Grève des médecins : « Le tiers-payant sera évidemment maintenu » (M. Touraine)

Publié le 06/01/2015 - 09:00
Mis à jour le 06/01/2015 - 09:00

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a déclaré à Jean-Jacques Bourdin sur BMFM TV et RMC ce mardi 6 janvier 2015 que "le tiers-payant sera évidemment maintenu". Des syndicats de médecins libéraux sont en grève administrative depuis lundi 5 janvier car ils refusent le tiers-payant et demandent une réécriture du projet de loi santé qui sera débattu au printemps prochain…

marisol_touraine.jpg
Marisol Touraine (Besançon 31 mai 2013)©roman
PUBLICITÉ

Du côté des médecins, on refuse le tiers-payant car cela est une charge de travail supplémentaire, en particulier en comptabilité. En effet, Avec le tiers payant généralisé, pour une consultation à 23 euros, le patient n’avancera ni les 15,10 euros pris en charge par la Sécurité sociale (5,90 euros si ça n’est pas son médecin traitant), ni les 6,90 euros à la charge des mutuelles (pour ceux qui en ont). Ce sera au médecin de se faire payer par l’Assurance maladie et les complémentaires santé.

De plus, ils refusent le tiers-payant parce que en cas d’erreur ou de triche du patient vis-à-vis du parcours de soin, de carte de mutuelle non mise à jour, d’irrégularités, etc., les médecins craignent de ne jamais toucher la totalité du prix de la consultation, et d’être donc financièrement lésé.

Pour Marisol Touraine, « beaucoup de patients ne peuvent pas avancer les frais médicaux », « le tiers-payant permettrait un meilleur accès aux soins » a-t-elle déclaré sur BFM TV et RMC. « Le tiers-payant sera évidemment maintenu ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.16
couvert
le 21/05 à 21h00
Vent
0.22 m/s
Pression
1018.6 hPa
Humidité
91 %

Sondage