Franck Bertrand, nouveau directeur général du Crédit Agricole Franche-Comté

Publié le 03/07/2020 - 10:43
Mis à jour le 03/07/2020 - 10:48

Il a traversé la France et a choisi la Franche-Comté de Brest à Besançon. Franck Bertrand, 58 ans, succède à Élisabeth Eychennes qui était à la tête de la banque coopérative depuis 10 ans. Le nouveau DG arrive dans un contexte de post-crise sanitaire et souhaite "donner du temps" aux entreprises...

Passage de flambeau ce jeudi 2 juillet au coeur du tout nouveau siège social Cusenier au centre-ville de Besançon. Élisabeth Eychenne, en retraite depuis le 30 juin, avoue avoir passé "10 très belles années"  à la tête du Crédit Agricole Franche-Comté. "Je suis arrivé après la crise de 2008 et je pars avec celle de la crise sanitaire qui est bien différente, car ce n'est pas une crise de confiance, mais une crise liée à un arrêt volontaire de l'activité (...)  et il faut faire en sorte que cette crise d'activité ne se transforme pas en crise de liquidité ... "

À la sortie du confinement, la banque avait réalisé plus de 3.200 "pauses" de crédits aux particuliers, et plus de 6.000 «pauses» d'échéances pour les professionnels agriculteurs et entreprises.

Sur le volet entreprise, Élisabeth Eychenne insiste sur l'importance des dispositifs mis en place par le gouvernement. "Je pense notamment au PGE, le prêt garanti par l'État" Sur plus de 2.000 demandes pour un montant de plus de 240 M€ (au 15 mai 2020)  le taux de refus est "faible, à moins de 3 %."

Franck Bertrand va devoir gérer les conséquences économiques post-crise. "Je mets mes pieds dans les chaussures d'Elisabeth Eychenne, j’arrive dans un contexte nouveau et particulier avec finalement peu de visibilité sur les mois à venir. Cette crise va nous permettre de mesurer l'importance d'avoir des banques solides et physiquement présentes... "

"Donner du temps"

Interrogé sur le maintien du maillage des 130 agences du Crédit Agricole sur le territoire, Franck Bertrand réitère son souhait de rester dans la continuité de la ligne stratégique du conseil d'administration.  "Je vais déjà "apprendre" le territoire (...) mais je sais que  le Crédit Agricole doit jouer son rôle de soutien et de financement de l'économie du territoire. Que ce soit les particuliers, les professionnels, les entreprises, j'ai "l'obsession client". S'ils sont en difficulté, cela aura une répercussion sur notre activité. Nos décisions ont des conséquences sur notre territoire" estime le nouveau directeur général.

À l'heure où les chefs d'entreprises doivent s'adapter, changer parfois de modèle et se réinventer, la banque affirme savoir donner du temps. "S'il faut trois ans à une entreprise pour se remettre, notre rôle est de lui laisser ce temps. C'est toute la force de notre modèle de banque coopérative" conclut Élisabeth Eychenne. Cela tombe plutôt bien, la patience est une des valeurs que défend son successeur.

Le parcours de Franck Bertrand

Originaire de la région parisienne, Franck Bertrand est ingénieur agronome et diplômé de l'institut des techniques de banques. Il démarre sa carrière à la BRED avant de rejoindre en 1998 le Crédit Lyonnais devenu LCL.

En 2008, il rejoint le Crédit Agricole et prendra les fonctions de DGA (directeur général adjoint) à la caisse régionale de Loire-Haute-Loire. En 2014, il rejoint le Crédit Agricole Aquitaine en qualité de DGA avant d'être nommé directeur général du Crédit Agricole Finistère en 2018.

Le 1er juillet 2020, il prend ses fonctions de directeur général du Crédit Agricole Franche-Comté.

Dans un registre plus personnel, Franck Bertrand est marié et père de deux enfants. Cet homme sportif et compétiteur, s'est installé à la frontière entre le Doubs et le Jura. Il aime le grand air et les grands espaces.

Attaché à la Franche-Comté où il a passé toutes ses vacances de jeunesse dans le secteur de Clairvaux-les-Lacs, il se sent proche de la nature et élève des animaux qu’il aime appeler "son arche de Noé". 

Aux valeurs de confiance et de patience qui l'anime, il dit être en adéquation avec celles véhiculées selon lui par la Franche-Comté : humilité, simplicité et authenticité.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Chômage en Bourgogne-Franche-Comté : baisse du nombre de demandeurs d’emploi de 3,1 % sur un an

La Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (Dreets) et la préfecture de la Région Bourgogne Franche-Comté ont publié les derniers chiffres du chômage au deuxième trimestre 2021. On constate une baisse du nombre de demandeurs d'emploi dans les catégories A, B et C de 2,3 % sur le trimestre et de 3,1% sur un an.

Installation de l’OVI à Dijon : « une victoire collective » pour Marie-Guite Dufay

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, se réjouit que Dijon soit retenue pour accueillir le siège de l’Organisation internationale de la vigne et du vin. Cette décision a été officialisée ce lundi 25 octobre 2021 en présence du secrétaire d'État au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne.

SIS recherche un agent de sécurité (H/F)

OFFRE D'EMPLOI • Entreprise spécialisée dans la production d’articles de maroquinerie, SIS apporte son savoir-faire et son expertise du travail du cuir à ses clients partenaires, présents sur les secteurs de la maroquinerie et de l’horlogerie. L’entreprise familiale a vu son effectif passé de 300 à 1 000 collaborateurs en 9 années, pour un CA de 60 millions d’euros.

Présidentielle 2022 : la Cour des comptes veut faire entendre sa voix avant la présidentielle

Inédites dans leur format - une quinzaine de pages - ces notes se veulent "synthétiques et pédagogiques", et s'inscrivent dans la stratégie de "modernisation" de la Cour, a défendu son premier président Pierre Moscovici, lors d'une présentation à la presse. La Cour veut ainsi se positionner "en amont des grands débats démocratiques", à six mois des élections présidentielle et législatives.

Rachat de Flowbird (ex-Parkeon) : la maire de Besançon à la rencontre des salariés bisontins

Pour la cinquième fois en moins de 20 ans, la société française Flowbird (ex-Parkeon) va être rachetée pour plusieurs millions d'euros. A Besançon, il s'agit du premier employeur privé. Les salariés, inquiets, ne savent pas encore les conditions de ce rachat. Ils se sont rassemblés une nouvelle fois devant l'entreprise ce jeudi matin. La maire Anne Vignot a rencontré les représentants syndicaux.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.56
ciel dégagé
le 28/10 à 3h00
Vent
1.21 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
100 %

Sondage