Grand débat national : qui ? Quand ? Sur quoi ? Où ? Comment ? Pourquoi ?

Publié le 11/01/2019 - 17:11
Mis à jour le 16/04/2019 - 10:33

Le Grand débat national par ci, le grand débat national par là… Finalement qui peut y participer ? De quelle manière ? Sur quels thèmes ? Pendant combien de temps ? Et dans quels buts ? Réponses…

manifestation à Besançon le 15 décembre 2018 © d poirier ©
manifestation à Besançon le 15 décembre 2018 © d poirier ©

Le 15 janvier sera lancée une grande consultation nationale, destinée à répondre à la crise des gilets jaunes. Le versant politique des concessions de l'Etat, après les dix milliards d'euros débloqués fin 2018. Si les contours du débat restent encore flous, ses grandes lignes sont déjà tracées.

Qui peut y participer ?

Ce grand débat est ouvert à toutes les citoyennes et citoyens français.

Comment participer ?

Dès la mi-janvier, citoyens, associations, collectifs, élus, entreprises, syndicats, etc. souhaitant organiser des réunions locales pourront demander à la Commission nationale du débat public :

  • l’enregistrement et le kit d’accompagnement des réunions,
  • la mise à disposition de stands mobiles pour informer et recueillir les avis des citoyens,
  • un accompagnement pour l’organisation d’un atelier.

Comment ça va se passer ?

Jusqu'à mi-mars, des débats publics seront organisés partout en France sous différentes formes, dans les mairies, sur les marchés ou encore les lieux de travail, mais également sur Internet. Tous les citoyens auront la possibilité de poser sur table des thèmes qui leur sont chers.

"Chacun peut organiser un débat, à l'échelle du quartier, de la commune, de la région, d'une association en s'aidant d'un kit pour la tenue des débats proposé par la CNDP", précise la Commission. Une plateforme en ligne recueillera les contributions au niveau national et des "conférences de citoyens tirés au sort" seront mises en place dans chaque région "pour échanger sur les analyses et les propositions".

Sur quels thèmes ?

Le gouvernement en a fixé quatre :

  • "mieux accompagner les Français pour se loger, se déplacer, se chauffer",
  • "rendre notre fiscalité plus juste, plus efficace, plus compétitive",
  • "faire évoluer la pratique de la démocratie"
  • "rendre l'État et les services publics plus proches des Français et plus efficaces".

L'immigration, d'abord annoncée par Emmanuel Macron comme un thème en soi, a finalement été intégrée au thème "citoyenneté". Si Chantal Jouanno avait précisé qu'"aucun thème ne sera interdit" (y compris par exemple l'abrogation de la loi Taubira sur le mariage pour tous, arrivée en tête d'une consultation en ligne réalisée par le Conseil économique, social et environnemental), le porte-parole du gouvernement a rectifié le tir mercredi, en assurant que l'IVG, le mariage gay et la peine de mort ne seront "pas sur la table" du grand débat.

Dans les cahiers de doléances mis à disposition en décembre par 5 000 communes rurales, la préoccupation du pouvoir d'achat est arrivée en tête, devant l'injustice fiscale et la diminution des services publics. Autre demande récurrente, la possibilité d'organiser des référendums d'initiative citoyenne (RIC).

Les avancées devraient a priori être à la marge, car le débat se contentera de recenser les opinions, puis ce sera "au gouvernement de décider ce qu'il en fera ou pas", expliquait Chantal Jouanno. Sans surprise, Emmanuel Macron a déjà tracé des lignes rouges : pas question de "détricoter" les réformes décidées depuis 18 mois, comme la suppression de l'ISF, ni de renoncer aux réformes prévues (retraites, fonctionnaires, minimas sociaux...).

Des élus de la majorité ont, de leur côté, évoqué la tenue d'un référendum à questions multiples sur le vote blanc, la proportionnelle, la réduction du nombre de parlementaires et le cumul des mandats.

Et à Besançon ?

Trois réunions ont été fixées par la République En Marche du Doubs (LREM Doubs) en janvier et février 2019 :

  • Vendredi 18 janvier à 19h à Besançon, Salle Proudhon
  • Vendredi 25 janvier à 19h à Pontarlier, Salle 3 théâtre de Bernard Blier
  • Vendredi 8 février à 19h à Montbéliard, Salle à confirmer (remplace la réunion initialement prévue le 24 janvier)

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Le Grand Débat 2019

Emmanuel Macron s’adressera aux Français ce mardi soir à 20h00

Emmanuel Macron souhaiterait des référendums d’initiative citoyenne (RIC), réclamés par les « gilets jaunes » mais limités à des sujets locaux, un référendum d’initiative partagée simplifié et une convention citoyenne tirée au sort, selon le projet d’allocution qu’il devait prononcer ce lundi 15 avril 2019. Il s’adressera à la Nation ce mardi soir à 20h00.

Grand débat national : quel bilan pour le Doubs ?

Lancé par le gouvernement depuis le 15 janvier 2019, le Grand débat national a été mené sous plusieurs formes (cahiers de doléances, débats publics ou encore stands mobiles dans les postes et les gares). Il se terminera le 15 mars prochain.  Que peut-on en tirer ? Y a-t-il eu beaucoup de participations dans le Doubs ? Jean-Philippe Setbon, sous-préfet de l’arrondissement de Besançon, secrétaire général de la préfecture du Doubs, nous répond.

Grand Débat national : des stands mobiles installés pendant deux jours à la gare de Besançon

Après les cahiers de doléances installés dans les mairies en France dans le cadre du Grand Débat National (du 15 janvier au 15 mars 2019), c’est au tour de stands mobiles d’être mis en place. Ils sont installés ces 4 et 5 mars 2019 en gare Besançon Viotte. Lieu de passage important à Besançon, la gare compte 7500 clients par jour.

L’Adapei du Doubs s’invite dans le Grand débat national…

À l’occasion du Grand Débat national mené depuis le 15 janvier 2019 dans toutes les communes de France, l’Adapei du Doubs souhaite faire partie du paysage politique et invite au débat sur des questions de citoyenneté et plus précisément sur la place accordée aux personnes en situation de handicap. Plusieurs dates sont prévues dans le département.

Société

Journée du bien-être animal à Besançon : les associations invitées à se faire connaître…

La Ville de Besançon organisera une journée dédiée au bien-être animal le samedi 5 octobre 2024 entre 10h00 et 17h00 à l’Hôtel de Ville. Dans ce cadre, la collectivité met à disposition des associations qui luttent en faveur de la cause animale un espace d’échanges afin qu’elles puissent présenter leurs actions au public présent.
 

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Ancienne maternité La Mère et l’Enfant à Besançon : des architectes s’élèvent contre sa démolition

Alors que l’anciennne maternité La mère et l’enfant située sur le site de l'hôpital Saint-Jacques à Besançon va être démoli à partir du 25 mai 2024, des architectes et membres de la Maison de l’architecture de Franche-Comté s’élèvent contre sa disparition dans un communiqué du vendredi 24 mai. Il considère que ce bâtiment comme remarquable.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.9
légère pluie
le 26/05 à 18h00
Vent
1.43 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
86 %