Alerte Témoin

'Il faut en finir avec la culture du bronzage'

Publié le 07/08/2018 - 11:56
Mis à jour le 07/08/2018 - 11:56

Avec l'arrivée de l'été, la Ville de Besançon a relancé sa campagne de prévention des risques solaires, ce jeudi 5 juillet 2018. Et contre les cancers de la peau, le dermatologue bisontin Hervé Van-Landuyt a sa solution, loin de l'écran total : 'en finir avec la culture du bronzage.'

« En Europe, et surtout en France, on est les seuls à se dire : tiens, c’est l’été, je vais aller me choper un cancer de la peau dans le Sud, puis le continuer dans  les îles, pour le finir au bord de la piscine… » Docteur Van-Landuyt, sur le bronzage

Aujourd'hui en France, plus de 120 000 cancers de la peau sont diagnostiqués chaque année. Le mélanome est d'ailleurs devenu en 2018 le 11e cancer le plus fréquent.

Pourtant, c'est un cancer "évitable" explique Cyril Devesa, adjoint délégué à la santé. "Ces morts et complications peuvent être empêchées, avec des changements de comportement simples vis-à-vis du soleil."

Parmi ces gestes :

  • Rechercher l'ombre et éviter le soleil entre 12h et 16h
  • Porter un tee-shirt, des lunettes et un chapeau
  • Protéger les enfants : les bébés ne doivent pas être exposés, ados et enfants sont particulièrement sensibles
  • Appliquer régulièrement de la crème solaire
  • Faire attention au bronzage "passif" : jardinage, sport, piscine… Par exemple, les agriculteurs ou travailleurs du btp sont particulièrement exposés

Le bronzage, fléau moderne

Et pour le dermatologue Van-Landuyt, bien connu des Francs-Comtois pour son combat contre les UV, un changement de culture est tout aussi nécessaire.

"En Europe, et surtout en France, on est les seuls à se dire : tiens, c'est l'été, je vais aller me choper un cancer de la peau dans le Sud, puis le continuer dans  les îles, pour le finir au bord de la piscine…" Pour lui, bronzage égale exposition "gratuite" aux UV. "Une automutilation." D'autant plus que "l'écran total n'existe pas, les UV passent quand même" assure le docteur.

"Il faut écarter cette mode de se dire que le bronzage, c'est joli. Ça pousse à reproduire un comportement tout à fait nocif pour le corps". Et une parfaite illustration de cette pensée se trouverait justement dans le monde de la mode, qui a "banni les mannequins trop bronzés de ses campagnes de pub." Comme pour l'anorexie et les mannequins trop maigres, mais cette fois, pour la "tanorexie", la dépendance au bronzage.

Des jeux pour prévenir les risques

Afin de toucher le public jeune, particulièrement sensible au soleil, la direction hygiène-santé de la Ville et l'ASFODER (association des dermatologues de Franche-Comté) organisent des animations sur différents sites "à risque" de la ville. Comme à la Malcombe et son "Vital' Eté", ou en centre de loisirs. Le principe : un jeu de l'oie où il faut récupérer le plus d'objets de la panoplie protégeant du soleil : lunettes, chapeau ou crème…

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Coronavirus : la semaine à venir s’annonce « décisive »

Selon Pierre Pribile, directeur régional de l'ARS Bourgogne Franche-Comté, la Bourgogne Franche-Comté est confrontée "à une croissance continue du nombre de cas graves et de cas hospitalisés et admis en réanimation...". Plus de 1.500 cas confirmés au Covid-9 (patients ayant subi un test positif) ont été recensés  Bourgogne Franche-Comté depuis le début du mois de mars. Les premiers décès remontent au 18 mars 2020. Dans la région 164 patients sont décédés à l'hôpital des suites du Coronavirus. La semaine à venir s'annonce "décisive"...

covid-moi-un-lit.com : une application pour trouver des lits de réanimation

Créée à l’initiative de deux médecins bisontins, Romain Léger et Vincent Bailly en six jours seulement et en parallèle de leurs activités médicales, cette application propose aux médecins de gagner un temps précieux dans leur recherche de lits de réanimation, avec une plateforme diffusant les disponibilités en temps réel, apprend-on ce 28 mars 2020.

Coronavirus : 40 patients de Bourgogne-Franche-Comté transférés vers des hôpitaux d’Auvergne-Rhône-Alpes

Quarante malades du coronavirus qui étaient hospitalisés dans les services de réanimation d'hôpitaux de Bourgogne-Franche-Comté sont en cours de transfert vers ceux de trois départements de la région Rhône-Alpes-Auvergne, a indiqué ce samedi 28 mars 2020 l'Agence régionale de santé (ARS) de cette région dans un communiqué.

Une plateforme régionale pour mettre en lien les fabricants de matériel médical et les hôpitaux

stopcovid19.fr •

L’Agence Régionale de Santé Bourgogne-Franche-Comté et les services de l’État ont donc pris la décision de lancer ce 27 mars 2020 une plate-forme régionale contributive en ligne permettant d’identifier la disponibilité de matériel médical nécessaire à la prise en charge des personnes atteintes du COVID19.

Covid-19 : « Nous sommes confrontés à une croissance continue du nombre de cas graves » (ARS)

16 décès en 24h en Bourgogne Franche-Comté • Alors qu'Édouard Philippe, le Premier ministre, vient d'annoncer ce 27 mars 2020 le prolongement du confinement jusqu'au 15 avril prochain, l'Agence Régionale de la Santé de Bourgogne Franche-Comté accompagnée de Bernard Schmeltz, préfet de la Cote d'Or a donné une audioconférence ce vendredi.

Essai Discovery : le CHU de Besançon testera des traitements sur les formes graves de Covid-19

Dès lundi 30 mars 2020, les patients hospitalisés dans les services de réanimation et maladies infectieuses du CHU pourront être inclus dans cette étude après recueil de leur consentement ou de celui de leurs représentants légaux. Ils seront répartis de manière aléatoire dans l’un des cinq groupes de traitement.
Offre d'emploi
 5.05
partiellement nuageux
le 30/03 à 12h00
Vent
6.97 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
51 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune