Frappée et tondue à Besançon parce qu'elle aime un chrétien : Gérald Darmanin parle de barbarie

Publié le 21/08/2020 - 16:57
Mis à jour le 21/08/2020 - 17:43

Les réactions se multiplient après les violences subies par une adolescente musulmane de 17 ans dans le quartier des Clairs-soleils à Besançon. Le ministre de l'Intérieur estime que cette violence appelle aux sanctions les plus sévères. Pour Anne Vignot, la maire EELV de Besançon cette "intolérance (...) n'a pas sa place dans notre République."

police poirier
image d'illustration © D.Poirier

Gérald Darmanin a tenu à réagir sur Twitter en se disant "profondément choqué par cet acte de torture" après les violences subies en début de semaine par cette jeune adolescente lundi parce qu'elle sortait avec un chrétien.

La jeune fille, arrivée de Bosnie-Herzégovine il y a plus de deux ans avec sa famille, entretenait depuis plusieurs mois une relation avec un garçon d'origine serbe qui vivait dans le même immeuble.

"La première gifle est partie de la mère, puis il y a eu un déferlement de violence. Elle est emmenée dans une chambre, violentée. Elle a été tondue, selon ses déclarations, par son oncle, le frère de son père, tout en étant frappée. les quatre adultes ont été présentés au parquet jeudi. Placés sous contrôle judiciaire avec notamment l'interdiction de contacter l'adolescente, ils seront jugés pour "violences sur mineur en présence de mineurs et en réunion."

"Cette barbarie appelle les sanctions les plus sévères" conclut le ministre.

Anne Vignot, la maire de Besançon estime pour sa part sur Twitter que cet acte odieux, d’une violence insoutenable, doit être condamné avec grande fermeté. "L’intolérance dont ont fait preuve les membres de cette famille à l’égard du choix de leur fille n’a pas sa place dans notre République" estime-t-elle.

Réaction de Pierre Moscovici

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Permanence vandalisée à Besançon : la fédération du Doubs du Parti communiste porte plainte contre le syndicat UNI

Dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 octobre 2020, la permanence de la fédération du Doubs du Parti communiste à Besançon a été dégradée avec des affiches de l’UNI, le syndicat étudiant connu en région parisienne et qui tente de se réimplanter depuis peu à Besançon. Le PCF a décidé de porté plainte contre ce syndicat pour que "toute la lumière soit faite sur cette événement et que toutes et tous les responsables soient confondus."
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.43
pluie modérée
le 23/10 à 3h00
Vent
1.2 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
98 %

Sondage