Groupuscule néonazi: quatre hommes mis en examen pour association de malfaiteurs

Publié le 23/05/2014 - 08:03
Mis à jour le 23/05/2014 - 08:03

Quatre membres présumés du groupuscule néonazi démantelé ce mardi 20 mai 2014  au matin dans le Haut-Doubs ont été mis en examen jeudi  pour association de malfaiteurs, incitation à la haine raciale et dégradations en réunion. D'autres membres présumés de "Blood & Honour C18 France" sont encore recherchés par les enquêteurs.

Bloodhonourc18.jpg
Bloodhonourc18.jpg
PUBLICITÉ

Trois d'entre eux avaient été interpellés à Morteau ont été placés en détention provisoire, selon les réquisitions du procureur Jean-François Parietti. Il s'agit du meneur présumé du groupe, un homme de 33 ans déjà condamné pour des violences à caractère racial et qui porte un tatouage à l'effigie d'Adolf Hitler sur le mollet, de son frère de 28 ans et d'un homme de 43 ans. 

Le quatrième suspect, interpellé en Saône-et-Loire, est un jeune homme de 24 ans moins impliqué que ses trois complices. Il a été placé sous contrôle judiciaire. 

Ils ont été mis en examen pour "dégradations en réunion" pour une série de tags racistes ou à l'effigie de leur groupe, "incitation à la haine raciale" et "association de malfaiteurs en vue de la participation à un groupe de combat", passible de 10 ans de prison. 

Rappel des faits

Il y a deux semaines, les membres du groupuscule "Blood & Honour C18" (Sang et honneur combat 18) ont publié une photo où ils posaient cagoulés, avec des armes de guerre, devant une banderole "Blood & Honour C18"

Sur leur site internet, ils se disaient prêts à passer à l'acte pour défendre leurs idéaux nationalistes.  Ils n'avaient en réalité "aucun projet d'attentat meurtrier", selon le procureur qui souligne néanmoins la "posture inquiétante" de ces individus"imprévisibles", "plus anti-musulmans qu'antisémites", et ouvertement néonazis.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Arrêté anti-pesticide : « Plus de 100 personnes mobilisées » en soutien à Emmanuel Cretin à Besançon

Emmanuel Cretin, maire de Nans-Sous-Saint-Anne avait pris (avec le vote favorable du conseil municipal) un arrêté anti-pesticide en octobre dernier. Convoqué ce 14 novembre 2019 suite à la saisine du tribunal administratif par le Préfet du Doubs, ce dernier estime que la mobilisation ce jeudi à Besançon est une "victoire".
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.18
couvert
le 22/11 à 21h00
Vent
2.11 m/s
Pression
1000 hPa
Humidité
87 %

Sondage