GE Belfort : discussions "constructives" entre l'intersyndicale et la direction à Bercy

Publié le 16/10/2019 - 08:17
Mis à jour le 16/10/2019 - 08:17

Les discussions entre l’intersyndicale et la direction de General Electric (GE) ont été « constructives » ce mardi 15 octobre 2019 au ministère de l’Economie, alors que le site de production de turbines à gaz est bloqué depuis une semaine, a indiqué l’intersyndicale.

"Il y a une volonté commune de construire un projet industriel de centre mondial de fabrication des turbines à gaz 50 Hz à Belfort", a déclaré à l'AFP le délégué CFE-CGC Philippe Petitcolin, à l'issue de la réunion qui s'est tenue à Bercy en présence du ministre de l'Economie Bruno Le Maire. "Les discussions avancent également concernant les effectifs et la
réduction des coûts", même si "certains points ont encore besoin d'être affinés", a précisé le porte-parole de l'intersyndicale du site de GE Belfort visé par un vaste plan social.

D'après M. Petitcolin, ces "discussions encourageantes" laissent envisager "l'ouverture de négociations dans un cadre formel". Mais "on ne veut pas que ce soit que des mots", a-t-il prévenu. Une fois affinées, "les grandes lignes du cadre de négociation seront soumises aux salariés dans les jours qui viennent pour qu'ils nous disent s'ils souhaitent qu'on entre en négociations formelles", a dit le syndicaliste.

Rappel

Dans l'attente de la consultation des salariés, le blocage des ateliers de production des turbines à gaz des sites de Belfort et Bourogne (Territoire-de-Belfort), initié mardi dernier, "continue", selon M. Petitcolin. Contactée par l'AFP, la direction du groupe américain n'a pas souhaité faire de commentaire. La ville et l'agglomération de Belfort, ainsi que le département du Territoire-de-Belfort, ont fait part mardi de leur intention "d'acheter l'intégralité des bâtiments qui sont la propriété de GE, soit 143.500 mètres carrés" afin de permettre au groupe de "diminuer ses charges fixes et ses coûts logistiques".

Le groupe américain, qui emploie quelque 4.300 salariés à Belfort, dont 1.800 dans l'unité de fabrication des turbines à gaz, a annoncé en mai un plan de restructuration prévoyant la suppression de près de 1.050 postes en France, dont 792 dans le site belfortain. Une manifestation de soutien aux salariés de GE est prévue samedi à Belfort.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Journée mondiale de solidarité pour la migraine : zoom sur le traitement de la maladie en Bourgogne – Franche-Comté

Le 21 juin 2024, comme tous les ans, c’est la journée mondiale de solidarité pour la migraine. Pour l’occasion, l’association La Voix des migraineux et l’institut de sondage Opnion Way, ont soutenu une initiative de la société pharmaceutique Pfizer. Ainsi, plus de 4.000 personnes en France ont été interrogées sur le thème des migraines, laissant apparaitre des différences selon les régions…

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Marche des croquettes à Besançon : un kilomètre parcouru, un repas offert aux animaux des refuges

C’est en soutien aux refuges accueillant les animaux abandonnés que l’association Lianes (Lien avec l’animal et contre l’exclusion sociale), organise une marche solidaire : la Marche aux croquettes. A l’initiative de Solidarité Peuple Animal, ellese déroulera mercredi 3 juillet 2024.

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Problèmes de management : nouvel appel à la grève aux musée des Arts et du Temps à Besançon

Après un premier mouvement de grève le 12 avril dernier, des agents des musées des Arts et du Temps de Besançon se mettront de nouveau en grève vendredi 31 mai 2024. Malgré des signalements à des élues de la maire concernant des problèmes de management de la part de leur directrice, les syndicats déplorent leur inaction.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.29
ciel dégagé
le 19/07 à 03h00
Vent
0.89 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
95 %