Fusion des régions : les doutes du maire de Besançon

Publié le 10/07/2014 - 15:07
Mis à jour le 10/07/2014 - 19:21

S’il se dit favorable au changement, Jean-Louis Fousseret n’hésite pas à émettre de nombreuses réserves concernant la réforme territoriale qu’il juge « trop rapide, menée sans concertation »  et aux contours encore trop flous. « On est incapable de dire combien on va économiser et comment on va réformer ! » Sur la question de la future capitale, il déplore, tout comme la présidente de la région Franche-Comté, que le choix se fasse par décret. Il prône un partage des pouvoirs sur le pôle métropolitain Besançon – Dijon et la mis en place de TER Grande Vitesse. « Besançon ne sera jamais la banlieue de Dijon » prévient-il.

 ©
©

Oui à la réforme territoriale… mais pas comme ça. C'est le résumé de la pensée du maire PS de Besançon qui dénonce à nouveau la méthode. Favorable à faire bouger les lignes pour "donner plus de cohérence à l'action publique et de lisibilité à nos territoires au niveau national, européen et international", Jean-Louis Fousseret souhaite une clarification de la réforme. "Si on veut véritablement un big bang, il doit-être fondé sur des éléments solides :  il faut un diagnostic de la situation et une étude d'impact…

"La réforme est vécue comme quelque chose que l'on nous impose et on prend le risque de passer à côté du sujet…" 

Le maire prendre l'exemple des hôpitaux de Besançon et Dijon "Quel sera demain l'impact de la fusion des régions sur les deux établissements aujourd'hui, ils travaillent ensemble et ça se passe bien, mais demain en matière de cancérologie par exemple, comment allons-nous nous organiser . On n' a pas réfléchi à ça." 

"Besançon ne sera jamais une banlieue de Dijon"

En plus du manque de pragmatique de la réforme, le mode de choix de la future capitale de "Franche-Comté / Bourgogne" ne passe vraiment pas pour le maire de Besançon. "Je ne peux pas accepter que si on ne se met pas d'accord entre nous on décide par décret avant le 1er juillet quel sera le chef-lieu. Les mariages forcés ça ne marche pas. Besançon ne sera jamais une banlieue de Dijon et je suis d'accord avec la présidente de région, il faut faire autre chose.  Et je l'ai déjà dit à la ministre et pas plus tard que cette semaine à Serge Morvan, le directeur général des collectivités locales. Ce n'est pas de la décentralisation c'est de la recentralisation…

Le choix d'une capitale unique repose, selon Jean-Louis Fousseret sur d'anciens schémas. Il prône volontiers un partage des pouvoirs autour des pôles métropolitains. "Entre Besançon et Dijon Il y a la possibilité d'une porte d'entrée vers la Suisse et vers l'île de France. Il faut jouer la complémentarité et inventer un nouveau mode de gouvernance. Pourquoi pas une répartition des rôles ? une capitale administrative à Besançon et une capitale politique à Dijon ? Ou inversement. Il ne faut pas avoir de complexes…

Le TER Grande Vitesse : "un élément indispensable de la réussite

Autre condition de la réussite pour l'édile bisontin : la mise en place à fréquence régulière de trains express régionaux à grande vitesse qui utilisent les infrastructures existantes pour relier les deux capitales en une demi-heure.   

Sur la question de la disparition des conseils généraux à l'horizon 2020- 2021, Jean-Louis Fousseret craint une perte de connexion avec le monde rural. "Est-ce que la région est le meilleur échelon pour l'action sociale ?  Je ne le pense pas. Et si on transfère ces compétences aux intercommunalités? Ce serait avec quels crédits ? Là encore, personne n'a encore prouvé la pertinence de la suppression des départements…

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Meeting de soutien à Raphaël Glucksmann : “L’Europe est à un moment où elle doit se réveiller” (P. Jouvet)

Le Parti socialiste du Doubs et Place publique Franche-Comté ont organisé une réunion publique lundi 22 avril 2024 à 19h00 salle Proudhon à Besançon afin de soutenir Raphaël Glucksmann, candidat PS aux élections européennes. Environ 130 personnes ont répondu présentes.

Le Mouvement Franche-Comté veut “stopper” la Pive

Dans un communiqué du 20 avril 2024 intitulé "Stop Pive !", le Mouvement Franche-Comté, représenté par son président Jean-Philippe Allenbach, qualifie le rapport moral et financier 2023 de l’association La Pive (monnaie locale) de "désastreux" et souhaite l’arrêt des subventions publiques qui lui sont allouées.

Il y a 80 ans, les femmes obtenaient le droit de vote : l’hommage d’Aline Chassagne à Besançon

Il y a 80 ans, le 21 avril 1944, les femmes obtenaient le droit de vote en France. Aline Chassagne, adjointe à la maire de Besançon en charge de la culture et du patrimoine historique, a rendu hommage, samedi matin rue Gisèle Halimi, à celles qui se sont battues pour avoir ce droit. Elle a également appelé à "retourner aux urnes".

Le Sénat adopte un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin à 20 ans d’inaction publique 

Le Sénat a adopté à l'unanimité, le 11 avril 2024, un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin au désengagement de l’État en la matière et qui met à mal la filière apicole et les pollinisateurs sauvages. ”Une victoire importante et une avancée majeure, vingt ans après la détection de cette espèce sur le territoire national”, pour Jean-François Longeot, sénateur du Doubs. 

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

Élections européennes du 9 juin 2024 : modalités pour s’inscrire et voter

Le 9 juin 2024, les Français en âge de voter et les ressortissants d’un État-membre de l’Union européenne résidant en France seront appelés à voter pour l’élection des représentants de la France au Parlement européen. Comment s'inscrire sur les listes électorales et voter ?

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.76
nuageux
le 25/04 à 15h00
Vent
3.82 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
45 %