GE Belfort : discussions "constructives" entre l'intersyndicale et la direction à Bercy

Publié le 16/10/2019 - 08:17
Mis à jour le 16/10/2019 - 08:17

Les discussions entre l'intersyndicale et la direction de General Electric (GE) ont été "constructives" ce mardi 15 octobre 2019 au ministère de l'Economie, alors que le site de production de turbines à gaz est bloqué depuis une semaine, a indiqué l'intersyndicale.

"Il y a une volonté commune de construire un projet industriel de centre mondial de fabrication des turbines à gaz 50 Hz à Belfort", a déclaré à l'AFP le délégué CFE-CGC Philippe Petitcolin, à l'issue de la réunion qui s'est tenue à Bercy en présence du ministre de l'Economie Bruno Le Maire. "Les discussions avancent également concernant les effectifs et la
réduction des coûts", même si "certains points ont encore besoin d'être affinés", a précisé le porte-parole de l'intersyndicale du site de GE Belfort visé par un vaste plan social.

D'après M. Petitcolin, ces "discussions encourageantes" laissent envisager "l'ouverture de négociations dans un cadre formel". Mais "on ne veut pas que ce soit que des mots", a-t-il prévenu. Une fois affinées, "les grandes lignes du cadre de négociation seront soumises aux salariés dans les jours qui viennent pour qu'ils nous disent s'ils souhaitent qu'on entre en négociations formelles", a dit le syndicaliste.

Rappel

Dans l'attente de la consultation des salariés, le blocage des ateliers de production des turbines à gaz des sites de Belfort et Bourogne (Territoire-de-Belfort), initié mardi dernier, "continue", selon M. Petitcolin. Contactée par l'AFP, la direction du groupe américain n'a pas souhaité faire de commentaire. La ville et l'agglomération de Belfort, ainsi que le département du Territoire-de-Belfort, ont fait part mardi de leur intention "d'acheter l'intégralité des bâtiments qui sont la propriété de GE, soit 143.500 mètres carrés" afin de permettre au groupe de "diminuer ses charges fixes et ses coûts logistiques".

Le groupe américain, qui emploie quelque 4.300 salariés à Belfort, dont 1.800 dans l'unité de fabrication des turbines à gaz, a annoncé en mai un plan de restructuration prévoyant la suppression de près de 1.050 postes en France, dont 792 dans le site belfortain. Une manifestation de soutien aux salariés de GE est prévue samedi à Belfort.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Rachat de Flowbird (ex-Parkeon) : la maire de Besançon à la rencontre des salariés bisontins

Pour la cinquième fois en moins de 20 ans, la société française Flowbird (ex-Parkeon) va être rachetée pour plusieurs millions d'euros. A Besançon, il s'agit du premier employeur privé. Les salariés, inquiets, ne savent pas encore les conditions de ce rachat. Ils se sont rassemblés une nouvelle fois devant l'entreprise ce jeudi matin. La maire Anne Vignot a rencontré les représentants syndicaux.

Les accompagnants des élèves en situation de handicap en grève le 19 octobre à Besançon

L'intersyndicale nationale appelle les AESH à faire grève mardi 19 octobre 2021. Pourquoi ? Les syndicats dénoncent des conditions de travail précaires et demandent notamment une augmentation des salaires et la garantie de la possibilité de contrat à temps complet. Un rassemblement est prévu devant le rectorat de Besançon.

Manifestation des étudiants de la filière Staps à Besançon 

#StapsOubliés •

150 étudiants en Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives) se sont mobilisés ce mercredi après-midi à l'appel d'un mouvement national pour dénoncer les mauvaises conditions d'accueil et le manque de moyen préjudiciables selon à la filière et à leur avenir...

Salaires et questions sociales : entre 500 et 600 manifestants à Besançon

Salariés et chômeurs sont appelés à faire grève et à manifester mardi dans toute la France, pour exiger des "réponses urgentes", notamment sur la question des salaires, et remettre les questions sociales au cœur du débat, à un peu plus de six mois de la présidentielle. A Besançon, entre 500 et 600 manifestants se sont réunis à 10h30 place de la Révolution.

Augmentation des prix de l’électricité et du gaz : le syndicat CGT Energie Franche-Comté monte au créneau

Dans le cadre de la mobilisation interprofessionnelle des retraites, la CGT Energie Franche-Comté SUD a voulu faire entendre sa voix ce 1er octobre 2021 devant les locaux d’Enedis à Besançon suite à l’augmentation des prix de l’électricité et du gaz ainsi que sur la problématique de l’ouverture des marchés à la concurrence.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.56
peu nuageux
le 28/10 à 12h00
Vent
0.91 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
10 %

Sondage