Au cours de sa détention dans un appartement de Nevers, la victime recevra des coups de poing, de pied ou de ceinture. Prévenues par la mère du jeune homme, les forces de l'ordre avaient mis en place, le 8 février, un important dispositif avec l'aide du GIGN pour le retrouver. Il avait finalement été libéré dans la soirée et retrouvé à la gare de Nevers.

10 et 13 ans de prison

Deux hommes de 23 et 28 ans, considérés comme les auteurs principaux, ont été condamnés à 13 ans de prison, tandis qu'un troisième, âgé de 25 ans, écope de dix ans. Tous trois avaient déjà été condamnés, fin 2018, à de la prison Ferme pour trafic de stupéfiants.

Deux frères de 25 et 27 ans devront quant à eux purger respectivement cinq ans dont deux de sursis avec mise à l'épreuve (SME) et trois ans dont deux de SME. Une femme de 25 ans, poursuivie pour complicité, est condamnée à trois ans de SME. Si les peines de prison ferme sont toutes inférieures de deux ans aux réquisitions de l'avocate générale, elles sont "très sévères, en ce qui concerne les accusés qui comparaissaient détenus", selon l'avocat d'un des accusés les plus lourdement condamnés, Me Sébastien Maloyer.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Mutilations, subordination… Nouvelles mesures de suspension pour les centres Proxidentaire à Chevigny-Saint-Sauveur et Belfort

"Compte tenu de la gravité des manquements à la qualité et à la sécurité des soins" constatés dans les centres Proxidentaire de Chevigny-Saint-Sauveur et de Belfort, l'ARS Bourgogne Franche-Comté prend de nouvelles mesures de suspension à compter du 26 juillet 2021, a-t-on appris dans un communiqué.

Occupation d’un appartement par des mineurs isolés : Solmiré assignée au tribunal administratif de Besançon

Depuis avril 2021, Solmiré (Solidarité, Migrants Réfugiés) occupe un logement bisontin pour héberger des mineurs étrangers isolés. L'association est assignée au tribunal administratif par les Voies navigables de France (VNF), gestionnaire du bâtiment, ce mardi 27 juillet à 11 heures.

Une femme retrouvée morte près de Besançon : « très probablement » un féminicide 

Une femme a été retrouvée morte dans le coffre de sa voiture vendredi 24 juillet au soir à Guillon-les-Bains près de Besançon. Elle a "très probablement" été tuée par son compagnon, mortellement blessé ensuite par le tir d'un gendarme après s'être montré ultra-violent, a indiqué dimanche le procureur de la République de Besançon.

Magistrat qui proposait sa fille pour des rapports sexuels : vers un procès début 2022

Le procès du magistrat mis en examen pour avoir proposé sur internet à des inconnus d'avoir des relations sexuelles avec sa fille de 12 ans, récemment révoqué de la magistrature, devrait se tenir "début 2022", a indiqué ce vendredi 23 juillet 2021 le procureur de la République de Besançon, où est instruite l'affaire.

Eric Dupond-Moretti est mis en examen pour soupçons de prise illégale d’intérêts

Une première pour un ministre de la Justice en exercice : à l'issue de près de six heures d'interrogatoire à la Cour de justice de la République (CJR), Eric Dupond-Moretti a été mis en examen dans l'enquête sur de possibles conflits d'intérêts avec ses anciennes activités d'avocat ce vendredi 16 juillet.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.29
légère pluie
le 28/07 à 0h00
Vent
1.43 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
99 %

Sondage