Conditions de travail, salaires... Grève à la Polyclinique de Franche-Comté jusqu'à demain soir

Publié le 28/02/2017 - 14:35
Mis à jour le 28/02/2017 - 16:13

Un rassemblement est prévu ce mardi 28 février 2017 à 19 heures devant la polyclinique de Franche-Comté à Besançon. Il précédera une grève qui débute ce soir à 20 heures et jusqu’à demain, 1er mars, 20 heures. En cause : la dégradation des conditions de travail et de rémunération.

capture_decran_2014-12-04_a_10.49.11.png
©

Le personnel de la Polyclinique de Franche-Comté à Besançon se met en grève. Après une année de "discussions infructueuses" avec la direction, le syndicat CFDT Santé-Sociaux du Doubs entend dénoncer les conditions de travail qui "ne cessent de se dégrader : amplitudes horaires non respectées et à rallonge, heures supplémentaires non payées, etc."

Pour le personnel, "la Polyclinique doit rester un établissement au service des patients et un outil de travail pour les professionnels du soin, préservant des conditions de travail et de rémunération respectueuses des personnels et des valeurs dont se revendique la Mutualité Française."

1.460 € net pour une auxiliaire puéricultrice de nuit

Les revendications concernent "le maintien de l’intégralité des accords dénoncés unilatéralement au regard de la faiblesse des rémunérations conventionnelles". La CFDT cite l’exemple d’une auxiliaire puéricultrice travaillant de nuit en 12 heures, ainsi que 2 week-ends par mois : avec 14 ans d’ancienneté, son salaire est de 1.460 € net. Le personnel revendique également le respect des conditions de travail et des amplitudes horaires, de leurs vies personnelles, et le paiement des heures supplémentaires "dues depuis 3 ans au bloc".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Ski : le président de la station de Métabief préfère penser aux soignants qu’aux loisirs

Jean Castex, le Premier ministre avait confirmé l'ouverture des stations de ski, mais la fermeture des remontées mécaniques après l'allocution du chef de l'État le 24 novembre dernier. Après l'arrivée des premiers flocons dans le Doubs le 1er décembre 2020, nous avons contacté Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d'Or, vice-président du département et maire de Frasne pour connaître son avis sur le sujet...

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Covid-19 : une lente décrue en Bourgogne Franche-Comté

2e vague • Le pic de la seconde vague a été plus élevé cet automne par rapport au printemps 2020 en Bourgogne Franche-Comté avec 1.899 personnes hospitalisées le 23 novembre pour des formes graves du Coronavirus contre 1.380 le 17 avril 2020. Dimanche, on dénombrait toujours plus de 1.700 patients hospitalisés dans la région qui reste dans une situation sanitaire "fragile" selon l'agence régionale de Santé.

Stations de ski : "Monsieur le Président, ne tuez pas la montagne Française"

Grogne •

Une manifestation samedi à Gap, un courrier à Emmanuel Macron. Alors que la Suisse, l'Autriche et la Bulgarie ont décidé d'ouvrir leurs stations  en décembre, des élus exhortent le Président à revenir sur la décision de fermer les remontées mécanique. Dans cette polémique, le régionaliste Jean-Philippe Allenbach y va de son laïus. "Si nous étions un canton suisse, nos stations de ski seraient ouvertes" en Franche-Comté.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.67
couvert
le 03/12 à 18h00
Vent
2.67 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
88 %

Sondage