Les aides à la formation pour les demandeurs d'emploi les "plus fragiles"

Publié le 03/09/2019 - 18:45
Mis à jour le 03/09/2019 - 18:54

Les acteurs de la Région, de l’État, de la Direccte et de Pôle Emploi se sont retrouvés ce 3 septembre 2019 pour évoquer les grandes lignes du PRIC (pacte régional d’investissement dans les compétences) et les premiers résultats…

Grands changements du côté des formations en Bourgogne Franche-Comté...  Le PRIC,  signé il y a huit mois, commence à montrer des résultats en faveur de la nouvelle politique concernant les formations. Un bon point pour Marie-Guite Dufay qui précise avec enthousiasme que "cela marche". "Nous avons constaté une augmentation de 28 % des entrées en formations par rapport à 2018", explique Marie-Guite Dufay, la Présidente de Région. Ce chiffre compte "67% de personnes sans qualification", indique Océane Charet-Godart, vice-présidente de la Région.

À quoi sert-il ?

Le PRIC est prévu pour une période de quatre ans. Il sert à offrir une nouvelle offre de formation, "adaptée aux besoins des demandeurs d'emploi et au bassin dans lesquels ils se trouvent", explique Jean Ribeil, directeur de la DIRECCTE Bourgogne Franche-Comté. "La question est de réfléchir sur la manière de faciliter les choses pour les demandeurs d'emploi", souligne Bernard Schweltz, préfet de la Région. "Il s'agit de faire du sur-mesure pour les personnes qui sont les plus loin du marché de l'emploi", poursuit-il en indiquant que "ce n'est pas une opération coup de poing et que cela prendra du temps".

Il favorise également l'accès aux formations aux publics les plus fragiles afin de sécuriser leur parcours. 117.000 personnes sont potentiellement touchées par le PRIC en Bourgogne Franche-Comté. Il mobilise une enveloppe de 251,8 millions d'euros.

Quels changements majeurs ?

Le PRIC vise à renouveler l'offre de formation "en répondant à de nouveaux besoins". Ainsi, 27 millions sont engagés et concernent :

  • 1.660 places, notamment dans les formations supplémentaires financées par Pôle Emploi
  • Le développement de nouvelles offres de formations qualifiantes
  • Une augmentation des formations financées (notamment dans les métiers du BTP  où 900 places sont ouvertes et maroquinerie (500 places ouvertes) en 2019.

21,25 millions sont également  consacrés pour l'accès aux publics les plus fragiles. Ils prennent en compte :

  • La forte augmentation des places (notamment formations linguistiques)
  • Le développement des formations en amont
  • Des nouvelles aides régionales aux stagiaires en formation

Au 5 juillet 2019, 93% des crédits prévus (53 millions d'euros) pour le PRIC ont été engagés.

Des nouvelles mesures pour les stagiaires en formation

"Il faut aller chercher les invisibles, ceux qui ont baissés les bras. Il fait trouver les ressources chez nous pour les remettre sur le marché du travail", indique Marie-Guite Dufay.

15 millions d'aides régionales sont engagés pour les stagiaires en formations. Ce chiffre compte :

Une nette revalorisation de la rémunération des stagiaires. Auparavant un stagiaire en formation non indemnisé par Pôle Emploi percevait un peu plus de 400 euros. Il percevra désormais 652, 18 euros. Un mineur passera de 130 à 455 euros.  Cette revalorisation concerne 8.600 bénéficiaires.

Un triplement des indemnités. L'indemnité mensuelle est passée de 32,93 euros à 98,79 euros (hors travailleurs handicapés). Pour cela, il faudra justifier d'une distance domicile/lieu de formation de plus de 15 km. 2000 personnes en bénéficient en Bourgogne Franche-Comté.

Un complément de rémunération. La Région instaure au 1er septembre 2019 une aide forfaitaire d’un montant de 200 euros pour les stagiaires entrés sur les formations agréées par la Région, qu’ils soient indemnisés ou non par Pôle emploi. Elle permet le financement de nouveaux frais liés à l’entrée en formation (notamment déplacement, garde d’enfants, achats de matériels…) : cela concerne 15.500 bénéficiaires par an.

À travers le PRIC, les différentes organisations ont également souhaité "raccourcir et assouplir les conditions d'entre en formation" en allégeant les modalités d'accès et les démarches administratives.  Elles ont également souhaité travailler un "plan BTP" pour accompagner transformer les contenus et les modalités pédagogiques de formation de ce secteur en offrant des formations collectives pensées par « blocs de compétences".  Par exemple, un stagiaire pourra suivre un parcours de formation alliant des modules de carreleur et de plaquiste. Au total, 900 personnes seront concernées en 2019 par cette mesure.

Top 10 des formations enregistrant les retours à l’emploi à 6 mois (en %) les plus élevés en Bourgogne-Franche-Comté :

©

Info +

Les différents appels à projets comme "pas de quartier pour l'échec, le projet «Avec» , ou encore RéSOLUTION, font également partie du processus d'accès à l'emploi via une approche aux "cas par cas".

Au niveau des demandeurs d'emploi de la région, une personne sur deux est au chômage depuis plus de 12 mois et une personne et une sur quatre est au chômage depuis lus de 24 mois.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Base de loisirs d’Osselle : qui sont les deux chefs bisontins à la tête du nouveau restaurant ?

Suite à un appel d’offres lancé par Grand Besançon Métropole en février dernier pour trouver les gérants du snack et du restaurant de la base de loisirs d’Osselle, le projet de deux chefs bisontins, déjà bien connus, a été retenu. Celui d’Adrien Rognon, gérant de la Pizzeria Piano et de Sylvain Piguet, gérant de LÔ à Besançon.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Où sortir cet été dans le Grand Besançon ?

Ce lundi matin, il était encore difficile à croire que l’été approche avec son lot d’animations de plein air… Et pourtant ! Anne Vignot, présidente de Grand Besançon Métropole, Pierre Contoz, président du musée des Maisons comtoises, Benoît Vuillemin, vice-président de GBM en charge de l’attractivité et du tourisme, Patrice Hennequin, président de l’Office de tourisme et des congrès de GBM et François Bousso, conseiller communautaire GBM délégué à l’éco-tourisme, se sont réunis pour lancer officiellement la saison touristique estivale du territoire.

Une trentaine d’entreprises de la filière horlogère réunies à Besançon ce jeudi 30 mai 2024

A l'occasion d'un événement fondateur organisé à Besançon dans les locaux de Francéclat, France Horlogerie a convié, ce jeudi 30 mai 2024, des entreprises de la chaîne de valeur horlogère française (marques de montres, fabricants de composants, sous-traitants, détail...). L'objectif ? Lancer la démarche des grappes d'entreprises.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.68
peu nuageux
le 13/06 à 15h00
Vent
3.05 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
49 %