Fonction publique : l'Assemblée vote l'expérimentation des ruptures conventionnelles

Publié le 21/05/2019 - 16:17
Mis à jour le 21/05/2019 - 10:50

L'Assemblée nationale a donné lundi soir son feu vert à une expérimentation durant cinq ans des ruptures conventionnelles dans la fonction publique, sur le modèle du secteur privé.

hemicycle-de-l-assemblee-nationale_slide_full.jpg
© assemblée nationale

Les députés ont adopté l’article 26 du projet de loi de transformation de la fonction publique prévoyant ce dispositif à compter du 1er janvier 2020, pour les fonctionnaires comme les contractuels en CDI.

PUBLICITÉ

« Avec la rupture conventionnelle, nous proposons que l’agent ait une prime de départ et qu’il soit bénéficiaire d’une allocation de retour à l’emploi », ce qui n’est pas le cas actuellement en cas de démission, a fait valoir le secrétaire d’Etat Olivier Dussopt.

Il a affirmé avoir reçu nombre de courriers d’agents intéressés, et souligné que « les partenaires sociaux, organisations syndicales comme employeurs », avaient demandé à ce que la mesure s’applique aux trois versants de la fonction publique (Etat, Hospitalière, Territoriale). « Des agents ont envie de quitter la fonction publique pour d’autres projets » et leur « seul choix » était jusqu’alors la démission, a abondé la rapporteure Emilie Chalas (LREM).

L’ensemble de la gauche a critiqué la mesure. « La volonté est que les fonctionnaires s’en aillent », que les hôpitaux notamment soient « vidés », ont dénoncé les Insoumis, les communistes rappelant l’objectif – qui n’est plus un impératif pour l’exécutif – de 120.000 suppressions de postes dans la fonction publique d’ici 2022.

Les socialistes ont demandé quelles seraient « les conséquences financières pour les employeurs publics », quand les UDI-Agir se sont interrogés sur la constitutionnalité de la rupture conventionnelle pour les fonctionnaires, à la « relation particulière de sujétion ».

Demandant comme la gauche un chiffrage, Les Républicains ont cependant soutenu cette extension de la rupture conventionnelle, qui a été créée en 2008 sous le gouvernement Fillon et constitue aux yeux de la droite un « réel succès dans le privé ».

Afin d’éviter des comportements opportunistes, le projet de loi prévoyait que l’agent ayant bénéficié d’une rupture conventionnelle serait tenu de rembourser la prime perçue en cas de retour dans son administration d’origine dans un délai de trois ans. Cette durée a été portée à six ans par un amendement LREM en séance.

En commission, les députés avaient précisé que la rupture « ne peut être imposée par l »une ou l’autre des parties » et inscrit le principe d’un montant minimum de l’indemnité spécifique de rupture conventionnelle. « Une discussion est ouverte avec les partenaires sociaux » en vue d’un barème par décret, a précisé M. Dussopt.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre ont exprimé dans une tribune, diffusée samedi par le Journal du Dimanche, leur soutien à Emmanuel Macron, au moment où le parti de droite Les Républicains subit une crise profonde après sa déroute aux élections européennes. Parmi eux, on retrouve notamment le maire  "Agir" de Vesoul, Alain Chrétien.

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Le programme de la visite présidentielle • Le président de la République sera bien à Ornans ce  lundi 10 juin 2019  le jour même du bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet (10 juin 1819) pour l'inauguration de la nouvelle exposition "Yan Pei-Ming face à Courbet". Cette dernière fait partie des 15 en France ayant reçu cette année le label "Exposition d’intérêt national" du ministère de la Culture. Le Président de la République sera accompagné par Franck Riester, ministre de la Culture, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, et Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales.

Projet de loi santé : Martial Bourquin dépose des amendements pour lutter contre les déserts médicaux

Projet de loi santé : Martial Bourquin dépose des amendements pour lutter contre les déserts médicaux

Dans le cadre du projet de loi Organisation du système de santé e, débat actuellement au Sénat, le PS Martial Bourquin a déposé des amendements visant à lutter contre les déserts médicaux et propose le conventionnement sélectif  ou "territorialisé" des médecins libéraux.

Municipales à Besançon : le candidat Alauzet lance sa phase de consultation auprès des Bisontins

Municipales à Besançon : le candidat Alauzet lance sa phase de consultation auprès des Bisontins

N'osant imaginer ne pas avoir l'investiture d'En Marche d'ici début juillet pour les municipales de 2020 à Besançon, le député du Doubs Éric Alauzet entame ce 3 juin 2019 une nouvelle phase de sa campagne. Jusqu'au 12 juillet, une cinquantaine d'enquêteurs vont aller à la rencontre des habitants dans le but de récolter "plusieurs milliers" d'avis. Éric Alauzet souhaite présenter à l'automne son projet "en dehors des clivages politiques et des appareils" et avec une équipe ouverte et renouvelée.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.1
ciel dégagé
le 17/06 à 9h00
Vent
4.82 m/s
Pression
1018.87 hPa
Humidité
65 %

Sondage