Huit ans de prison requis à l'encontre du "dentiste de l'horreur"

Publié le 14/03/2016 - 11:05
Mis à jour le 14/03/2016 - 11:05

Huit ans de prison ont été requis ce lundi 14 mars 2016 à l’encontre du Néerlandais Mark Van Nierop, surnommé le « dentiste de l’horreur », jugé devant le tribunal correctionnel de Nevers pour avoir mutilé des dizaines de patients.

"Dans notre cauchemar du Morvan, on ne trouve que cupidité, indifférence à l'autre, voire jouissance à faire souffrir", a fustigé la procureure, Lucile Jaillon-Bru, qui a retenu des mutilations pour 53 plaignants, demandant la requalification pour 26 autres, notamment en "violences avec préméditation".

Selon Mme Jaillon-Bru, la "base du dossier" repose sur "des soins inutiles et douloureux destinés à obtenir des remboursements" de l'assurance maladie. Quant à la personnalité du Néerlandais de 51 ans, la magistrate a décrit "un homme qui n'assume rien", préférant "fuir" quand il doit répondre de ses actes.

Recruté par un chasseur de tête, M. Van Nierop s'était installé en 2008 à Château-Chinon (Nièvre), désert médical notoire. Dans son cabinet moderne, il pouvait accueillir "entre 18 et 26 patients par jour", selon lui. Poursuivi pour avoir mutilé une centaine de patients et pour des escroqueries, le Néerlandais encourt dix ans de prison et 150.000 euros d'amende.

Tout au long de son procès qui a débuté le 8 mars 2016, le Néerlandais, visage bouffi, s'est borné à répondre: "Pas de commentaire", tandis que le tribunal évoquait le cas de chaque plaignant. Mercredi, au deuxième jour des débats, il avait toutefois reconnu être "responsable", avant de lâcher : "J'étais dans une situation psychique où les gens autour de moi ne m'intéressaient pas".

Son avocate, Me Delphine Morin-Meneghel, dont la plaidoirie est prévue lundi après-midi, n'a pas souhaité parler à la presse depuis le début du procès. A l'issue de l'audience, le jugement sera mis en délibéré.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 21.83
légère pluie
le 20/05 à 15h00
Vent
2.24 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
59 %